Quels sont les effets psychologiques de la dédéfinition ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Revenir à une vie normale après l’emprisonnement sans nuire à la santé mentale. Peur des autres, maladie ou retour au travail… Comment l’isolement se fait-il lentement ? Comment cela affecte-t-il le reste de l’année? Évaluation des recherches par le psychiatre Bruno Vibert.

Revenir à une vie normale après l’emprisonnement sans nuire à la santé mentale. Alors que la plupart d’entre nous s’adaptent, certains essaient de sortir de leur zone de confort. Peur de la contamination, comportement de jugement, ajustements au travail, besoin de dépassement… L’impact psychologique de l’après-confinement est énorme. Renseignements auprès de Bruno Vibert, psychologue.

Déconfinement et peur des autres

Lorsque les gens ont peur et se sentent impuissants, ils ont tendance à juger, à devenir mesquins et violents. A voir aussi : Bracelets anti-moustiques : à éviter sur les bébés et jeunes enfants.

Lorsque les restrictions seront levées, nous pourrons sortir et visiter d’autres lieux publics, en respectant les conditions d’hygiène. On retrouve d’autres personnes et « cela peut susciter de l’anxiété, du stress ou de l’anxiété. En effet, passer près de deux mois en confinement et en isolement, avec des contacts sociaux limités n’est pas une chose grave et peut avoir des conséquences psychologiques », expliquait Bruno Vibert en juin 2020. Il y a d’abord la peur que quelqu’un lui transmette la maladie parce que le virus continue de se propager. Cette peur est renforcée dans les transports en commun, un lieu fermé et stressant qui nous confronte toujours aux autres et qui ne permet pas toujours la distanciation sociale. « Et quand les gens ont peur et se sentent faibles face à une situation inconnue, ils ont envie de juger sans tarder, d’être un peu méfiants et/ou agressifs. C’est pourquoi nous avons pu observer une augmentation du sentiment de jugement dans les comportements d’évitement. ou de rejet mais aussi des comportements agressifs envers autrui. Sur le plan social, le déconfinement a des conséquences et peut créer insidieusement des groupuscules, qui font partie de la protection des auto-méthodes », s’inquiète notre interlocuteur. En quelques mois, on peut même craindre une recrudescence des phobies comme l’agoraphobie (peur de la foule, d’un lieu difficile à sauver), l’anthropophobie (peur des gens) ou la blemmophobie (peur de regarder les autres). être jugé ou considéré comme mauvais).

À Lire  Connaître les meilleurs conseils de santé à prendre pour prévenir l'infection

Sur le même sujet :
Paris est confrontée, comme les autres villes françaises à de fortes difficultés…

Déconfinement et retour au travail

Bien que plusieurs soient au téléphone, les jours ou les semaines qui suivent la mise à pied marquent un retour physique au travail, du moins dans un cadre autre que notre domicile. « Nous avons mis longtemps à nous habituer à vivre chez nous, certains appréciaient même d’être seuls, dans le comité choisi ou enfermés dans leur cocon confortable, à l’abri des agressions extérieures. Ce retour au travail peut être reconnu comme choisi. Un coup changement dans la vie de tous les jours, mais, petit à petit, il faut s’habituer à être proche d’une situation, qui peut parfois engendrer de l’anxiété car nous souffrons du problème de la précarité de la santé globale », a déclaré Bruno Vibert.

Heureusement, « la sortie de prison a donné l’opportunité aux entreprises d’envisager une autre façon de travailler et pourquoi elles ne devraient pas s’occuper de leurs salariés. » La reprise du travail peut être un moment pour parler à ses patrons pour voir ce qui est possible. , formation de suivi, travail à temps partiel, nouvelle façon de travailler, etc.) Parfois, ce sont des choses auxquelles on réfléchit depuis longtemps et dont on n’a jamais eu l’occasion d’en parler. besoins de son entreprise et ne parvient pas à répondre à ses propres besoins », a-t-il déclaré. Les semaines qui ont suivi m’ont semblé un bon moyen de repenser votre façon de travailler, de vous reconnecter à vous-même et d’en apprendre davantage sur votre passion.

Voir l’article :
Accueillis par Carl Lopes à Intersport Pusey, le président Emmanuel Garret et…

Déconfinement et addictions

Le déconfinement a renforcé les comportements et les dérives.

Être obligé de rester à la maison n’est pas pour tout le monde et ce manque de liberté peut être frustrant. Dans sa vie quotidienne, une personne a besoin de commerces, pour pouvoir faire ce qu’elle veut, sortir quand elle veut, prendre l’air comme elle veut, acheter et manger ce qu’elle veut. « Chez les gens, surtout chez les latins, quand quelque chose leur est interdit, ils sentent qu’ils ont besoin de s’en servir. Avec une tendance à en faire trop, le désir est propre à chacun d’eux mais en général on veut plus de fêtes, voir des amis , courses dans les magasins, bref, pour rattraper quand on pense avoir perdu depuis plusieurs semaines.travail très freudien : quand on est privé de sa « nourriture » personnelle (compréhension de la nourriture mentale, du plaisir…) pendant longtemps , nous surcompensons », argumente l’expert. Il y avait aussi plus de comportements addictifs, par exemple à l’alcool, à la drogue, aux écrans et au développement d’activités sexuelles à risque. « Par exemple, avec la scène des apéritifs dans la vidéo, les addictologues ont remarqué une augmentation de l’alcool. A boire plus que d’habitude. Et en cette période de détention, l’alcool est d’une certaine manière qui peut supporter le confinement, la solitude ou l’épuisement et le devenir ». moins ancré dans la réalité », a-t-il dit. « Dans les mois à venir, il faudra donc s’adapter, mettre les limites d’usage, bref ne pas rentrer dans son premier instinct », précise la psychothérapeute. En effet, cela passera par des journées fixes sans boire d’alcool, des horaires fixes où l’écran n’est pas fermé et un horaire pour rentrer à la maison, par exemple…

À Lire  Nouvelle « alerte canicule » en Sud Aveyron

Mal de dents : conseils pour éviter la rage
Voir l’article :
{{nrco.contentDetailController.content.status === « publié » ? « Contenu imprimé »: nrco.contentDetailController.content.status === « en attente » ? « En attente d’approbation »:…

Que retenir du déconfinement ?

Les stades psychologiques du déconfinement

« Lorsqu’ils sont confrontés à un événement effrayant ou qui interfère avec leur vie quotidienne, les êtres humains traversent différentes étapes émotionnelles, étape par étape. La durée de ces étapes peut varier d’une personne à l’autre, mais leur évolution suit le même schéma historique. . » , dit Bruno Vibert :

Lancée début avril par le SAMU Social International et l’Association des Emetteurs, SOS Confinement est une plateforme d’écoute téléphonique gratuite, depuis le numéro vert :

Sur le même sujet :
L’offre de cet hôtel s’étoffe en Agennais. Alors que deux hôtels quatre…

0 800 19 00 00

Merci à Bruno Vibert, psychothérapeute.