Prix ​​des voitures anciennes : peut-on expliquer l’irrationnel ?

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Au vu de l’électrification massive de ces dernières années, les véhicules à essence voient parfois leur prix gonfler, comme s’il y avait un doute sur la possibilité de l’usage de demain et la nécessité d’en profiter. AM explique un peu la mécanique d’une voiture ordinaire.

Le 5 mai, le constructeur Mercedes Benz a vendu pour 135 millions d’euros, la Mercedes 300 SLR Uhlenhaut, du nom du pilote-ingénieur Rudolf Uhlenhaut qui a rejoint Mercedes en 1931, le concepteur des voitures de course de la marque, et responsable dans les années 1950 de la développement de modèles de course.La 300 SL (victorieuse des 24 heures du Mans en 1952 notamment) et la 300 SLR (Championne du monde des voitures de sport en 1955), cette version elle-même est issue de la Formule 1 W196 qui remporta le championnat du monde en 1954 et 1955 avec Jean-Manuel et Stirling Moss. Elle est donc devenue la voiture la plus chère du monde ! A la hauteur du privilège, L’Automobile Magazine a eu l’occasion de prendre la bague devant ce montant hors norme

Record pulvérisé

Record pulvérisé

Les résultats (publics) de la vente aux enchères ont confirmé qu’il y a un an, début juin 2021, la Ferrari 250 GTO de 1964 défrayait déjà la chronique en atteignant 54 millions d’euros lors de la séance, battant ainsi le record de RM Sotheby’s qui avait également été vendu. Sur le même sujet : Moto : près de 200 coureurs de fond sont attendus à Dussac, en Dordogne. En août En 2018, la GTO de 1962 pour 44 millions de dollars (hors frais), efface à elle seule le score d’une autre GTO de 1963 vendue 38,5 millions d’euros (source Bloomberg 10/1/2013). Une autre GTO de 1963 devait être vendue à titre privé en juin 2018 pour 70 millions d’euros, mais il n’y a aucune confirmation officielle à ce sujet.

Pour autant, cela ne remet pas en cause le nouveau record établi par la Mercedes 300 SLR, mettant fin à l’hégémonie de Ferrari en termes de valeur stratosphérique. Car derrière la GTO, d’autres Ferrari ont constamment franchi la barre des 10 millions au cours de la dernière décennie. On se souvient par exemple de la 335S de 1957 vendue par Artcurial à Paris en 2016 pour plus de 32 millions d’euros, et de la 250 California 1961, Ex Alain Delon, vendue par la même Maison à Paris l’an dernier en février 2015. Quelques « entrants » interférer avec des courses célèbres, telles que Bugatti, Jaguar, Aston Martin ou Porsche ; ou les célèbres classiques des années 1930 comme Duesenberg, Alfa Romeo ou Bugatti ; mais Ferrari domine incontestablement, quelle que soit la période de production.

A lire aussi : Conduire une voiture de luxe est-il un plaisir accessible ?

Moto : Un concurrent gallois se tue en se qualifiant pour le Tourist Trophy
Ceci pourrez vous intéresser :
La 101e édition du Tourist Trophy sur l’île de Man – qui…

Marché coté

Valoriser correctement, parlons-en ! Comme le marché de l’art, les voitures de collection sont vendues sur un marché tenu par des experts, voire des experts, après des transactions connues (résultats d’enchères) ; ou clair (le prix déclaré par un vendeur professionnel ou particulier) ; ou encore plus intelligemment dans le cadre d’un réseau d’amateurs qui se rencontrent et communiquent entre eux. Les seuls résultats des ventes aux enchères, qui vendent des milliers de voitures d’occasion par an, montrent le niveau des transactions et sont donc fondamentaux. En fait, les ventes de plus d’1 million sont rares, mais elles sont suffisantes pour faire une sorte de cartographie du marché, de sa santé et de ses évolutions. Force est de constater qu’au cours de la dernière décennie, les plus-values ​​enregistrées ont été impressionnantes (parfois des centaines de pour cent), conférant à ce marché une grande attractivité. Cela conduit inévitablement à des comportements spéculatifs, mais le manque de comportement automobile chez certains acheteurs a déjà provoqué des « éclatements de bulles spéculatives » contre des investisseurs pessimistes préférant un véritable enthousiasme.

4 raisons pour lesquelles acheter une trottinette électrique est une bonne idée
Sur le même sujet :
Aujourd’hui, en plus des modes de transport traditionnels, comme les vélos, les…

Un marché mondial

Un marché mondial

En effet, le marché est dominé par des modèles, même les plus chers, disponibles en grand nombre. Les transactions visibles, ou connues, permettent de fixer l’ordre de prix, que publient des revues spécialisées et que vendeurs et acheteurs consultent. C’est pourquoi des magazines tels que Retrovisor ou AutoRetro indiquent chaque mois le prix de la plupart des modèles, L.V.A (La Vie de l’Auto) publie chaque année un guide et un prix dérivé des résultats d’enchères internationales. Parce que la collection de voitures anciennes est un passe-temps, et une activité mondiale. Il peut y avoir des différences de prix d’un pays à l’autre pour les marques ou modèles nationaux, mais après 50 000 euros, le niveau général sera à nouveau le même.

La même voiture, dans le même état, se vendra au même prix en Europe ou aux USA. Seule sa rareté, à l’intérieur, peut provoquer des différences (par exemple DS Citroën, elle se vendra plus à Los Angeles qu’à Paris, et d’autre part Chevrolet Corvette C3), mais pas les « grosses pièces » que l’acheteur ne garde pas frontière . La collection principale se trouve à Londres, Monaco, Paris ou en Californie. Par conséquent, la Porsche 356 ou la Jaguar de type E de la série 1 ont la même cote ou autre. En revanche, des modèles spécifiques échappent à toute logique d’évaluation, car ils n’existent pas, sinon le résultat final est connu…

Voiture électrique. Les ventes bondissent mais les matières premières pourraient s'épuiser
Ceci pourrez vous intéresser :
Est-ce que la voiture électrique est plus économique ? Si vous tenez…

L’exceptionnel n’a pas de prix

L’exceptionnel n’a pas de prix

L’absence d’une transaction d’ouvrage ou d’un article, pour cause d’extrême rareté, ne permet pas d’établir un devis. Les estimations citées dans les brochures des Maisons de ventes sont aussi souvent éloignées des prix d’adjudication, souvent beaucoup plus élevés. Lorsqu’une voiture est désirée par quelques connaisseurs, c’est leur désir de la posséder et leur capacité financière qui en détermine le prix. Il suffit de deux personnes pour vendre… Non seulement les acheteurs potentiels sont capables de mesurer la rareté de l’opportunité qu’ils ne veulent pas voir passer, mais ils poussent également le caractère concurrentiel de la vente, leur cerveau et leur adrénaline du moment les emmène parfois au-delà de leurs limites.

C’est la combinaison de plusieurs conditions qui donnent à la voiture son caractère unique :

Une voiture qui coche toutes les cases, comme la Mercedes 300 SLR, suscite inévitablement l’intérêt des plus grands collectionneurs. L’offre est très rare, il n’y en a que deux, dont une n’a jamais été vendue, et elle contient les meilleures Mercedes. Il a suffi au constructeur allemand d’inviter les plus grands collectionneurs de la planète à cette vente spéciale pour déclencher un processus qui a abouti à 135 millions. Ça aurait fait 50 millions, genre 100 ou 200… C’est absurde, et en même temps, c’est quand même plus cher que certains tableaux de maîtres. Naturellement, peu de collectionneurs ont assez d’argent pour acheter de tels objets, mais ceux qui appartiennent à ce cercle restreint ne se fixent pas vraiment de limite. Quiconque le veut vraiment peut le faire.

Urbet Lora : cette moto électrique sans permis coûte moins de 10 000 €
A voir aussi :
Alliant performance et faible coût, l’Urbet Lora se décline en deux versions…

Pure folie ?

Pure folie ?

Pas sûr quand on voit que les Ferrari 250 GTO, qui se vendaient des dizaines de millions ces dernières années, s’échangeaient pour moins de 10 millions il y a 20 ans, et moins d’1, dans les années 80. Une « simple » Mercedes 300 SL Papillon (produite à 1400 exemplaires) facilement disponible chez les concessionnaires ou aux enchères, se vend aujourd’hui entre 1 et 1,5 million selon le pedigree. Il valait dix fois moins qu’il y a 30 ans. On comprend alors que la passion n’est pas aveugle et que si vous en avez les moyens, dépenser vos économies dans une belle voiture ancienne peut être un bon investissement.

À Lire  Bornes de recharge pour véhicules électriques : Wingles lance ce jeudi