Suite aujourd’hui… Crédit Agricole…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

(AOF) – Le 13 décembre 2022, le Conseil d’administration, agissant sur délégation de l’Assemblée générale des actionnaires, a décidé de réduire le capital social de Crédit Agricole S.A. en annulant 16,658 millions d’actions propres qui étaient détenues, représentant environ 0,5 % du capital social. La réduction de capital a été réalisée le 13 janvier 2023. Ces actions ont été rachetées dans le cadre du programme de rachat d’actions dont l’objectif était de compenser l’effet dilutif de l’augmentation de capital réservée aux salariés en 2022, entre le 11 novembre 2022 et le 30, 2022.

– Véhicule coté du groupe mutualiste du même nom, 1ère banque française et 8ème mondiale ; – Produit net bancaire de 22,7 milliards d’euros, généré par les activités de détail avec 65%, par les services financiers spécialisés avec 12%, par la banque de gros avec 14% et par la gestion de l’épargne et l’assurance ; – Business model en 3 points – excellence dans les relations en devenant la banque préférée des particuliers, entrepreneurs et institutionnels, responsabilité locale pour accompagner la digitalisation et l’engagement sociétal en renforçant l’engagement mutuel ; – Les membres régionaux détiennent 55,3 % du capital, d’où la forte présence de leurs représentants au sein du Conseil d’administration (10 membres sur 21) présidé par Dominique Lefebvre, et Philippe Brassac en est le directeur général ; – Position financière solide – à fin juin, coefficient CET 1 de 11,3% et réserves de liquidité de 468 milliards d’euros.

– Nouveau plan « Ambitions 2025 » : résultat net supérieur à 6 milliards d’euros et retour sur capitaux tangibles supérieur à 12% / accélération de la transformation technologique et digitale avec un budget de 20 milliards d’euros pour l’IT et le digital, dont 1 milliard d’euros transformation technologique / cash distribution de 50 % du résultat ; – Stratégie d’innovation, l’un des 3 leviers du business model : interne : 90% des entités du Groupe ont une architecture orientée data en 2022 et 300 millions d’euros pour gagner en efficacité informatique, 100% des informaticiens formés aux nouvelles technologies dans le Système d’Information Universitaire et 100% des nouvelles technologies testées sur les nouveaux services métiers / selon les utilisateurs : élargissement de la gamme d’applications leaders (Ma Banque Pro, Entreprises Pro& LCL, etc.), offre de solutions de caisses numériques et mobiles pour les petites / commerçants de taille moyenne, offre européenne de paiements électroniques pour les grandes enseignes et offre e-commerce complète ; – Stratégie de protection de l’environnement visant la neutralité carbone en 2050 pour l’empreinte propre et les portefeuilles d’investissement et de financement ; Objectif 2025 : réduction à 20% de l’exposition pétrolière à l’extraction pétrolière / pour les fonds ouverts gérés activement par Amundi, note énergétique supérieure à celle des concurrents et 20 milliards d’euros dédiés aux fonds d’impact / croissance 60% d’exposition des banques d’investissement aux actifs énergétiques non carbonés et développement d’une plateforme dédiée aux projets hydrogène / Hausse de 50% des financements des énergies renouvelables en France / Objectif 2030 : lancement de deux nouvelles activités, Transitions & L’énergie pour l’abordabilité des transitions énergétiques abordables et Santé & Des territoires pour l’accès aux soins et le « bien vieillir » ; – Baisse de la pénétration sur le marché chinois (première société de gestion étrangère) et indien (offre de gestion de trésorerie) ; – Renforcement du financement de la mobilité grâce à un partenariat avec Stellantis, opérationnel en 2023 et lancement d’une entité interne spécialisée.

À Lire  Véhicules d'occasion : cinq conseils pour acheter la tranquillité d'esprit

– Intégration des italiens CreVal et Lyxor ; – Fort impact des provisions et hausse du coût du risque sur la zone Ukraine et Russie, qui se traduit par une baisse de 16,1% du résultat net au premier semestre ; – Perspectives de marché difficiles pour le second semestre, hors Etats-Unis : forte baisse de la croissance et hausse de l’inflation en Europe, stagflation dans les pays en développement et hausse des taux directeurs.

Effets négatifs de la hausse des taux d’intérêt

Une hausse des taux d’intérêt entraîne généralement une augmentation des revenus bancaires par le biais de prêts. En Europe, selon une enquête menée par S&P auprès de 85 établissements bancaires, le secteur s’attend à une hausse moyenne des revenus nets d’intérêts de 18 %. Cependant, ce nouveau contexte inflationniste a aussi des effets indésirables, notamment la hausse des coûts de refinancement. Cela s’est accompagné de la crainte d’une nouvelle récession, qui toucherait alors l’ensemble des opérations de la banque, du crédit à la gestion d’actifs, dont les revenus sont corrélés aux valorisations boursières. Un élément encourageant : les banques de la zone euro sont suffisamment solides pour faire face à un environnement qui se dégrade.

2023 Agence Option Finance (AOF) – Tous droits réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu’elle considère comme les plus fiables. Cependant, le lecteur reste responsable de leur interprétation et de l’utilisation des informations mises à sa disposition. Par conséquent, le lecteur doit indemniser AOF et ses contributeurs contre toute réclamation découlant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance