Procès de Perpignan : un passeur avec 300 kg de marijuana ne s’est pas présenté à son procès

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le prévenu, un citoyen roumain résidant en Espagne, avait été placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès car il avait demandé un délai pour préparer sa défense. Ce 8 juin, il s’est fait représenter par son avocat après avoir envoyé un certificat médical attestant qu’il est atteint du Covid.

Le 15 mai, des douaniers ont intercepté un camion en provenance d’Espagne au péage du Boulou. parmi le matériel de bricolage et de plomberie qu’il transporte, se dissimulent 182 kg de marijuana et 94 kg de haschisch. Le chauffeur est très vite renvoyé devant le tribunal. Il demande une saisine, comme le prévoit la loi, pour préparer son argumentation. Sera-t-il incarcéré d’ici la prochaine audience ? Son avocat, Me Ouayot, rappelle que son client est un résident espagnol et que, dans cette affaire, « nous devons adapter notre code à celui de l’Union européenne tel que prévu par la loi du 17 août 2015 ». Le tribunal accepte et place l’homme sous contrôle judiciaire.

Mais le 8 juin, date du nouveau procès, il ne s’est pas présenté au procès, son avocat a alors sorti un certificat médical de sa manche : son client avait le Covid.

Le tribunal résume l’affaire : le prévenu dit ne pas savoir que la drogue se trouvait dans le camion. Il n’a pas assisté au chargement car un collègue l’a remplacé au dernier moment. Curieusement, il y avait plus de palettes qu’indiqué sur la lettre de voiture (CMR) et le camion avait dernièrement parcouru près de 5000 km sans immatriculation. Et puis, en Espagne, le conducteur est soupçonné d’appartenir à une organisation criminelle.

À Lire  Les avis des consommateurs sont de retour

« S’il est malade, il n’avait qu’à demander un nouveau renvoi pour venir s’expliquer. Il a trahi notre confiance. Cela, avec les éléments du dossier, démontre sa mauvaise foi », tonne le procureur.

Il nécessite 4 ans ferme.

« Il ne pouvait pas renoncer à ce voyage sans risquer de perdre son emploi, contre attaque Me Ouayot. Il y a un lien de subordination. Il n’est pas présent, mais comme le prévoit la loi, je peux le représenter ! »