Strasbourg : le groupe CBD s’apprête à interdire la vente de fleurs de chanvre

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

Le Syndicat des Professionnels du Cannabidiol (CBD) se réunit ce samedi 16 octobre, place Kléber, à Strasbourg. Les vendeurs de cette drogue sans effet psychotrope sanctionnent par exemple l’ordonnance fondée sur l’interdiction de la vente de fleurs et feuilles séchées de chanvre, la majorité de leurs activités.

La filière CBD (ou cannabis light) s’active le 16 octobre sur un stand d’information sur la place Kléber à Strasbourg. L’Union des Professionnels du Cannabidiol (UPCBD) veut promouvoir les effets de ce médicament sans effets psychotropes, connu pour ses propriétés relaxantes. Cet organisme est créé alors que le gouvernement veut interdire la vente aux consommateurs de fleurs et feuilles, qui représentent 70 % des ventes des magasins spécialisés.

Cet exemple de loi, notifié à la Commission européenne le 21 juillet, est justifié par des « raisons de paix publique ». Selon la mission conjointe de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), la police ne peut pas détourner le CBD (avec du THC de 0,2%) du cannabis récréatif. « C’est une mauvaise chose » selon l’UPCBD, qui procède ce jour-là à des tests salivaires fournis par la société Hemperious.

« Si la fleur est interdite, beaucoup de boutiques vont faire faillite »

"Si la fleur est interdite, beaucoup de boutiques vont faire faillite"

« La pratique du gouvernement n’est pas conforme au droit européen, notamment fin novembre 2020. Nous nous apprêtons à la contester par un recours au Conseil d’Etat », a annoncé Charles Morel, président de l’UPCBD. En novembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a déclaré illégale l’interdiction du CBD en France, ce qui a levé l’ambiguïté juridique sur son marché. Mais depuis, l’épée de Damoclès semble à nouveau planer sur l’ouvrage. Lire aussi : CBD : le Conseil d’Etat invalide l’interdiction des fleurs de cannabis. Le choix de Strasbourg, capitale de l’Europe, comme lieu de rencontre n’est pas un hasard. « Il y a beaucoup de commerces en Alsace et c’est surtout un symbole fort. D’un côté, il y a la liberté de l’Europe, et de l’autre, la prohibition française. »

À Lire  Comment la fleur de CBD à succès en France a-t-elle été créée ?

Dans le magasin strasbourgeois Casa verde, cette commande fait craindre le pire. « Si la fleur est interdite en France, beaucoup de commerces feront faillite, nous avons beaucoup d’autres produits comme l’alimentaire ou les cosmétiques, mais deuxièmement. » Ici, la fleur crue peut être consommée sous différentes formes en infusion (il est interdit de fumer).

En plus de fragiliser les gérants de 47 magasins alsaciens (30 dans le Bas-Rhin et 17 dans le Haut-Rhin), l’ordonnance touchera également les producteurs de chanvre (trois en Alsace). A Weinbourg (Bas-Rhin), la production d’Alexandre Westphal fait face à des règles particulières d’évacuation. « Nous devons faire beaucoup de travail pour le rendre légal. Nous avons été reconnus par la gendarmerie et nous avons des espèces qui sont dans la liste européenne. Nous avons beaucoup de recherches. Des options pour commencer à passer le test. »

Une branche de chanvre de la ferme Furstweg dans le Bas-Rhin.

© Marie-Christine Lang / Télévision française

Sur le même sujet :
Soutenu par la jurisprudence européenne et française récente, l’essor des produits CBD…