Soixante-quinzième Assemblée mondiale de la Santé – Mise à jour quotidienne : 27 mai 2022

Photo of author
Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Nombre record de décisions sur les maladies non transmissibles et la santé mentale

Les délégués présents à l’Assemblée mondiale de la santé ont approuvé un nombre record de recommandations sur les maladies non transmissibles (MNT) – telles que le cancer, le diabète et les maladies cardiaques et pulmonaires – et sur la santé mentale et les facteurs de risque contributifs. Lire aussi : Santé : à quoi servent les ceintures de sécurité ?.

Ces recommandations précèdent la quatrième réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles, qui se tiendra en 2025, et visent à accélérer les progrès vers la réalisation des cibles mondiales sur les maladies non transmissibles et les objectifs de développement durable. .

Outre les travaux préparatoires convenus avant cette réunion, les mesures visant à réduire le nombre de décès attribuables aux maladies non transmissibles comprennent une nouvelle feuille de route. Cela vise à aider les États membres à accélérer l’action en faveur des populations et à atteindre les objectifs des objectifs de développement durable liés aux maladies non transmissibles.

Un nouveau plan d’action a également été approuvé dans le cadre du mécanisme mondial de coordination pour la lutte contre les maladies non transmissibles. Cette plateforme, qui rassemble des acteurs clés travaillant à l’amélioration de la situation des maladies non transmissibles, renforce l’action et la collaboration multisectorielles et multipartites dans les domaines des maladies non transmissibles et de la santé mentale.

Vers 2025 : l’échéance mondiale de la MNT

Suite donnée à la déclaration politique de la troisième réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles

Mécanisme global de coordination pour la prévention et le traitement des maladies non transmissibles

Projet de plan de travail pour le Mécanisme global de coordination pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles 2022-2025

Comment pallier le manque de dentistes : les professionnels retraités se mobilisent
A voir aussi :
L’association s’appelle ASUDE pour l’aide et le service pour les urgences dentaires.…

Soutien aux personnes vivant avec des maladies non transmissibles dans les situations d’urgence humanitaire

Soutien aux personnes vivant avec des maladies non transmissibles dans les situations d’urgence humanitaire

Les délégués ont approuvé les recommandations sur la manière de renforcer la conception et la mise en œuvre des politiques (y compris en ce qui concerne la résilience des systèmes de santé, des services et des infrastructures de santé) pour prévenir et gérer les MNT dans les urgences humanitaires. Les urgences récentes, telles que le conflit en Ukraine et la pandémie de COVID-19, ont mis en évidence à quel point les personnes vivant avec des maladies non transmissibles sont à risque, d’où la nécessité d’accorder une attention particulière à ces maladies dans le cadre de la planification et de la réponse aux urgences.

Les délégués ont élaboré un ensemble de recommandations pour les États membres, les partenaires humanitaires internationaux, la société civile, le secteur privé et l’OMS, qui visent à renforcer la préparation et la réponse aux situations d’urgence du point de vue des maladies non transmissibles dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et au-delà. En particulier, le Secrétariat de l’OMS est appelé à revoir les mesures actuelles de lutte contre les MNT et à renforcer la capacité de l’Organisation à élaborer et diffuser des produits réglementaires sur ces maladies, tels que des orientations techniques, pour aider les pays à élaborer et à mettre en œuvre des plans nationaux de préparation et de réponse aux urgences sanitaires. . Il sera également important de faciliter l’achat et la diffusion de médicaments pour les maladies non transmissibles et en particulier l’approvisionnement en insuline.

Recommandations pour renforcer la conception et la mise en œuvre des politiques, en particulier en ce qui concerne la résilience des systèmes de santé, des services et des infrastructures de santé, pour la prise en charge des personnes atteintes de maladies non transmissibles et pour la prévention et le contrôle de leurs facteurs de risque dans les situations d’urgence humanitaire

Renforcer la réhabilitation en situation d’urgence

Masques, lessive, exercice... 7 conseils contre les allergies
Ceci pourrez vous intéresser :
La première saison est celle du pollen des arbres (olivier, platane, bouleau,…

Tout premier ensemble de cibles de couverture mondiale pour le diabète

Tout premier ensemble de cibles de couverture mondiale pour le diabète

Pour la première fois, les délégués de l’Assemblée mondiale de la santé ont exprimé leur soutien à l’établissement d’objectifs mondiaux de lutte contre le diabète. Ces objectifs font partie d’un nouvel ensemble complet de recommandations visant à renforcer et à surveiller l’action nationale contre le diabète.

Il s’agit notamment de veiller à ce que, d’ici 2030, 80 % des personnes atteintes de diabète soient diagnostiquées ; 80 % des personnes atteintes de diabète ont un bon contrôle de la glycémie ; 80 % des personnes diagnostiquées avec le diabète ont un bon contrôle de la tension artérielle ; 60 % des personnes diabétiques âgées de 40 ans et plus reçoivent des statines ; et 100 % de toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 ont accès à des traitements abordables à l’insuline et à des appareils de surveillance de la glycémie. Actuellement, le diabète est l’un des 10 principaux tueurs dans le monde.

Réduire le fardeau des maladies non transmissibles en renforçant la prévention et le contrôle du diabète

"La santé ne parle pas aux jeunes et c'est aussi notre faute, nos médecins" (Pauline Martinot, neuroscientifique)
Voir l’article :
(ETX Daily Up) – Comment parler de santé avec les jeunes ?…

Une stratégie mondiale historique sur la santé bucco-dentaire

Une stratégie mondiale historique sur la santé bucco-dentaire

Bien que largement évitables, plus de 3,5 milliards de cas de maladies bucco-dentaires et d’autres affections bucco-dentaires ont été estimés dans le monde en 2019. Bien que ces affections touchent près de la moitié de la population mondiale, il n’existe actuellement aucune stratégie globale de santé bucco-dentaire.

Les délégués ont convenu qu’une telle stratégie globale était désormais nécessaire. Il servira de base à l’élaboration d’un nouveau plan d’action mondial, comprenant un cadre de suivi des progrès avec des objectifs à atteindre d’ici 2030, qui sera discuté lors de l’Assemblée mondiale de la santé en 2023. L’OMS publiera également son premier plan d’action mondial absolu. rapport sur la santé bucco-dentaire en 2022.

La stratégie mondiale de santé bucco-dentaire définit une vision audacieuse pour une couverture universelle des services de santé bucco-dentaire d’ici 2030. Les principales approches comprennent une action nationale ambitieuse, l’intégration de la dentisterie de santé dans les soins de santé primaires et l’optimisation des technologies numériques.

Projet de stratégie mondiale pour la santé bucco-dentaire

Nouvelles recommandations pour la prévention et la prise en charge de l’obésité

Les délégués à l’Assemblée mondiale de la santé ont adopté de nouvelles recommandations pour la prévention et la prise en charge de l’obésité à toutes les étapes de la vie et une série d’objectifs connexes dans le but d’arrêter l’obésité chez les enfants de moins de 5 ans, les adolescents et les adultes d’ici 2025 et de mettre fin à toutes les formes de dénutrition d’ici 2030.

Ils ont présenté les actions que les gouvernements, la société dans son ensemble et le Secrétariat de l’OMS devraient entreprendre pour réduire la consommation de sucres libres à moins de 10 % de l’apport énergétique total chez les adultes et les enfants ; augmenter les taux d’allaitement exclusif au sein au cours des six premiers mois de la vie à au moins 70 % et réduire la prévalence mondiale de l’inactivité physique de 15 % d’ici 2030. L’OMS a déjà élaboré un nouveau plan pour aider les États membres à accélérer l’action visant à mettre fin à l’obésité.

Plan d’accélération pour aider les États membres à mettre en œuvre les recommandations pour la prévention et la prise en charge de l’obésité à toutes les étapes de la vie

Santé : Tous nos conseils pour choisir le bon dentiste !
Lire aussi :
Il est important de faire attention à la santé de vos dents…

Améliorer la vie des personnes atteintes de troubles neurologiques

Améliorer la vie des personnes atteintes de troubles neurologiques

Les délégués ont convenu du nouveau plan d’action intersectoriel mondial sur l’épilepsie et d’autres troubles neurologiques 2022-2031 (y compris les accidents vasculaires cérébraux, la migraine, la démence et la méningite) qui vise à améliorer l’accès des personnes atteintes de ces troubles aux soins et au traitement, à prévenir de nouveaux cas et à soutenir le cerveau tout au long de la vie. santé et développement.

Les troubles neurologiques sont la première cause de perte d’années de vie corrigées de l’invalidité et la deuxième cause de décès dans le monde. Malgré le lourd fardeau mondial des maladies neurologiques, l’accès aux services de soins et de soutien est insuffisant, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le plan d’action abordera les défis et les lacunes qui existent dans le monde dans la prestation de soins et de services aux personnes atteintes de maladies neurologiques et assurera une réponse mondiale coordonnée dans tous les secteurs.

Projet de plan d’action intersectoriel mondial sur l’épilepsie et les autres troubles neurologiques 2022-2031

Accélérer l’action pour réduire l’usage nocif de l’alcool

Les délégués ont également convenu d’un plan d’action pour 2022-2030 afin de mettre en œuvre efficacement la stratégie mondiale visant à réduire l’usage nocif de l’alcool en tant que priorité de santé publique.

Le rythme d’élaboration et de mise en œuvre des politiques en matière d’alcool a été inégal dans les Régions et les pays de l’OMS. Depuis son approbation il y a 10 ans, les ressources et les capacités nécessaires pour mettre en œuvre la stratégie mondiale de l’OMS visant à réduire l’usage nocif de l’alcool n’ont pas été suffisantes pour faire face à l’ampleur du problème. En conséquence, toutes les 10 secondes, quelqu’un meurt des suites de l’alcool.

Le plan d’action sur l’alcool propose des objectifs et des principes opérationnels, des domaines d’action clés pour les États membres, le Secrétariat de l’OMS, les partenaires internationaux, les organisations de la société civile et les universités, ainsi que les mesures qu’il propose aux acteurs économiques impliqués dans la production et le commerce d’alcool à pris. Il contient également un ensemble d’objectifs mondiaux, d’indicateurs et de jalons pour le suivi des progrès.

Projet de plan d’action (2022-2030) pour mettre en œuvre efficacement la stratégie mondiale de réduction de l’usage nocif de l’alcool en tant que priorité de santé publique

Soutien aux personnels de santé et d’aide à la personne

Les délégués ont convenu d’adopter le plan d’action « Engage for Health » (2022-2030). Le plan d’action, élaboré dans le cadre d’un processus dirigé par les États membres, définit des priorités stratégiques pour faire progresser rapidement la capacité de la main-d’œuvre dans trois dimensions : planification et financement, formation et emploi, protection et performance.

La protection des travailleurs, une préoccupation croissante dans tous les contextes, est soutenue par le consensus qui s’est dégagé pour un pacte mondial pour les professionnels de la santé et des soins de santé recommandant comment protéger les travailleurs de la santé et les soins personnels, ainsi que promouvoir et garantir un meilleur travail décent.

La résolution reconnaît les progrès réalisés à l’échelle mondiale pour remédier à la pénurie de travailleurs de la santé depuis 2016. L’OMS note que le déficit mondial a été réduit de 15 millions en 2020 et devrait être ramené à 10 millions d’ici 2030. ils n’étaient pas identiques d’une région à l’autre, avec un accès limité aux services de santé pour des centaines de millions de personnes dans le monde. L’OMS continue d’exhorter tous les États Membres à appliquer le principe de précaution avant le recrutement international de personnel de santé provenant de pays confrontés à de graves pénuries de main-d’œuvre.

A75/12 Ressources humaines pour la santé : S’engager pour la santé : projet de plan d’action 2022-2030.

A75/13 Ressources humaines pour la santé : Pacte mondial pour le personnel de santé et de soins personnels

A75/14 Ressources humaines pour la santé : Code de conduite mondial de l’OMS pour le recrutement international des personnels de santé : Quatrième cycle de rapports nationaux

A75/15 Ressources humaines pour la santé : Stratégie mondiale sur les ressources humaines pour la santé à l’horizon 2030

S’engager pour la santé : projet de plan d’action 2022-2030

Pacte mondial pour la santé et les professionnels de santé

Mise à jour de la Stratégie mondiale de l’OMS pour la sécurité sanitaire des aliments

Les délégués à l’Assemblée de la Santé ont décidé d’adopter la Stratégie mondiale actualisée de l’OMS pour la sécurité alimentaire 2022-2030, afin de renforcer les systèmes nationaux de sécurité sanitaire des aliments. La mise à jour vise à assurer la modernisation des systèmes de sécurité sanitaire des aliments et le renforcement de la collaboration multisectorielle afin que toutes les populations consomment des aliments sûrs et sains, ce qui réduirait le fardeau des maladies d’origine alimentaire, qui touchent actuellement près d’une personne sur dix dans le monde.

Les États membres sont encouragés à élaborer des feuilles de route pour la mise en œuvre de la stratégie au niveau national ou à réfléchir aux mesures à appliquer dans le cadre des politiques et programmes de sécurité alimentaire existants et à allouer les ressources nécessaires. Le Directeur général est également invité à rendre compte des progrès accomplis tous les deux ans jusqu’en 2030.

La stratégie a été présentée en consultation avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les États membres et l’Organisation mondiale de la santé animale.

Projet de stratégie mondiale de l’OMS pour la sécurité alimentaire 2022-2030

Principaux référentiels en matière de sécurité alimentaire

Initiative mondiale Santé pour la paix

Les délégués ont demandé aujourd’hui au Directeur général de consulter les États membres et les observateurs sur les modalités proposées pour la mise en œuvre du rapport de l’OMS sur une nouvelle initiative mondiale intitulée « La santé pour la paix ». L’initiative viserait à établir et à élargir de nouveaux partenariats pour faire avancer les objectifs du triple milliard dans les zones touchées par des conflits et/ou fragiles.

Les approches suggérées sont :

L’Assemblée mondiale de la santé a également demandé une feuille de route, qui sera élaborée en pleine consultation avec les États membres, les observateurs, les autres agences des Nations Unies et les acteurs non étatiques concernés en relations officielles avec l’OMS. Cette feuille de route sera présentée pour examen l’année prochaine par la 76e Assemblée mondiale de la Santé par le biais de la 152e session du Comité exécutif.

Initiative mondiale de la santé pour la paix

Modifier plus rapidement le Règlement sanitaire international

Les délégués ont décidé de modifier le Règlement sanitaire international (RSI) afin de réduire le délai d’effet de tout changement futur de 24 à 12 mois. Un processus complet a été convenu plus tôt cette semaine pour traiter les futurs amendements au RSI.

Rapport du groupe de travail sur le renforcement de la préparation et de la réponse de l’OMS aux urgences sanitaires à la 75e Assemblée mondiale de la santé

Proposition d’amendement du Règlement sanitaire international (2005)

Les États membres de l’OMS ont réélu aujourd’hui le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus au poste de directeur général de la principale institution de santé publique au monde pour un deuxième mandat de cinq ans. Le Dr Tedros a été élu pour la première fois en 2017.

Quels sont les types de la santé ?

  • 2.1 Notion relative.
  • 2.2 Santé mentale.
  • 2.3 Santé reproductive.
  • 2.4 Santé au travail.
  • 2.5 Santé et environnement.
  • 2.6 Santé planétaire.

Quels sont les 4 déterminants de la santé ? Ces quatre champs sont : les caractéristiques individuelles ; â € ¢ milieux de vie; â € ¢ systèmes; â € ¢ le contexte mondial. Tous les déterminants de la santé se retrouvent dans l’un ou l’autre de ces domaines.

Quels sont les 12 déterminants de la santé ?

Le stress, le revenu, l’éducation, les relations sociales, l’environnement, le travail, la génétique… tout cela – et bien d’autres choses – affecte notre état de santé. Ces facteurs sont appelés « déterminants de la santé ». S’ils sont favorables, nos chances d’être en bonne santé seront élevées.

Quelle est la différence entre la santé publique et la santé communautaire ?

Le terme de santé communautaire introduit une notion d’engagement de chacun, tandis que celui de santé publique renvoie à une notion de puissance publique, qui représente une communauté.

Quelle est la date de la création de l’OMS ?

La Constitution de l’OMS est entrée en vigueur le 7 avril 1948, date à laquelle la Journée mondiale de la santé est célébrée chaque année.

Comment l’OMS a-t-elle été créée ? En 1946, une conférence internationale promulgue la Constitution de l’OMS, adoptée à New York par la Conférence mondiale de la santé le 22 juillet 1946. Elle est signée par les représentants de 61 États et entre en vigueur le 7 avril 1948, suite à la ratification de la 26e membre.

Quelle est la date de création de l’OMS ?

Les diplomates réunis pour créer les Nations unies en 1945 discutent notamment de la création d’une Organisation mondiale de la santé. La Constitution de l’OMS est entrée en vigueur le 7 avril 1948, date à laquelle la Journée mondiale de la santé est célébrée chaque année.

Quel est le but de l’OMS ?

La mission de l’OMS est de promouvoir la santé, de préserver la sécurité mondiale et de servir les populations vulnérables.

Pourquoi avoir créé l’OMS ?

L’OMS est née : une organisation pour lutter contre les maladies qui ne connaissent pas de frontières. Lorsque l’Organisation des Nations Unies (ONU) a été créée en 1945, les diplomates discutaient déjà de la nécessité d’une agence de santé spécialisée pour servir de superviseur international.

Quelle est l’importance de la santé dans la vie ?

1 « Une meilleure santé est essentielle pour le bonheur et le bien-être. Une meilleure santé contribue également de manière significative au progrès économique, car les populations en bonne santé vivent plus longtemps, sont plus productives et épargnent davantage » (Organisation mondiale de la santé 2009).

Quelle est l’importance de la santé publique? « Les indicateurs de santé publique aident à mesurer le succès des politiques de développement », a déclaré Mme Chan, qui considère l’investissement dans les soins de santé comme une bonne stratégie pour lutter contre la pauvreté.

Quels sont les objectifs de la santé ?

La santé a de nombreux visages Il existe de nombreux types d’objectifs de santé. Parfois, le résultat recherché est à long terme : allongement de l’espérance de vie ou réduction de la mortalité.

Laisser un commentaire