Pseudoscience, ésotérisme : les étranges références de Natacha Calestrémé, star du bien-être

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez déjà dû la voir sourire sur les tables des librairies. A moins que votre belle-mère ou une amie ne vous ait conseillé de lire ses livres. Car Natacha Calestrémé est la nouvelle reine des rayons « développement personnel ». Sorti en 2020, La Clé de ton énergie (Albin Michel) figure dans la liste des best-sellers de L’Express depuis… 88 semaines et s’est vendu à plus de 340 000 exemplaires (selon Editstat). Finding My Place, sorti l’automne dernier, cartonne également, avec déjà près de 150 000 ventes. Chacune de ses conférences attire les foules. Idem pour ses séances de dédicaces. C’est que la promesse est belle : avec les 22 « protocoles » recueillis de ces années 1950 animées, on pourrait « se libérer de nos émotions douloureuses » et « renouer avec notre force intérieure ». De quoi surmonter nos petites difficultés et nos gros problèmes et enfin « accéder au bonheur ».

Belle, blonde, gentille, devenue une vraie star, l’ancienne journaliste spécialisée dans le domaine animalier puis dans la santé se méfie de ses anciens collègues. Pressée par L’Express, elle nous a d’abord fait savoir, par l’intermédiaire de son attachée de presse, qu’elle préférait se concentrer sur ses projets d’écriture. Nous devrons le rencontrer lors d’un salon du livre pour obtenir une interview. Il faut dire que Natacha Calestrémé a récemment suscité la polémique, aux reliefs surréalistes, dans l’émission Commencer aujourd’hui, sur l’endométriose : une maladie chronique due, selon elle, à la « culpabilité », la « tristesse » causée par les avortements de nos ancêtres… Des propos qu’elle assure « extraits du contexte ». Cependant, France 2 a dû déprogrammer l’émission face au tollé suscité par ces extraits diffusés sur les réseaux sociaux. Si l’émotion est justifiée par l’absence de fondement scientifique à de telles affirmations, tout était déjà dans son livre. Elle-même s’en étonne aujourd’hui : « Des médias comme L’Obs, Elle ou Libération l’ont loué », explique-t-elle derrière sa webcam, installée dans le bureau d’où elle diffuse son émission hebdomadaire du lundi soir, Hope sur YouTube.

« Etres de lumière »

"Etres de lumière"

Plusieurs chapitres de son best-seller sont consacrés au « sens de la maladie », pour lequel il nous propose une « grille de lecture » à mi-chemin entre Lacan et Molière. Ainsi l’angine « serait liée à la peur d’en dire trop », l’otite au « désir de ne pas écouter les discussions qui nous rendent tristes ou en colère ». La maladie d’Alzheimer? « Favorisé par le poids d’un secret non révélé, d’une culpabilité refoulée et difficile à supporter ». Le cancer est également lié au « remords » ou au « traumatisme émotionnel ». Nous nous pinçons. Ceci pourrez vous intéresser : Un nouvel espace bien-être avec trois spécialistes en médecine alternative ouvre ses portes à Saramon. Natacha Calestrémé prend la précaution d’utiliser le conditionnel et précise que la première chose à faire en cas de maladie « c’est d’aller chez le médecin ». Mais son discours, même s’il le nie, rappelle le « décryptage biologique » : une thèse selon laquelle il suffirait d’identifier l’événement déclencheur d’une maladie à traiter, et dont les principales figures, Ryke Geerd Hamer et Claude Sabbah, étaient sévèrement condamné par la justice. « En dehors des pathologies cardiovasculaires, les liens entre un état émotionnel et la survenue de telle ou telle affection reposent sur des hypothèses non prouvées », confirme le Pr Cédric Lemogne, chef du service de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu de Paris (AP-HP).

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

Le plus ésotérique reste à venir. Au fil des pages et des protocoles nous apprendrons comment panser nos « blessures émotionnelles » ou comment faire appel à des « êtres de lumière ». Des entités mystérieuses, qui devraient nous aider à retrouver le nom de notre « guide » en ouvrant accidentellement un livre dans sa bibliothèque. Grâce à eux nous nous libérerons de nos « héritages émotionnels » en « coupant les liens de la souffrance ». Pour cela, il suffit de s’asseoir au milieu de son salon et de répéter quelques phrases (« Je me libère comme vous libère »), entre la méthode Coué et les « rituels chamaniques », découverts « lors de relations en Amérique du Sud ». On apprend même que c’est nous qui « choisissons nos parents », notre âme qui décide du milieu familial dans lequel nous serions nés…

À Lire  Le CBD ne sera finalement pas étiqueté "nouvel aliment"

Extravagant? Au contraire, un objet marketing millimétré. Car, avec le recul, Natacha Calestrémé a appliqué toutes les recettes du développement personnel et puisé dans les succès éditoriaux de ces dernières années. Il l’affirme : « Je n’ai rien inventé, je fais du neuf avec du vieux ». Les « blessures émotionnelles » ? Inspiré par la grande prêtresse de l’industrie, la canadienne Lise Bourbeau et ses Cinq blessures qui t’empêchent d’être toi-même, qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires en France depuis 2013. Héritage transgénérationnel ? Extrait de Aïe, mes ancêtres ! par la psychologue Anne Ancelin-Schützenberger, 400 000 ventes depuis 2015. Des protocoles de « récupération d’âme » ? Emprunté à un médium de guérison. Quant à l’auto-guérison, le concept évoque inévitablement David Servan-Schreiber (Guérir, Anticancer).

Comme tout bon auteur de livres « bien-être« , Natacha Calestrémé met en scène et raconte les difficultés, le chômage, la double hernie discale, la perte d’êtres chers, qui l’ont amenée à se tourner vers des « moyens non conventionnels ». Les lecteurs le reconnaîtront et se sentiront moins seuls. D’un ton simple et amical, elle explique que ses protocoles ont fonctionné pour elle, puis à « sa grande surprise » pour les proches, et qu’elle a donc dû partager plus largement ses découvertes. Peu de témoignages édifiants, un peu de magie, beaucoup de charisme et le tour est joué. Il n’y a pas de raison pour que cela ne marche pas pour nous qui avons – forcément – « le pouvoir de changer ». Sinon, bien sûr, ce ne sera pas sa faute, mais la nôtre : nous aurons « mal formulé notre demande ».

CBD : le Conseil d'État suspend l'interdiction de vente de fleurs de cannabis
A voir aussi :
Publié le 24 janvier 2022 à 21h08 Mis à jour le 24…

« 99,99 % d’énergie »…

"99,99 % d'énergie"...

Il n’y a pas non plus d’échappatoire à « l’énergie », vague notion héritée du New Age, à ce courant spirituel qui inonde le domaine du bien-être. Natacha Calestrémé indique donc que les atomes qui composent notre corps seraient constitués de « 99,99% d’énergie », ce qui, en substance, expliquerait pourquoi ses protocoles fonctionnent : ils agissent sur cette énergie. Inarrêtable? Pas vraiment, pour le physicien Sébastien Point : « Un atome, c’est un noyau, des électrons et un vide. Il n’y a pas d’énergie indépendante de la matière », rappelle-t-il. Les autres références scientifiques – également figure essentielle des livres de développement personnel – sont du même tonneau : basées sur des données avérées, mais s’écartant de leur sens originel.

L’épigénétique, par exemple, devrait justifier cette idée d’une charge transgénérationnelle dont nous hériterons. La réalité, bien sûr, est plus complexe. « Il a été démontré que l’exposition à des produits chimiques ou au stress pendant la grossesse ou la petite enfance peut altérer les signes épigénétiques qui régulent l’expression des gènes et donc avoir un impact à l’âge adulte. Des effets sur la troisième génération, avec des mécanismes épigénétiques, des hypothèses restent à l’étude », explique Robert Barouki, toxicologue et professeur de biochimie à l’université Paris-Descartes. Il en va de même pour les « neurones miroirs » découverts par le neuroscientifique Giacomo Rizzolatti, auxquels Natacha Calestrémé fait beaucoup référence pour justifier son protocole d’auto-guérison. « Je ne connais pas les travaux de Natacha Calestrémé. Mais je peux vous dire que les neurones miroirs reposent sur un mécanisme neurologique de base qui n’a rien à voir avec les théories parascientifiques », nous raconte ce professeur de l’université de Parme.

Mais ? La clé est de cocher toutes les cases qui mènent au succès. Natacha Calestrémé se défend contre toute approche calculée. Lors de l’interview accordée à L’Express, il feint de se dévoiler, il est ému, il pleure même au souvenir de ses difficultés passées pourtant si souvent racontées. « Est-ce que tu as l’odeur du marketing en moi ? Il finit par agacer. Tous les gens qui viennent me voir, au contraire, soulignent mon authenticité. » Aujourd’hui, en tout cas, tout va bien pour elle. Ses fans, du moins ceux croisés à ce salon du livre, ont des étoiles plein les yeux lorsqu’ils l’évoquent. Au départ, dans un contexte de pandémie et d’incarcération, son travail se vendait même de bouche à oreille. Alors Natacha Calestrémé a bénéficié du soutien, voire de la complaisance de nombreux médias, qui la dépeignent comme une « chamane des confinés » ou une « thérapeute du bonheur ». En janvier, sur France 5, devant une toute puissante Anne-Elisabeth Lemoine, elle pouvait dire que les fuites ou les problèmes de chauffage dans une maison ont un sens caché, lié par exemple au cœur. Peu, comme le fait & amp; Furieux de se spécialiser dans le « desinfox », il a osé remettre en cause son discours pseudoscientifique ou ses références problématiques.

À Lire  L'effet cône : 24 grammes de fleurs de CBD sont offerts à tous les nouveaux abonnés

Le Conseil constitutionnel valide le décret qui interdit la vente de fleurs et feuilles de CBD
Ceci pourrez vous intéresser :
C’est un nouveau coup dur pour les vendeurs de CBD, mais le…

Des pratiques dans le viseur de la Miviludes

Des pratiques dans le viseur de la Miviludes

Pourtant, ce sont des légions. Philippe Bobola, par exemple, à qui il rend hommage dans son livre. Celui qui se présente comme « physicien, biologiste, anthropologue et psychanalyste » (sic) et vante le « grand réveil quantique » est pourtant régulièrement présent aux côtés de figures complotistes, comme Jean-Jacques Crèvecoeur ou Ema Krusi. Une référence devenue visiblement gênante pour Natacha Calestrémé : « Je l’ai interviewé pour un magazine. Il m’a parlé du fait que nos corps regorgent d’informations. » Einstein. Réduire mon travail à cette référence à Philippe Bobola, c’est un peu dommage.» Dans son livre, il fait aussi référence à Luc Bodin, un ancien médecin licencié en 2014 et suivi de près par la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte. Sans oublier de nombreuses pratiques qui apparaissent également dans le viseur de la Miviludes : constellations familiales, géobiologie, kinésiologie appliquée…

« La géobiologie existe depuis la nuit des temps. Des cathédrales ont été placées sur des forces telluriques qui ne peuvent être expliquées. Les gens perçoivent ce qui rend un lieu unique. La géobiologie est comme les magnétiseurs, les guérisseurs, les chamans. À la lumière de la science matérialiste, cela semble évidemment étrange Mais je ne fais que proposer des choses qui m’ont aidé », assure-t-il. Avec sa sœur, la numérologue Lydie Castells, et Lysiane Lévy, il a également publié un coffret Numérologie en action contenant 44 cartes, présenté comme un « outil de projection pour vous aider à vous positionner face aux questions, quelles qu’elles soient. » (Déjà 18 000 exemplaires vendu en moins d’un an).

Mais la personne la plus citée est son mari, Stéphane Allix. Cet ancien reporter de guerre est devenu un best-seller avec des titres sensationnels sur l’au-delà. Son plus grand succès, The Test Une expérience incroyable : la preuve de l’au-delà ? (230 000 exemplaires vendus, également par Albin Michel), est une adaptation de « l’ouvrage » des Américains Gary Schwartz ou Julie Beischel, qui prétendent prouver par des « protocoles scientifiques » la capacité des médiums à communiquer avec les morts. En tout cas, Natacha Calestrémé et Stéphane Allix partagent un don : celui de colporter des théories nébuleuses pour des concepts « rationnels », socialement acceptables et très féconds en librairie. Un vrai pouvoir magique en somme…

MAINTENANCE. Boris Ćirulnik : "La société ne pense qu'à son propre bien-être"
A voir aussi :
Dans Le laboureur et les mangeurs de vent, Boris Cyrulnik met en…

Opinions

Opinions

La Chronique de Cécile Maisonneuve

Par Cécile Maisonneuve, Senior Fellow à l’Institut Montaigne, conseillère du Centre Énergie et Climat de l’Ifri

La Chronique de Frédéric Filloux

La Chronique de Christophe Donner

Seine et Marne. CBD'Eau a ouvert ses portes
Ceci pourrez vous intéresser :
Après le succès de son magasin de Provins, Alexis Allemandou ouvre une…