Sarthe : Laurianne Perdriau, jeune étudiante, aime sauter en parachute… seule !

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dans le cadre de ses études à l’Ecole Centrale de Lille, Laurianne Perdriau, qui vit à La Flèche (Sarthe), a dû réaliser un défi. Elle a décidé de parachuter seule.

Étudiante en 2ème année à l’Ecole Centrale de Lille, Laurianne Perdriau a dû relever un défi dans le cadre de ce cursus. Habitante de La Flèche (Sarthe), elle décide de sauter, seule, en parachute et elle y prend goût.

Mettre en avant les capacités de la femme

Très vite, elle a eu envie de parachuter en totale autonomie. Ceci pourrez vous intéresser : La chute libre, un sport unique aux sensations extrêmes.

J’avais déjà fait un saut en tandem et découvert de belles sensations.

Lors d’une discussion avec des amis, elle s’est fixé comme objectif de sauter 4 000 mètres en solitaire.

« Dans les écoles d’ingénieurs, il y a un très faible pourcentage de filles par rapport aux garçons. En réalisant ce challenge, je voulais aussi montrer que nous les filles pouvons aussi réaliser de beaux projets et occuper des postes à responsabilité. »

Ceci pourrez vous intéresser :
AL-MUKALLA : Des militants des médias sociaux vivant dans la ville de…

Financer ses formations

Indépendante, elle finance également sa propre formation en donnant des cours de mathématiques et de physique à des collégiens.

Inscrite à la session d’avril 2022, elle débute la formation par une journée théorique au centre de parachutisme de Saumur et la termine par un saut en fin de journée.

À Lire  Arvigne. Le village va retrouver sa fête pendant trois jours

Comment gonfler sa pagaie ? - Actifs marins
Sur le même sujet :
Vous êtes tombé amoureux dernièrement et êtes maintenant l’heureux propriétaire d’une planche…

« Au fur et à mesure, j’ai pris plaisir »

Lors de l’ascension, les sensations se mélangent. A voir aussi : Un nouveau record de saut en parachute pour le Paris Jump. « Qu’est-ce que je suis venu faire ici ? elle se demandait.

Au premier saut, j’avais les yeux fixés sur mon altimètre et j’ai pris soin de saisir la sangle de mon parachute ».

J’étais concentré sur ce que je devais ou ne devais pas faire.

Les 2ème et 3ème jours sont exclusivement pratiques avec la réalisation d’autres sauts.

« Avec le temps, j’ai gagné en confiance. J’ai vraiment apprécié les 6e et 7e sauts, en prenant le temps de regarder la terre d’en haut. »

Sur le même sujet :
La Garmin Epix 2 promet d’être la smartwatch que les fans de…

Un saut… à Nice ? 

Une expérience insolite qui renforce et ouvre d’autres horizons. A voir aussi : GAMEPLAY – Gagnez votre premier vol en hélicoptère avec Héli Béarn.

Personnellement, j’en tire une grande fierté. Je souhaite également continuer le parachutisme et obtenir mon Brevet A. Une curiosité qui devient une passion.

A la rentrée, Laurianne devrait intégrer l’EDHEC, école de commerce à Nice.

Peut-être trouvera-t-elle un moyen de découvrir la Promenade des Anglais, mais vue d’en haut. J’espère qu’elle n’est pas déçue !

Cet article vous a-t-il été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Les Nouvelles de Sablé dans la rubrique Mes Actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.