Santé : Le nombre d’incidents de sécurité informatique a doublé en un an

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ceci est un signe d’avertissement. L’Agence de santé numérique indique, dans la dernière édition de son Observatoire des déclarations d’incidents pour la sécurité des systèmes d’information pour le secteur de la santé, avoir enregistré 733 déclarations d’incidents en 2021. C’est presque le double de ce qui avait été détecté l’année précédente (369 déclarations ). Cette explosion, à laquelle a fait face le CERT Santé, l’organisme public qui rassemble les experts qui aident les établissements à répondre aux incidents de cybersécurité, est en grande partie imputable à l’augmentation des actes de malveillance. Ces derniers concernent, selon l’institution, 52% des cas recensés. Les autres rapports concernent davantage les erreurs de serveur. Toujours est-il que, quelle que soit l’origine du malaise, cette situation risque de bouleverser les établissements dont le fonctionnement a déjà été mis à rude épreuve par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Un fonctionnement en mode dégradé

Un fonctionnement en mode dégradé

Dax, Villefranche-sur-Saône, Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)… Ces derniers mois, de nombreux établissements ont été victimes de ransomwares. Tout en notant qu' »il n’y a pas eu jusqu’à présent d’attaque coordonnée visant à perturber gravement le système de santé français » dans son ensemble, le CERT Santé estime que « plus que jamais, la mobilisation de tous les acteurs [encadrement, experts techniques et professionnels de santé] est nécessaire pour contrer l’escalade des menaces cybercriminelles dans un environnement global instable. » En effet, les établissements qui ont été victimes de cyberattaques ont temporairement suspendu leur accès aux données de santé de leurs patients. Le rapport note donc une forte activité liée au vol d’identifiants de compte de messagerie et accès à distance Les hackers collectent ces informations de trois manières : hameçonnage, exploitation des vulnérabilités d’équipements obsolètes et essai d’un grand nombre de mots de passe.

A noter que le rapport souligne que l’augmentation des incidents en 2021 s’explique également par des incidents survenus chez les fournisseurs de services – tels que divers hébergeurs d’applications d’entreprise, eux-mêmes touchés par des attaques et des pannes – qui détiennent une part de marché non négligeable. Vient ensuite la perte du « lien télématique », qui perturbe fortement le fonctionnement des activités des formations sanitaires. 60% de ces derniers estiment que l’incident vécu dans l’année « a eu un impact sur les données, qu’il soit personnel ou technique ». 52% ont même dû mettre en place une modalité de prise en charge « dégradée », soit 7% de plus qu’en 2020. A noter également que 26% des établissements ont sollicité l’accompagnement du CERT Santé, notamment pour gérer la compromission de votre ordinateur système.

À Lire  Démonstration d'une nouvelle technologie antiterroriste dans des endroits bondés

« Les installations contrôlées exposent souvent trop de ressources sur Internet et ne prêtent pas suffisamment attention à la sécurité de leurs services (portail en ligne, accès à distance, etc.). L’exploitation de certaines vulnérabilités peut permettre à un attaquant d’accéder à son système d’information avec, parfois, des privilèges élevés », alerte l’Agence de santé numérique. Et de donner des conseils : réduire les surfaces d’attaque en désactivant les comptes, protocoles et services non essentiels ; appliquer une politique de mot de passe assez robuste ; améliorer le suivi des correctifs ; analyser régulièrement les logs de ses équipements périmétriques ; renforcer les configurations et sécuriser les accès ; vérifier la suppression des vulnérabilités Web classiques ; mais ils incluent également l’engagement du prestataire à maintenir la sécurité de l’infrastructure. Des conseils précieux pour toute organisation.

Qui a créé la cybersécurité ?

Qui a créé la cybersécurité ?

I. Cybersécurité : de quoi parle-t-on ? La création du mot « cybernétique » remonte à un professeur du Massachusetts Institute of Technology (mit), Norbert Wiener, qui, dans un livre [1]

Quelle est la différence entre la cybersécurité et la cybersécurité ? La cybersécurité traite des menaces qui peuvent ou non exister dans le cyberespace, telles que la protection des comptes de médias sociaux, des informations personnelles, etc.; tandis que la sécurité de l’information concerne principalement les actifs informationnels, leur intégrité, leur confidentialité et …

Qui est à l’origine des cyberattaques ?

La première cyberattaque a eu lieu le 2 novembre 1988. Un certain Robert Tappan Morris a diffusé sur Internet un ver qu’il a lui-même développé. Robert T. Morris n’est autre que le fils du célèbre Robert Morris.

Comment est née la cybersécurité ?

Ce nouveau domaine de la science a été introduit en 1948 par Norbert Wiener, chercheur américain en mathématiques, dans son ouvrage intitulé « Cybernétique, contrôle et communication chez l’animal et la machine ». Il a ensuite étudié le contrôle des machines.

Quel est le but de la cybersécurité ?

La cybersécurité est la mise en œuvre d’un ensemble de techniques et de solutions de sécurité pour protéger la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des informations. Cette protection doit couvrir tout le cycle de vie des données, depuis leur génération et leur traitement, jusqu’à leur transfert, leur stockage et leur élimination.

À Lire  COVID-19 : Consignes et mesures de protection à mettre en place en cas de cas positif dans un établissement recevant du public

Quand ont commencé les cyberattaques ?

Quand ont commencé les cyberattaques ?

Denial of Service (DdoS) Le premier exemple de cyberattaque majeure remonte à 1988, au début d’Internet. En réalité, l’attaque n’était pas intentionnelle : Robert Tappan Morris, 23 ans, fils du célèbre cryptographe et informaticien Robert Morris, a développé un virus semblable à un ver à des fins de test.

Qui se cache derrière ces cyberattaques ? Selon Google, l’origine de cette cyberattaque se trouve à Jinan, où se trouvent un commandement militaire chinois et une école formée avec le soutien de l’armée, qui a déjà été accusée d’avoir pénétré les serveurs de Google l’année précédente. La Chine dément.

Quel est le but d’une cyberattaque ?

Une cyberattaque peut être menée à des fins d’espionnage. Ces attaques sont très ciblées. Cette attaque vise à récupérer un maximum de données à l’insu de l’entreprise.

Quels sont les objectifs des pirates lors de cyberattaques Plusieurs réponses sont possibles ?

Une fois à l’intérieur du Système d’Information, les pirates peuvent désormais y installer des outils malveillants, se faire passer pour un utilisateur lambda et saper les bastions de sécurité de l’entreprise. Tout cela avec un seul objectif : obtenir un accès en tant qu’administrateur.

Comment Appelle-t-on le type de pirate informatique ?

Comment Appelle-t-on le type de pirate informatique ?

Un cracker est un type de pirate informatique, généralement un « chapeau noir » ou un « chapeau gris », qui se spécialise dans le piratage des systèmes informatiques ou la violation des soi-disant mesures de sécurité (par exemple, la protection contre la copie) des logiciels.

Comment appelle-t-on le type de piratage ? Une cyberattaque est une action volontaire et malveillante visant à endommager un Système d’Information.

Quels sont les différents types de pirate informatique ?

Sécurité de vos données : quelles sont les méthodes de piratage les plus courantes ?

  • Hameçonnage.
  • rançongiciel.
  • Vol de mot de passe.
  • Logiciels malveillants.
  • Le faux réseau wifi.
  • La clé USB avec un piège.

Comment Appelle-t-on ce type de pirate informatique cyberattaque ?

Attaques de phishing et de spear phishing Cette technique combine l’ingénierie sociale et un stratagème technique. Il peut s’agir d’une pièce jointe à un e-mail, qui charge des logiciels malveillants sur votre ordinateur.

Comment Appelle-t-on ce type de pirate informatique de site web ?

Script kiddies : ce terme péjoratif fait référence aux pirates « chapeau noir » qui utilisent des programmes téléchargés sur Internet pour attaquer des réseaux et dégrader des sites Web afin de se faire un nom.