Puffs : une tendance qui inquiète médecins et parents

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Le phénomène de société prend de plus en plus d’ampleur chez les jeunes, séduits par cette petite cigarette électronique, qui s’appelle aussi Puff.

Le produit a été créé en Californie en 2019 et a rapidement inondé la planète, notamment promu via les réseaux sociaux comme TikTok ou Instagram.

Bon marché et jetables, les choux ressemblent à des friandises aromatisées, dans toutes sortes de saveurs.

Nous le sortons de la boîte, le mettons dans notre bouche et c’est parti ! Il est extrêmement facile à utiliser, vous n’avez pas besoin de le charger, vous n’avez pas besoin de le charger.

Fruits rouges, bonbons, guimauve ou encore chocolat, les multiples saveurs des choux font un tabac chez les ados et même les enfants, comme en témoigne Emilie, 13 ans, qui a suivi ses copines :

J’ai aimé le concept car c’est jetable et le goût est excellent.

Si leur vente est interdite aux mineurs, il est tout de même très facile de s’en procurer pour moins de dix euros. Ils sont vendus librement sur Internet, mais aussi dans les marchands de journaux, les stations-service ou les magasins CBD.

Cependant, conscients de ce phénomène, ces établissements restent prudents, comme en témoigne Marie-Louise, vendeuse au service :

On en vend beaucoup, mais quand ils sont mineurs, je ne les vends pas

Cependant, cette tuile colorée très attrayante apparaît comme une nuisance pour les jeunes, qui ne fument pas de cigarettes, mais inhalent uniquement les vapeurs de fruits. Une substance pouvant contenir jusqu’à 2% de nicotine et donc rapidement devenir addictive. Une tendance qui inquiète le Dr Louis-Léonce Lecurieux-Lafferronnay, médecin addictologue à l’hôpital Saint-Esprit :

À Lire  Pic de chaleur mais pas de record mardi, le danger d'incendie augmente

Selon la composition de ces liquides, les jeunes développent ou non une dépendance.

La présence de publicités promotionnelles sur certains réseaux sociaux montre clairement le public cible, les jeunes voire les très jeunes. Rappelons que 95% des fumeurs ont commencé à fumer avant l’âge de 18 ans.