Rats, excréments… Face à l’habitat insalubre, les manifestants occupent le siège de Grenoble Habitat

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

« A grands maux, grands remèdes » dit le proverbe. L’Alliance Citoyenne l’a mis en vigueur ce lundi 25 juillet. Après plusieurs semaines de dialogue avec Grenoble Habitat et faute de réponse satisfaisante, une trentaine d’adhérents de l’association ont occupé le siège du propriétaire social, avenue Marcellin Berthelot, face à la MC2. Ils veulent dénoncer la situation d’une locataire du quartier Malherbe, Fatima, qui vit un cauchemar depuis six ans.

« Les excréments des gens de mon immeuble débordent régulièrement dans ma baignoire et souvent même se répandent dans mon appartement », explique la mère de famille, qui vit dans ce logement avec ses quatre enfants. Depuis 2016, une colonne d’eau de son appartement se colmate régulièrement, provoquant des fuites « et Grenoble Habitat ne propose toujours qu’une simple coupure, sans solutionner la situation ». Tellement exaspérée, elle a décidé de coucher avec ses enfants dans les bureaux de Grenoble Habitat le temps qu’elle prenne rendez-vous pour discuter de relogement et d’indemnisation des dégâts. « Maintenant on vit avec des rats et des cafards, mon fils a des problèmes respiratoires à cause de l’humidité, ce n’est plus possible » souligne Fatima, « alors que je paye 689 euros de loyer par mois… pour vivre avec des rats ».

Pour voir ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies des réseaux sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou de réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connecté ou d’intégrer des contenus initialement déposés sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À Lire  Espace vert discuté par le conseil

De son côté, la direction de Grenoble Habitat dénonce l’occupation de son immeuble par Citizen Alliance, qui « a mis le personnel sous pression, très choqué ». Concernant la situation de Fatima Khada, elle indique qu' »une intervention de plomberie a été effectuée pour changer le tuyau d’évacuation, prévue début juillet », après déjà « plusieurs actions de nettoyage et de débouchage ». Enfin, « en novembre 2021 une grande campagne de rénovation et de réparation des canalisations d’évacuation d’une valeur de plus de deux millions d’euros a été votée par le conseil d’administration ». Il est précisément prévu pour 2022 à l’échelle de la résidence de Fatima.

« Une maltraitance institutionnelle » selon l’association Alliance citoyenne

"Une maltraitance institutionnelle" selon l'association Alliance citoyenne

Les situations de ce type se multiplient selon l’association Citizen Alliance. « Nous travaillons avec Grenoble Habitat depuis cinq ans, nous avons régulièrement eu des situations comme celle-ci : des locataires dont les toits s’effondrent, d’autres dont les colonnes d’eau sont cassées ou encore des immeubles où les ascenseurs sont à l’arrêt depuis plusieurs mois… » liste Elies Ben Azib, l’un des gérants. A voir aussi : Vos alliés dans votre dépannage d’urgence. « Ces cas individuels sont des mauvais traitements institutionnels. Nous sommes ici pour dire ‘ça suffit’ et pour rappeler aux gens que les gens doivent être traités avec dignité. »

De son côté, la direction de Grenoble Habitat assure que plusieurs campagnes de rénovation sont menées. « Au niveau du patrimoine, plus de 8 millions d’euros seront engagés en 2022 pour l’entretien, la maintenance et la rénovation des maisons du parc social » indique la direction.

Voir l’article :
Contrairement aux petits travaux que toute personne fortunée peut effectuer dans sa…