Rennes : Ce nouveau master unique en France jongle entre sport et technologie

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Vous n’auriez jamais pensé qu’un tel laboratoire puisse se cacher derrière ces murs légèrement délavés. C’est pourtant ici, dans le bâtiment M du campus de Villejean, qu’une formation unique en France verra bientôt le jour. Ce master baptisé « Digisport », hébergé par l’université Rennes 2, a la particularité de regrouper cinq parcours et vient d’être agréé par le ministère de l’Enseignement supérieur, peu habitué à ces pratiques interdisciplinaires. Ici viennent des étudiants de Staps, de sciences humaines et sociales, d’informatique, d’électronique et de sciences des données. A la rentrée de septembre, 30 sont sur les bancs de cette première action hybride.

Cette « EUR », pour « university research school », s’inspire du modèle anglo-saxon des écoles doctorales réservées aux étudiants en master et en doctorat. Preuve de son attractivité, le master en sciences du numérique et du sport a conquis des étudiants de toute la France qui seront bientôt en première classe. « Ici on peut presque dire qu’on se prépare à des métiers qui n’existent pas », explique Emmanuel Abrivard, qui gère la communication de Digisport. La formule prête à sourire dans une université de sciences sociales comme Rennes 2, dont on se moque parfois faute d’opportunité. Mais elle est très sérieuse. Les étudiants viennent ici s’atteler à la tâche avec des disciplines interdisciplinaires alliant sport et sciences.

S’ils peuvent se lancer dans la recherche, les futurs diplômés peuvent aussi se tourner vers les clubs sportifs professionnels et les grandes marques de sportswear qui souhaitent adapter leur matériel à l’exercice. « Les technologies existent et tous les clubs de football en ont, mais ils n’ont personne pour les analyser, poursuit Emmanuel Abrivard. Par exemple, « l’analyste de données », qui peut traduire des chiffres informatiques, est devenu un membre à part entière du personnel professionnel.

À Lire  Wall Street termine en nette hausse, dopée par la technologie

« Nos étudiants sont trop peu formés aux réalités du terrain »

« Nos étudiants sont trop peu formés aux réalités du terrain »

Pour permettre à ses étudiants et doctorants de réaliser des travaux pratiques, le département s’est doté d’un laboratoire bourré de technologies. A l’instar du labo M2S de Ker Lann, des tests grandeur nature peuvent être réalisés par les étudiants de Digisport. Simulations, par exemple, de cyclisme, de course, de frappe ou de tennis. Voir l’article : Technologies : Les peuples américain et européen veulent renforcer leur alliance contre la Russie. « Nos étudiants sont insuffisamment formés à la réalité du terrain. Ici, ils peuvent profiter de capteurs de mouvement, de réalité virtuelle, de caméras, de systèmes de mesure de la fréquence cardiaque ou des échanges gazeux. On a voulu accentuer la pratique », explique Benoît Bideau, directeur de Digisport.

Financé par l’université Rennes 2, la métropole rennaise et la région Bretagne, le laboratoire a remplacé un ancien studio d’enregistrement désaffecté. Demain, il permettra sans aucun doute aux sportifs de haut niveau de mieux appréhender leurs données de performance. Et peut-être que les étudiants développeront de nouveaux capteurs de mouvement sans marques corporelles. Un travail à mi-chemin entre l’informatique, l’électronique, la data et le sport. On comprend mieux l’importance de mélanger les compétences.

Meilleur site environnemental : comparatif en 2022
A voir aussi :
Si vous êtes venu sur cette page, il y a de fortes…