Recherche – Jacques Bouthier, la chute du roi de l’assurance-vie

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Jacques Bouthier en 2014 dans une entrevue avec News Assurances Pro.

© YouTube Capture d’écran

le 06/03/2022 à 21:21, mis à jour le 06/03/2022 à 21:51

Son empire des assurances le classe parmi les 500 Français les plus riches. Une propriété en CharenteMaritime, un vignoble près de Saint-Tropez et un appartement à Paris… qui serviraient de monnaie d’échange à ses très jeunes victimes. Une enquête sur celui qui, bien que présumé innocent, est déjà considéré comme un « Français de Jeffrey Epstein ».

« C’est le pionnier du courtage, croit savoir un employé. Un vrai génie et un gros bosseur. »

« C’est le pionnier du courtage, croit savoir un employé. Un vrai génie et un gros bosseur. »

Lorsque Jeanne* s’est installée à Rosny-sous-Bois, elle n’a pas pensé à mettre des rideaux aux fenêtres. La rue entourée de maisons était calme, les trottoirs déserts et le voisinage discret. Des volets en bois, pensait-elle, suffisaient. Lire aussi : CNP Assurances cède sa filiale espagnole d’assurance-vie à Mediterráneo Vida. Dès les premiers jours, elle a découvert que le patron Assu 2000 habite en face, ça ne lui disait pas grand-chose, mais d’ailleurs, les voisins en parlaient, c’était une star locale. Rosny-sous-Bois est une meilleure ville que la plupart des villes de Seine-Saint-Denis, mais ce n’est pas la destination préférée des patrons millionnaires.

Un entrepreneur de calibre Bouthier avec des actifs évalués à plus de 150 millions de dollars ne marche pas dans les rues. Lorsque le cabriolet a quitté le garage au volant de sa Ford Mustang grise, le type au crâne luisant n’est pas passé inaperçu. « Il se promenait dans les petits kékées l’après-midi », a plaisanté Jeanne. Un jour, une fille de 10 ans lui a dit : « Maman, un voisin me regarde par la fenêtre. Elle ne réagit pas. Sa fille le répète une fois, deux fois. Alors Jeanne décide d’installer des rideaux translucides et occultants. L’affaire est vite oubliée. Le voisin peut avoir des mœurs étranges, mais il n’est pas dangereux. Du moins c’est ce qu’il pense alors. Aujourd’hui, Jeanne s’interroge.

Ce qui suit après cette annonce

Tout a commencé le 15 mars, lorsqu’une jeune femme de 22 ans d’origine marocaine s’est présentée à la police. Elle décrit les détails d’une relation rémunérée de six ans avec le fondateur d’Assu 2000, qui a débuté lorsqu’elle avait 16 ans. Elle raconte qu’elle a obéi à son doigt et à son œil et qu’elle s’est rendue contre son gré à des soirées gratuites à Paris, Noisy-le-Sec et Perreux-sur-Marne. Au bout de ces six années, Bouthier lui demandera de lui trouver un remplaçant. Puis une écolière entrait dans l’appartement. La plaignante montre à la police un film dans lequel le sept se laisse caresser cette jeune fille de 14 ans. Selon une enquête révélée par « Le Parisien », l’homme semble très malheureux lorsqu’une collégienne lui résiste et refuse de lui offrir son innocence. La police a ouvert une enquête puis a écouté les acteurs de l’affaire. Deux mois plus tard, Jacques Bouthier est interpellé à son domicile de Charente-Maritime. Les fichiers pédopornographiques seraient saisis sur-le-champ. Cependant, il est présumé innocent. Son avocat n’a pas répondu à nos appels.

Ce qui suit après cette annonce

Certains à Rosny-sous-Bois, qui connaissent les Bouthier depuis trente ou quarante ans, disent ne pas y croire. Le couple se souvient du jour où Jacques Bouthier les a invités chez lui pour fêter la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde 1998. « C’était du champagne pour tout le monde ! » Même si cela ne s’est plus jamais reproduit, le patron d’Assu 2000 (rebaptisé à Vilava) gardé cette image d’un garçon agréable proche des gens.

Voir l’article :
Qu’est-ce que la prévoyance entreprise ? Il s’agit d’un contrat d’assurance conclu…

Les prud’hommes de Tanger accordent le maximum à ceux qui démissionnent ou sont remerciés, les juges estimant que les conditions légales ne sont pas respectées : absence de syndicat, inspecteurs du travail non avertis

Les prud’hommes de Tanger accordent le maximum à ceux qui démissionnent ou sont remerciés, les juges estimant que les conditions légales ne sont pas respectées : absence de syndicat, inspecteurs du travail non avertis

S’il est resté dans le 93, c’est justement pour se rappeler d’où il venait quand, courtier d’assurances de moins de 30 ans, il a emménagé dans un pavillon avec bureaux dans un bungalow de 9 pieds carrés au fond du jardin. Ensuite, il a un assistant, un téléphone et beaucoup d’idées. Tout en travaillant pour trois ou huit sociétés de la compagnie pétrolière, il commercialise les produits d’assurance Axa. « C’est un pionnier de la médiation », en est convaincu le salarié. Un vrai génie et travailleur. Finalement, il diversifie son offre, lance des campagnes d’affichage et met les commerces à la pelle. Son premier employé deviendra un vieil ami, qu’il appelle toujours « Pépère » et lui rend visite au Perreux-sur-Marne. Jacques Bouthier n’a pas encore 40 ans lorsqu’il fait construire – selon des voisins – une maison de 700 pieds carrés à Rosny. Son entreprise est située non loin de là, à Noisy. Son existence est dans un rayon de 5 kilomètres. Tout est à dix minutes en voiture : sa maison, ses enfants, son commerce et l’appartement où il loge ses jeunes recrues. Le centre d’appel est à Tanger. Huit cents salariés sur le « plateau », qui regroupe des jeunes filles des services standards et commerciaux – assurances et sinistres – filiales du groupe, dont Euro-assurance, Assuréo et Maxance.

À Lire  Le Havre, capitale mondiale du scooter

Ce qui suit après cette annonce

Ce qui suit après cette annonce

Écouteurs, assurances, comportements dangereux... la police multiplie les contrôles de trottinettes à Nice
Ceci pourrez vous intéresser :
Lunettes de soleil à rayures rouges et vertes, chemise à jolies rayures,…

À Asma, il dit : «Tu es trop belle pour être marocaine, je te ramène en France!»

À Asma, il dit : «Tu es trop belle pour être marocaine, je te ramène en France!»

Il insuffle une culture d’entreprise très personnelle dans sa boîte. « Le leadership est difficile, il faut travailler dur », explique l’employé, mais il organise des parties de poker amusantes. Exemple : en période Covid, il était interdit d’être hors des agences. Une pancarte à l’entrée réservée au personnel de Tanger indique : « Je pense que vous êtes en France ». Il est interdit de parler arabe et d’utiliser son téléphone portable privé. « On n’est pas vraiment en France ! On fait confiance aux cinq salariés rencontrés, dont deux responsables commerciaux qui sont actuellement jugés devant le Conseil des Prud’hommes après huit et sept ans de service. On travaille neuf heures, une heure de pause déjeuner et quelques » dix pauses » [comprenez dix minutes] pour fumer ou aller aux toilettes. Nos seuls jours fériés : le 1er janvier et le 1er mai. Rien pour les partis marocains. Je suis le porte-parole des salariés. Appelez-moi au moindre problème », insiste « Monsieur Jacques », lorsqu’il se rend à Tanger, quatre ou cinq jours par mois.

Le trafic y est énorme. Pression constante des résultats, fautes récurrentes, primes annulées pour petits retards. « Tous les sièges sont insaisissables », menace-t-il. Les tribunaux du travail de Tanger donnent le maximum à ceux qui démissionnent ou sont licenciés, les juges estiment que les conditions légales ne sont pas remplies : l’absence du syndicat, le manque d’information des inspecteurs du travail. Mais le patron a aussi sa générosité. Chaque année, Jacques Bouthier anime une soirée de gala avec sept cents invités au Consulat de France à Tanger en septembre. Et chaque année une semaine de vacances de rêve pour les meilleurs agents. Sénégal, Thaïlande, Hong Kong, Brésil, USA et Maroc, Marrakech, Zagora ou Ouarzazate. En 2019, une cinquantaine d’entre eux se sont rencontrés à l’hôtel Grand Hyatt de Playa del Carmen, au Mexique. Des travailleurs exemplaires ont été préparés pour un voyage en catamaran avec des danseurs. Certains se demandent s’ils ne proposent pas des services payants.

Balades en trottinette électrique, une nouveauté dans l'écotourisme
A voir aussi :
Silencieux et compact, il permet de se promener dans la nature sans…

Il se rend au standard d’Assu 2000 «faire son marché»

Il se rend au standard d’Assu 2000 «faire son marché»

« Faux, archi-faux », répond le vendeur qui était du voyage. Une chose est sûre : en vacances c’est l’heure de la fête, le bar est ouvert toute la nuit. La seule obligation est d’être présent à 9 heures précises pour les activités quotidiennes : quad, buggy, plongée, ski nautique. Il ne faut pas déroger à cela, tout comme il est déconseillé d’allumer des cigarettes : cet ancien sportif déteste la cigarette. D’autre part, le sexe semble être excellent pour votre santé. Les blagues insolites de Bouthier, bien que choquantes, sont censées apaiser l’ambiance. Certains employés le décrivent comme un gars gentil et gentil. Ils l’ont même vu apporter des croissants sur le siège. C’était avant. Ces dernières années, il s’est calmé et n’est jamais revenu.

Responsabilité civile des entreprises : qu'est-ce qu'une assurance ?
Ceci pourrez vous intéresser :
L’assurance responsabilité civile des entreprises est destinée à réparer les dommages corporels,…

Bouthier avait acheté des villas en Andalousie, un vignoble derrière Saint-Tropez, des hôtels à Paris, au Maroc, une propriété en Charente

Bouthier avait acheté des villas en Andalousie, un vignoble derrière Saint-Tropez, des hôtels à Paris, au Maroc, une propriété en Charente

Quand « l’affaire » est rendue publique en France, la parole au Maroc est libérée. Trois jeunes femmes au caractère bien trempé, anciennes employées de Vilava, ont accepté de nous rencontrer, s’étonnaient de leur courage, mais poussaient un soupir de soulagement qu’elles pouvaient faire confiance à l’État, « où les femmes ont encore tort ! Monsieur Jacques est en vacances à Tanger. Il n’a pas de bureau désigné et assiste à quelques réunions. Une cérémonie quotidienne et immuable qui dure une heure ou deux : il vient, salue tout le monde, vigiles, femmes de ménage, puis part en standard « tournée shopping » réunis dans leurs « marguerites », ces établis sept places séparés par des cloisons vitrées. Il aime les standardistes petits et fins. joli balcon ! s’exclame-t-il. Ou, « Essayez de porter des mini-jupes ! Ses vannes « aventurières lourdes, grossières et humiliantes », selon les mots de nos témoins – qui décrivent le « porc maléfique, humiliant, misogyne, sexiste, néo-colonialiste » – font rire ou terroriser. Au moins, il n’insiste pas sur un refus évident.

À Lire  Assurance vie : Économisez sur les frais et maximisez vos revenus avec cette solution simple ! - Miroir magnétique

Ghita Allam, 38 ans, actuellement rédactrice en chef du site d’information Goud.ma, a été responsable commerciale assurance moto puis chef de chantier de 2012 à 2016 : « J’ai recueilli les plaintes et la confiance de nombreux standardistes. Je passais les infos et ils me disaient : « Fais pas un gros boulot, Jacques, il l’est, mais puis… il ne vient pas souvent. J’ai compris qui était son type. Quand il a atterri, je les ai protégés, leur ai donné dix, voire trente ans de repos. Asma*, 27 ans, était au siège en 2017. Huit mois de « cauchemar » jusqu’à la plainte qu’elle a déposée auprès du policier Saïd Mandouich à 14h30 le 31 octobre 2017 au commissariat central en face du siège de Tanger. « Il m’a dit ‘Ce mec est un bâtard, on le sait' », nous a-t-elle confié en agitant une plainte. Pendant l’entraînement, Jacques Bouthier m’a demandé : « Es-tu marocain ? Mais tu es belle d’être marocaine ! Je vais te ramener en France et te protéger. » Alors le coach m’a chuchoté « Tu es de ses nouvelles, quelle chance qu’il t’ait choisi ! » Je me suis senti humilié, je n’étais pas devant un homme réservé aux chefs. Messages de France : « Je t’écoute répondre aux clients, tu as une voix douce et belle. Je serais là bientôt. Puis : « T’es trop mon genre, t’as une bonne énergie, j’aime tes fesses, envoie moi une photo dénudée. T’es vierge ? Anal ? Cette fois de Tanger : » Je t’attends à la Villa Joséphine , chambre numéro. 1, vous ne le regretterez pas. Je t’achèterai une maison, une voiture. Asma refuse résolument : « Ma dignité n’a pas de prix, lui ai-je dit. Mais sur le plateau, je m’appelais Madame Bouthier. Il m’a ensuite envoyé une photo de lui nu, sans tête : « Regarde mon sexe, c’est petit mais efficace ! » Lors du dernier séjour de Monsieur Jacques, Asma s’est réfugiée dans les toilettes, et comme les autres, elle a longtemps fait semblant d’avoir la diarrhée. ! »

Asma est allée « se laver la tête » en Espagne puis pendant deux mois en France. À son retour, elle a oublié sa plainte, qui a été retrouvée par son frère, devenu avocat. Un autre témoin, Anissa* : « Lors d’un séminaire au Mexique, j’ai refusé d’aller dans sa chambre et lui ai dit avec un sourire que j’avais l’intention d’aller au ciel. Il répondit : « Il n’y a personne au paradis. Les gens qui comptent, les gens bien, vont au diable ! » En 2015, il était censé tomber éperdument car R.B., 19 ans, l’amour durerait un an. Appartement, vêtements, restos offerts : les deux se montreraient à Tanger On se souvient encore du coup de fil hurlant de Farida, une franco-algérienne :  » Donnez-moi une pute qui sort avec Jacques. R.B. finirait par quitter le monsieur.  » Il chercha partout pendant des mois et promit une grosse somme à quiconque trouverait Lui, enfin, Nour*, 26 ans, s’étonne encore, du haut de ses 1,70 mètre, d’avoir été populaire de juillet 2017 à novembre 2021. D’abord à un standard, puis à un attaché commercial et à la poitrine. du ciel ! Quelle belle poitrine, quelle beauté ! Elle, choquée, brille. « Pour qui tu te prends, PDG », dit I.B., son manager. Soirée au consulat, 2018 : « Je connais une petite cachette où on peut s’asseoir confortablement. Tu mérites d’être traitée comme une princesse », lui a dit Bouthier. Nour est consciente que sa hiérarchie joue un double jeu et est tellement en colère contre eux qu’elle les considère comme « complices » et même « connards ». « A Dieu ne plaise, après le Covid ! » Mais le harcèlement continuerait en 2021. Lundi 30 mai, son avocat français Urbain Ondongo de Poitiers, que Nour a retrouvé grâce à un ami français de Tanger, dans Il a porté plainte pour harcèlement sexuel à Paris. » Evidemment je ne suis pas le seul à déraper si je comprends l’allusion du fonctionnaire. »

Dans le dossier : les SMS de Jacques Bouthier « incroyablement violents », poursuit, que Nour n’a pas voulu supprimer en 2021. « J’ai été renvoyé. Ils m’ont dit « salope, tu sors ». Nour se remet à peine de ces quatre années. « Je dors encore mal, je suis dévasté moralement, je veux qu’il souffre comme j’ai souffert et comme les autres ont souffert. Après le limogeage, comme le raconte Asma : des pressions et des menaces via des appels de numéros inconnus, y compris aux familles, des messages de menaces sur Facebook, depuis des comptes immédiatement supprimés. « Toutes les anecdotes racontées par les médias français et celles que vous me racontez vous-même sont fictives ! On a les preuves et les procès vont s’ouvrir », le chef d’état-major de Tanger est allé fumer une cigarette lâchement, détendu et détendu devant les agents de sécurité souriants et inquiets.