Sortir de prison rend-il plus radical ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

le nécessaire

La réouverture des plateformes, des cinémas et des lieux culturels a fait le bonheur de certaines personnes qui avaient besoin de sortir et de socialiser. Mais pour d’autres, ce retour à la vie normale n’a fait qu’augmenter les angoisses inculquées depuis le premier accouchement. Une période qui aide à l’agoraphobie qui met du temps à s’estomper.

La France connaît depuis mercredi 19 mai le début de la fin des accouchements. Bonne nouvelle pour certains, cela peut ramener une anxiété (presque) normale, mais un peu soudaine, pour d’autres.

L’agoraphobie, ou peur des espaces publics et des foules, semble être un symptôme post-confinement encore observé chez certains Français, ainsi qu’ailleurs dans le monde. Comment gérer une plus grande foule autour des restaurants et des cafés ? Et dans le métro ? Autant de questions que les agoraphobes peuvent se poser, et vivre avec la souffrance.

« Un certain temps pour dégeler »

L’agoraphobie est un trouble anxieux généralement causé par un événement psychologique traumatique. Ici, ne cherchez plus : la pandémie peut être cet événement. Dans une étude publiée en 2020, Danny Horesh, professeur associé au département de psychologie de l’université Bar-Ilan, et Adam D. A voir aussi : Faciliter le recrutement des professionnels de santé en Nouvelle-Calédonie – Nouvelle-Calédonie la 1ère. Brown, professeur assistant au département de psychologie de l’université de New York, considèrent la crise sanitaire comme un événement traumatisant. Le psychothérapeute Pierre Nantas expliquait également, en mai 2020, que « la situation […] ressemble fortement à une situation de stress post-traumatique ».

Le syndrome de la cabine pourrait-il affecter ces personnes ? Ce syndrome fait référence au désir de rester chez soi, bien à l’abri du monde extérieur et de ses interactions. C’est une forme particulière d’agoraphobie. Avec la pandémie, beaucoup montrent qu’ils préfèrent rester à la maison, s’adonner à de nouvelles activités, comme cuisiner, peindre, lire ou simplement regarder une série.

À Lire  7 conseils simples pour vieillir en bonne santé

A voir aussi :
Revenir à une vie normale après l’emprisonnement sans nuire à la santé…