Réforme des retraites : pourquoi un nouveau retraité sur six ne sera pas concerné ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’avenir de cette protection historique était incertain, il semble désormais assuré. Créée avant 1945, la « pension d’invalidité » – outil dérogatoire accordé aux personnes fragiles – devrait être épargnée par la prochaine réforme des retraites. Même sans respecter le nombre de trimestres requis, il donne la possibilité d’utiliser le taux plein sous certaines conditions après avoir atteint l’âge légal de la retraite, qui restera donc : « à 62 ans comme aujourd’hui », a déclaré le ministre du Travail. a rassuré jeudi 15 décembre lors d’un point presse Olivier Dussopt.

Le déplacement de l’âge légal de la retraite à 64 ou 65 ans n’affectera donc pas près d’un nouveau retraité sur six. En 2019, les pensionnés d’invalidité représentaient plus de 100.000 dérogations au régime général, selon un récent rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui a constaté que leur espérance de vie était de 4 à 6 ans inférieure à la moyenne.

Ces allocataires comprennent les personnes percevant des prestations d’invalidité (environ 50 000 annuellement) et des allocations aux adultes handicapés (20 000), mais aussi des assurés ayant subi un acte médical au moment de leur départ à la retraite (30 000).

Reconnaissance d’incapacité de travail, calcul, prestations complémentaires, formulaire de demande… Merci pour les informations récapitulant tout ce qu’il faut savoir sur la pension d’invalidité.

Présomption d’incapacité de travail pour les allocataires de l’AAH et les allocataires d’invalidité

Une inaptitude présumée pour les allocataires de l’AAH et les bénéficiaires d’une pension d’invalidité

Au risque d' »incompréhension avec l’assuré », comme le résume l’Igas dans son rapport, la rente d’invalidité « se situe à l’intersection des notions de déficience, d’incapacité et d’invalidité ». En ce sens, l’agence publique estime que « la création par les récentes réformes des retraites de mécanismes fermés ciblant les sociétés voisines n’a pas facilité l’appropriation de ce mécanisme ». Voir l’article : Playbook Paris : Macron sort le parachute – Avec les ministres Cayeux à la pagaie – PJL sanitaire au Sénat.

À Lire  Quels sont les impacts du Covid sur l'assurance auto ?

Que sont-ils? Pension à taux plein pour travailleur handicapé de 55 ans et pension pour incapacité permanente de travail à 60 ans résultant d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail – également à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres.

Quelle est la principale différence avec la pension d’invalidité? Les conditions d’octroi de ces préretraites sont beaucoup plus contraignantes. Ainsi chaque année, seuls 2 000 à 3 000 travailleurs handicapés perçoivent une retraite à taux plein entre 55 et 59 ans, selon le site Faire Face, une source d’information sur le handicap.

A l’inverse, la reconnaissance de l’incapacité de travail est automatique et sans nouvel examen médical pour les assurés suivants :

AAH : retraite automatique

AAH : une pension de retraite automatique

A partir de 62 ans, les titulaires de l’AAH perçoivent automatiquement une pension sans aucune formalité. Si le degré d’incapacité de travail de la personne invalide est d’au moins 80 %, elle peut cumuler l’AAH avec la pension, à condition qu’elle soit inférieure au montant de l’AAH. Le cas échéant, la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) cessera mécaniquement de verser l’Allocation Adulte Handicapé.

Quand demander une pension après avoir perçu une pension d’invalidité ?

Quand demander sa retraite après une pension d’invalidité ?

De même, la transformation d’une pension d’invalidité en pension de vieillesse pour incapacité de travail est automatique. Avec une précision : il appartient au retraité d’introduire une demande de retraite auprès de la Caisse Régionale d’Assurance Retraite (CARSAT). Il est donc en mesure de poursuivre son activité professionnelle et de conserver sa pension d’invalidité jusqu’à l’âge maximum de 67 ans.

Si l’assuré est au chômage mais souhaite retrouver un emploi, il bénéficie d’un délai de six mois à partir de l’âge de 62 ans. Un cas aussi rare que limité. Et cela est dangereux, prévient Philippe Charlin, président-fondateur de Marche et Démarches (expertise retraite) : « Si une personne ne trouve pas d’emploi, il faut qu’elle fasse une demande de retraite, sous peine de perdre non seulement son pension mais aussi la possibilité d’être déclaré inapte au travail sans examen médical ».

Qui doit prouver l’incapacité de travail ?

Qui doit démontrer son inaptitude au travail ?

La « présomption d’incapacité de travail » consiste à percevoir une prestation (AAH, pension d’invalidité). En d’autres termes, les fonds de pension distinguent deux sous-catégories principales : ceux qui sont incapables de travailler… et les autres, dont l’incapacité de travail est évaluée par le médecin-conseil du fonds de pension. Elle ne doit pas être confondue avec une incapacité de travail constatée par un médecin du travail : « Un salarié déclaré inapte par un médecin du travail dans un cadre précis (entreprise et dans un poste déterminé) ne sera pas nécessairement considéré comme inapte au travail par un médecin conseil  » – nous rappelle Philippe Charlin.

À Lire  REPLAY WEBINAIRE - Choisir la bonne assurance santé aux USA : ...

Alors, comment contacter un médecin-conseil ?

Dès lors, comment saisir le médecin-conseil ?

La procédure consiste en l’établissement préalable de formulaires papier par le médecin traitant et en collaboration avec le médecin du travail, si l’assuré continue d’exercer une activité professionnelle – l’assuré doit demander ces documents puis les retourner à sa Carsat, qui les transmet à l’Institution d’assurance sociale. Ce dernier passe un appel si nécessaire : « Le médecin-conseil peut prendre une décision avec ou sans avis médical. Dès lors, il vaut mieux demander une pension 6 mois avant la date de départ, en raison du délai nécessaire pour reconnaître l’incapacité de travail, conseille Philippe Charlin.

Que faire si l’assuré n’est pas déclaré inapte au travail par un médecin-conseil ?

Quels recours si l’assuré n’est pas reconnu inapte au travail par le médecin-conseil ?

En 2021, le taux d’évaluation positive de la pension d’invalidité était de 89 %. Cependant, pour les assurés qui n’ont pas été déclarés inaptes au travail par le service médical, trois solutions sont possibles :

Astuce

Si l’agent de probation qui demande la pension n’exerce aucune activité professionnelle, le médecin-conseil se base sur le dernier emploi exercé avant l’expiration d’un délai de 5 ans à compter du dépôt de la demande.

En plus de votre rente d’invalidité, vous pouvez bénéficier :

Ces deux avantages ne sont pas accordés automatiquement, il faut introduire une demande.

Voir l’article :
EPDM : définition Un engin de transport personnel motorisé est un engin…