ROANNE – santé. « Je voulais témoigner sur cette maladie de l’ombre, l’agoraphobie »

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Il y a 5 ans, Emma (pseudonyme) de 27 ans a enfin mis un nom sur son anxiété, née à l’adolescence. Il souffre de trouble panique, d’agoraphobie et d’émétophobie. Séparée par sa maladie et par le regard des autres, Emma souhaite mettre en lumière la « maladie de l’ombre » dont on parle si peu et si mal.

&#xD ;

Par –

&#xD ;

04 janvier 2016 à 05:00

&#xD ;

– Temps de lecture :

&#xD ;

« Je voulais montrer à quel point cette maladie est invalidante au quotidien. Nous ne sommes pas stupides et nous ne sommes pas fous, et nous sommes encore moins déterminés. Je tiens à remercier tous ceux qui souffrent comme moi chaque jour à cause d’un même décès et à tous les êtres chers qui sont dans nos souffrances et qui nous accompagnent chaque jour. »

« Ces soucis m’empêchent de vivre la vie d’une jeune femme de mon âge. Ils sont partout et prouvent mes jours. J’ai du mal à quitter la maison pour faire les choses de tous les jours. Donc je ne peux pas travailler.

À Lire  Les actions du Centre Municipal d'Action Sociale de Nice contre la canicule