PSA a été condamné à payer plus de 92 000 euros pour licenciement abusif

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Détachez vos langues. Partagez son histoire. Vincent Tousch témoigne du harcèlement moral qu’il a subi alors qu’il était salarié de PSA. Salué par Sochaux, Mulhouse et Tremery, il vient de gagner un procès contre le constructeur automobile en juin dernier après avoir été injustement licencié en 2020.

Détachez vos langues. Partagez son histoire. Proclamé par Sochaux, Mulhouse et Trémery, Vincent Tousch, ancien salarié de PSA, a saisi le conseil des prud’hommes en 2019 pour harcèlement moral, aliénation et licenciement abusif. Un constructeur automobile vient d’être condamné.

Parfois, l’argent ne suffit pas pour redresser les torts. Vincent Tousch, employé depuis 19 ans chez PSA, veut « partager son histoire pour aider ceux qui en ont besoin et délier les langues ».

Au téléphone, l’émotion est toujours vive. Sujet brûlant. Vincent Tousch est l’un des anciens éléments de l’entreprise automobile. Employé en 2001 comme agent qualité technique, il mène une carrière ambitieuse au sein de l’entreprise jusqu’en 2015. Sept ans plus tard, il comparaît devant le Conseil des Prud’hommes le 21 juin dans un procès contre son ancien employeur, PSA.

L’aventure à Sosho a commencé en 2010, où il a passé cinq ans dans une mission qu’il trouvait passionnante à l’époque. Il participe au lancement de différents véhicules dans le cadre du dispositif « Unité multi-sites ». Un avenant au contrat, que les Trois ont pu consulter dans le cadre du procès-verbal de condamnation, précise qu’à son retour il se verra attribuer un emploi au moins équivalent à celui qu’il occupait avant son déploiement dans cette unité.

Il est en effet transféré à Tremery, d’où il venait avant Sochaux, puis à Sevelnord pendant six mois. Ensuite, il alterne entre Mulhouse et Sochaux. « Quand je suis arrivé à Tremery, ils m’ont mis dans un placard. On m’a dit qu’il n’y avait rien pour moi. Nous ne voulions personne d’autre ici. Il poursuit : « Ils ne m’ont plus parlé. » Ils m’ont accusé d’être en mission à l’étranger. Ils m’ont fait payer mes voyages.

Pour revenir, il demande une mutation à Sochaux, qu’il obtient début 2018. « Je l’ai appris le dernier jour de l’année. Il faut voir la considération… » A son arrivée, le salarié fait des demandes de formation. Une vingtaine, explique-t-il. Aucune n’a été acceptée, peut-on lire dans le jugement. « Mon évolution de carrière a été bloquée. entretien – raconte l’ancien salarié. « Des documents soumis à discussion, il ressort qu’en plus de cette situation particulièrement instable, ce dernier n’avait pas certaines années d’objectif concret, ni même de définition de fonction au sein de ses missions, donc y créant une réelle insécurité », – écrit dans le rapport des Prud’hommes.

Il avait déjà alerté la cellule harcèlement le 24 novembre 2016 de sa situation. Trois ans plus tard, en 2019, « PSA AUTOMOBILES reconnaît qu’il n’a pas jugé utile d’enquêter sur la vérité de la situation », lit-on encore dans le même document.

« Reste à l’écart… Ne lui parle plus. Plus d’instructions. Plus d’objectifs, de réunions ou d’informations. L’avocat de Vincent Tousch, Brice Michel, avocat au barreau de Belfort, précise dans le rapport les raisons qui ont contraint le salarié au burn out. « Il ne se sent plus respecté par son employeur, il se sent oublié et déplacé d’un endroit à l’autre et a fini dans le placard. »

En 2019, Vincent Tousch a occupé les prud’hommes. Une tentative de réconciliation a été organisée le 16 décembre 2019. « Je ne pouvais pas l’accepter avec tout ce qu’ils m’ont fait. » En arrêt maladie, le 2 janvier 2020, il est convoqué à un entretien de pré-licenciement.

Sommaire

Licenciement pour faute grave

Licenciement pour faute grave

« Sollicitation inappropriée de la direction », « attitude constante d’opposition à la direction » : tels sont les motifs de son licenciement pour faute grave. « PSA a décidé de se séparer de son salarié dans des conditions particulièrement brutales. Sur le même sujet : Trottinette électrique : Réglementation et conseils d’utilisation expliqués aux étudiants à Dourges. Malgré la demande du salarié de reporter le rendez-vous pour raison de santé, puisqu’il était hospitalisé, PSA Automobile a poursuivi la procédure de licenciement.

Et ces hospitalisations sont bien liées à la situation qu’a traversée Vincent : avant 2015, il n’avait aucun antécédent médical, « confirmant les éléments médicaux versés dans le débat », lit-on dans le rapport d’essai. En août 2019, la situation s’est considérablement aggravée. Elle nécessite plusieurs périodes d’hospitalisation dans un centre spécialisé. Depuis, sa pathologie dépressive a été reconnue par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Moselle comme d’origine professionnelle suite à l’avis de la commission régionale de reconnaissance des maladies professionnelles.

Voir l’article :
Pouvez-vous conduire un scooter sur la route? Où peut-on le garer ?…

92 000 euros de dommages et intérêts

Malgré les arguments de PSA expliquant le licenciement, le conseil des prud’hommes de Montbéliard a condamné l’entreprise à verser plus de 92.000 euros au salarié, dont 60.000 pour le licenciement zéro le 21 juin. D’un montant de 92 000 euros, PSA a également été condamné au paiement d’une amende de 5 000 euros à titre de dommages et intérêts pour manquement à l’obligation de prévention et de sécurité. « Entre 2016 où j’ai signalé et 2019, aucune enquête interne n’a été menée après mon signalement à la cellule harcèlement », a détaillé Vincent Tousch.

« Entre 2016, date de mon signalement, et 2019, aucune enquête interne n’a été menée après mon signalement à la cellule harcèlement »,

« J’ai attendu que le délai de recours soit passé pour en discuter », explique l’ancien salarié. En effet, la direction n’a pas voulu porter plainte, a-t-elle confirmé par téléphone. Vincent Tousch reste marqué, brut. Il dit avoir trouvé un autre travail en 2020, mais « comme un chien battu, je suis devenu méfiant. Il y avait encore des cicatrices. Depuis, il a ouvert une boutique à Dabo, en Moselle. « C’est le bonheur, je travaille pour moi, je rends les gens heureux. » Mais cela reste tout de même amer. « Ma passion, ma carrière a été volée. » L’administration, de son côté, affirme qu’elle n’a pas fait appel par choix, pour « mettre fin à cette affaire ». « On espère qu’il s’épanouira et qu’il pourra se projeter dans sa nouvelle entreprise », explique un porte-parole de la direction.

Les indemnités versées en cas de rupture (hors plan de sauvegarde de l’emploi) sont partiellement exonérées d’impôt sur le revenu. Le montant correspondant aux indemnités fixées par la loi ou la convention collective est totalement exonéré.

Comment réduire le coût de l'assurance habitation ? | L'immobilier par SeLoger
Voir l’article :
La franchise d’assurance habitation est le montant que l’assureur ne prend pas…

Est-ce que la prime CSP est imposable ?

Cette indemnité est exonérée dans la limite de 123 408 € pour les années 2020, 2021 et 2022. La partie de l’indemnité qui dépasse ce montant est imposable.

Dois-je déclarer les indemnités de départ à la CAF ? Le montant déclaré à la CAF est le même que le montant déclaré aux impôts. Si vous ne déclarez pas avec les impôts, vous ne déclarez pas avec la CAF. L’indemnité de départ ne sera pas soumise au paiement des cotisations sociales ni à l’impôt sur le revenu si elle n’excède pas certains plafonds.

Quelles sont les indemnités non imposables ?

Certaines prestations d’interruption de travail sont exonérées d’impôt sur le revenu : c’est le cas de l’indemnité journalière supplémentaire de maternité accordée par la CPAM aux femmes qui effectuent des travaux lourds, ou encore l’indemnité journalière versée en cas de maladie prolongée…

Quels sont les inconvénients du CSP ?

Le principal inconvénient du CSP : une résiliation plus rapide du contrat. C’est probablement ce qui rend un employé le plus réticent à accepter le CSP.

Mobilité urbaine – légaliser les draisiennes
Sur le même sujet :
Les vélos d’équilibre électriques sont maintenant courants dans la ville. Ni vélo…

Comment se déroule une procédure de licenciement économique ?

Comment se déroule une procédure de licenciement économique ?

Un employeur qui doit procéder à un licenciement collectif de 2 à 9 travailleurs pendant 30 jours pour motif économique doit suivre une procédure en plusieurs étapes : concertation avec les délégués du personnel ou le CSE, convocation à un entretien préalable, envoi d’une lettre de licenciement et notification de la …

À Lire  "L'immobilier est un business"

Quand le licenciement prend-il effet ? Aviser la Direction dans les 8 jours suivant l’envoi de la lettre à l’employé. Le préavis de licenciement est d’un mois si le salarié a entre 6 mois et 2 ans d’ancienneté, ou de 2 mois s’il est dans l’entreprise depuis 2 ans ou plus.

Quel est le montant d’une prime de licenciement économique ?

L’indemnité légale est calculée sur la base des gains bruts qui ont précédé le licenciement. L’indemnité est au moins égale aux montants suivants : 1/4 du salaire mensuel par année de service jusqu’à 10 ans. 1/3 de salaire mensuel par année de service après 10 ans.

Quelles sont les étapes d’une procédure de licenciement ?

3 étapes du lâcher-prise : tout comprendre

  • Convocation à un entretien de pré-licenciement.
  • L’entretien préalable à la sortie : une étape essentielle.
  • Acte de divorce.

Comment se déroule un entretien préalable de licenciement économique ?

L’entretien préalable doit avoir lieu pendant les heures ouvrables, au siège social ou au siège de l’entreprise. L’employeur convoquera le salarié en question en lui adressant une lettre recommandée. Il est également possible de remettre personnellement une lettre à l’employé contre le licenciement.

Sur le même sujet :
Afin d’établir un devis sur une assurance habitation, la compagnie d’assurance doit…

Quel est le délai légal pour recevoir son solde de tout compte ?

Quel est le délai légal pour recevoir son solde de tout compte ?

1 an si le montant se rapporte à la rupture du contrat (exemple : indemnité de départ) 2 ans s’il s’agit d’un litige entre le salarié et l’employeur survenu lors de l’exécution du contrat de travail (exemple : non-paiement des frais de main-d’œuvre) 3 ans pour tout ce qui concerne les salaires.

Comment puis-je demander un solde pour n’importe quel compte ? Fait à (ville), le (date). Madame, Monsieur, à compter du (date effective du licenciement), je quitte votre entreprise sur la base du (Indiquez le motif du départ : licenciement, démission…). [Aucune livraison de solde de compte] A ce jour, je n’ai toujours pas reçu de solde de compte.

Quel recours en cas de non paiement du solde de tout compte ?

Dans un premier temps, indiquez au LRAR l’état des éventuelles factures impayées et rappelez à votre employeur qu’il dispose de 5 jours à compter de la date de résiliation pour vous régler les sommes qui vous sont dues. En espérant que cela le forcera à agir… Sinon, il faudra envisager une procédure en référé devant un conseil des prud’hommes.

Quelles sanctions pour l’employeur qui ne remet pas les documents à la fin du contrat ?

Si l’employeur ne respecte pas cette obligation, il peut être condamné à une amende de 4e classe (amende maximale de 750 € pour une personne physique ou 3 750 € pour une personne morale).

Puis-je recevoir mon solde de tout compte par courrier ?

L’employeur doit communiquer au salarié le solde de tout compte par lettre recommandée avec accusé de réception ou en main propre. Même si l’employé signe le reçu, celui-ci n’a de valeur juridique que s’il est signé à la main en écrivant « pour régler n’importe quel compte ».

Comment calculer le solde de tout compte licenciement économique ?

Comment calculer l’indemnité de départ ?

  • Un quart du salaire mensuel par an, multiplié par le nombre d’années de service pour les 10 premières années de travail ;
  • Un tiers du salaire mensuel par année de service, à partir de la 11e année de travail.

Quels sont les avantages en cas de licenciement ? L’indemnité légale est calculée sur la base des gains bruts qui ont précédé le licenciement. L’indemnité est au moins égale aux montants suivants : 1/4 du salaire mensuel par année de service jusqu’à 10 ans. 1/3 de salaire mensuel par année de service après 10 ans.