Réforme gouvernementale : l’exécutif exaspère les hauts fonctionnaires

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Stanislas Guérini présente ce matin en Conseil des ministres une réforme de la haute fonction publique. Un projet qui recueille l’opposition des diplomates et des préfets, inquiets de la création d’un corps unique d’administrateur de l’Etat.

A voir aussi :
Fondé en 1924 à Curitiba, l’Athletico Paranaense a alterné périodes de gloire…

Le classement de sortie de l’Ena va disparaître et plusieurs corps seront supprimés

Si l’essence de la révolution est de mettre en colère ceux qui sont touchés, alors c’est une révolution. Qui aurait imaginé que les diplomates, les aristocrates du Quai d’Orsay, se mettraient en grève et manifesteraient dans les rues ? Jusqu’à présent, à la fin de l’école, un énarque choisissait un « corps » en fonction de sa position dans le classement. Il avait la possibilité de choisir entre le Conseil d’Etat, l’Inspection du Trésor, la Cour des Comptes, la diplomatie, l’administration préfectorale ou celles de chaque ministère : travail, santé,… Et il est resté dans ce corps pendant trois ou quatre décennies. A voir aussi : Comment ouvrir une cuvette de WC sans produits chimiques ?. . Mais aujourd’hui, l’Ena sera remplacée par l’Institut national de la fonction publique, l’INSP. Un changement de nom, me direz-vous, n’est qu’une mesure fantaisiste.

À Lire  Plomberie : travaux et bricolage autour de la plomberie

Mais surtout il y a deux gros changements. Tout d’abord, le classement de sortie disparaît : les meilleurs n’iront plus au Conseil d’Etat ou à l’Inspection du Trésor et les moins bons n’iront plus par défaut au ministère de la Jeunesse et des Sports. Ensuite, 13 organes ont été supprimés, dont des corps diplomatiques et préfectoraux. Ils appartiendront tous à un corps unique d’administrateurs de l’Etat et pourront passer d’un domaine à l’autre. C’est ce qui provoque la fureur des hauts fonctionnaires qui considèrent qu’on ne peut pas être préfet un jour, ambassadeur le second et inspecteur du travail le troisième, tout comme on ne peut pas être boulanger, puis plombier puis informaticien. En d’autres termes, selon eux, faire tomber les barrières entre les organismes de service public conduit à nier la spécificité de chacune de ces professions.

GROUPE DESCHENES INC. | Anne Darche | La presse
Lire aussi :
Groupe Deschênes inc. (GDI) est fier d’annoncer la nomination d’Anna Darche à…

La réforme permettra aux employeurs publics de choisir les profils

Le gouvernement entreprend cette réforme car elle correspond au grand principe fondateur du macronisme : sortir de la logique des rentes viagères et des carrières tracées à l’avance pour privilégier le mérite. Comme l’a dit Stanislas Guérini dans Le Figaro ce matin, les étudiants de la fonction publique doivent être préparés à exercer un métier, pas à passer un concours. Et permettre aux employeurs publics de choisir les profils des hauts fonctionnaires au lieu de les faire attribuer automatiquement. Il s’agit, encore une fois, d’apporter plus de fluidité. Qui peut être contre le fait de donner plus de flexibilité à la fonction publique ? Mais, en même temps, qui peut nier la spécificité d’une carrière diplomatique ou du travail de préfet ? Il y a des histoires, des traditions, des savoirs qu’on ne peut pas rayer. Entre le corporatisme qui sclérose et la création d’une sorte d’open-space de fonctionnaires que l’on déplacerait comme des pions, peut-être faut-il trouver un peu d’esprit de finesse.

À Lire  Comment bien enlever le noir du fond des toilettes et le faire briller ?

Retrouvez tous les articles liés à la politique 

Immobilier : les clés de la ville à Rennes
Lire aussi :
Projets d’aménagement de la ville et de la métropole, mutations du marché…