Qu’est-ce que le tétrahydrocannabinol (THC), la substance psychoactive du cannabis ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le THC ou tétrahydrocannabinol ou delta9-THC est l’une des nombreuses molécules présentes dans le cannabis (Cannabis sativa). Parmi la centaine de cannabinoïdes recensés dans le cannabis, c’est la substance psychotrope ou psychoactive du cannabis. Celui qui provoquera un changement effectif dans le comportement des consommateurs. Ce tétrahydrocannabinol n’a pas les mêmes effets psychologiques et physiologiques que le cannabidiol ou le CBD, un autre cannabinoïde. Le THC figure sur la liste française des substances classées comme stupéfiants.

Selon les chiffres de l’OFDT, l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives, la teneur en THC varie d’un produit à l’autre : la marijuana, la forme séchée du cannabis en contient 13 %, le haschich ou la résine de cannabis en contient 26 %. L’huile de cannabis peut contenir jusqu’à 50 % de tétrahydrocannabinol. L’addictologue Jean-Pierre Couteron déclarait au quotidien Libération en avril 2021 : « Le taux de THC est comme le taux d’alcool d’une boisson. Plus il est élevé, plus l’effet est fort. »

Cannabis et botanique

Cannabis et botanique

Le cannabis est une plante dioïque. En d’autres termes, l’espèce a des plantes mâles et femelles distinctes. Le THC est le plus concentré dans les parties florales des plantes femelles, dans ce qui apparaît à l’œil nu sous forme de poils qui parsèment la surface des fleurs et de petites feuilles au sommet. Ceci pourrez vous intéresser : Victimes de la guerre des animaux : « Il y a de plus en plus d’actes de cruauté en Ukraine ». Ces poils, appelés trichomes, se terminent par des glandes. Ce type de croissance est présent dans d’autres plantes. Qui n’a pas vécu la douloureuse expérience d’entrer en contact avec une ortie couverte de poils urticants ? Chez Cannabis sativa, les trichomes glandulaires sont riches en une résine, qui selon le stade de maturation de la plante sera riche en cannabinoïdes, dont le THC.

VIDÉO. A la SPA de Rennes, des animaux "super effrayants" à emmener cette semaine
Voir l’article :
Pour la première fois depuis deux ans, l’auberge SPA de Rennes organise…

La découverte tardive du delta9-THC

La découverte tardive du delta9-THC

Le tétrahydrocannabinol a été isolé en 1964 par des chimistes israéliens, Yehiel Gaoni et Raphael Mechoulam. La chimie du cannabis n’était pas un domaine de recherche populaire à l’époque. Peu d’équipes dans le monde s’y intéressent. La découverte de cette substance intervient étonnamment tardivement, quelque 20 ans après la découverte du cannabidiol, ou CBD, un autre composé du cannabis, qui fut découvert pour lui par le prix Nobel britannique Alexander Todd et un américain, Roger Adam.

À Lire  Consultez le dictionnaire gratuit du cannabis PevGrow

S’exprimant dans un documentaire daté de 2015, Raphaël Mechoulam explique comment lui et son équipe, après avoir isolé le THC, ont confirmé en 1967 que le tétrahydrocannabinol était bien l’élément psychotrope de la plante.

Idéfix, Paddington, Shaun le mouton... les animaux, quels animaux de scène !
A voir aussi :
Un divin scarabée Porte-bonheur apprécié des touristes en Égypte, le scarabée (kheper)…

Comment le THC agit-il sur le cerveau ?

Comment le THC agit-il sur le cerveau ?

Lorsqu’ils sont inhalés, ses composés pénètrent plus rapidement que s’ils étaient ingérés. Un joint ou un « space cake », ça n’aura pas le même effet sur notre cerveau.

Cannabis fumé, les effets se font sentir au bout de 15 à 20 minutes pour les consommateurs occasionnels, un peu plus pour le consommateur régulier.

Le THC se lie à différentes zones du cerveau : hypothalamus, néocortex, hippocampe, ganglions de la base, tronc cérébral, cervelet et moelle épinière : toutes des régions qui contrôlent différentes fonctions.

On observe un état d’euphorie modérée, une sensation de bien-être, de somnolence, de volubilité, de gaieté. On note également un temps de réaction plus long, une difficulté à terminer une tâche complète, une difficulté à prendre des décisions, un manque de concentration et des troubles de la coordination motrice, de l’anxiété, une amélioration des perceptions sensorielles, une mémoire à court terme altérée.

Pour la petite histoire, R. Mechoulam raconte comment au tout début des recherches il a pu voir comment le THC, purifié et ingéré, pouvait avoir des effets différents d’une personne à l’autre. Le test a été réalisé sur lui-même, sa femme et une dizaine d’amis réunis autour de la dégustation d’un gâteau maison. La moitié des convives a mangé sa part de gâteau avec 10 mg de THC pur, l’autre moitié, qui est devenue un groupe témoin, sans THC. R. Mechoulam constate avec surprise que chacun de ses cobayes humains réagit différemment.

À Lire  Soins vétérinaires - Cannabis thérapeutique : c'est aussi pour les animaux

Le cannabis et son principe psychoactif, le THC, modifient la façon dont les neurotransmetteurs, ces produits chimiques, passent d’une synapse à l’autre et affectent la qualité du message nerveux.

S’il modifie si facilement les messages transmis de neurone à neurone, c’est qu’il se substitue parfaitement à un type de neurotransmetteur présent sur les neurones, les récepteurs endocannabinoïdes. Ceux-ci se lient à des molécules fabriquées naturellement par notre corps, les endocannabinoïdes. La découverte du THC en tant que substance psychotrope unique dans le cannabis a mis en lumière un système auquel on n’avait pas pensé avant les années 1990 : le système endocannabinoïde. Ce système agit comme un régulateur de l’humeur, de la mémoire, de l’appétit, de la douleur, de la cognition et des émotions et probablement plus. Il est pleinement associé au circuit cérébral de la récompense. En prenant la place des endocannabinoïdes, le THC contourne notre système de régulation, libérant plus qu’assez de dopamine et de plaisir. L’addiction s’installe lorsqu’il faut augmenter les doses de THC pour retrouver les mêmes sensations d’euphorie et de bien-être.

Lire aussi :
Si vous aimez les chats ET les poissons, vous savez sans doute…