Test Polar Pacer Pro : la meilleure montre de sport pour courir ?

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Dévoilées il y a quelques jours, les montres connectées Polar Pacer et Pacer Pro commencent à débarquer sur nos étals. Nous vous proposons de voir en détail ce qu’a dans le ventre la Pacer Pro, vendue au même prix que la vénérable Vantage M2 mais dotée de plus de fonctionnalités.

La marque finlandaise Polar semble vouloir étendre son impact sur l’entrée et milieu de gamme. Il faut dire que ce secteur concurrentiel devient de plus en plus prisé par la concurrence. Nous pensons ainsi à Garmin avec sa Forerunner 245 ou encore à Suunto avec sa toute récente Suunto 5 Peak. N’oublions pas non plus l’influence grandissante des marques chinoises telles que Huawei. Face à la Watch GT Runner, la Polar Pacer Pro va avoir pas mal de pain sur la planche pour se frayer un chemin au sommet. Pour ça, elle peut compter sur un tarif raisonnable pour une sportwatch, à savoir 299€. La dernière-née de Polar profite aussi de toute l’expertise de la marque en matière de suivi santé et apporte dans ses bagages pas mal d’équipements à même de séduire les coureurs expérimentés. Reste à vérifier si ça sera suffisant pour la suite.

Tout comme Suunto, Polar tend à uniformiser l’expérience logicielle de ses montres connectées sport. Ainsi, la plupart des fonctionnalités se retrouvent d’un modèle à l’autre. La nouvelle smartwatch est donc très semblable à la Vantage M2 de même prix. La Pacer Pro semble néanmoins plus intéressante sur le papier, en particulier avec l’adoption d’un nouveau processeur plus rapide et l’emport de plus de mémoire vive. La belle passe ainsi à 5 Mo de RAM et une fréquence maximale de 192 MHz.Ne vous fiez pas à ces chiffres sortis d’une autre époque : la montre finlandaise est bien plus véloce que ses ainées. Mais nous en reparlerons en détail plus loin dans ce test. Autre atout par rapport à la Vantage M2 : l’emport d’un baromètre. Ce dernier ne se destine pas à la navigation et au calcul d’altitude. Il est avant tout voué à calculer la puissance de course à pied. C’est une métrique unique à ce niveau de prix et rarement répandue, même sur des sportwatches plus onéreuses. En dehors de ces promesses de meilleures performances, on ne peut que déplorer l’absence de capteur SpO2. Tout comme Suunto, Polar semble montrer une certaine réticence à adopter cette métrique pourtant fort répandue…

Le constructeur finlandais ne nous ment pas en affirmant que la Pacer Pro est l’une de ses montres les plus légères. La beauté nordique ne pèse que 41 grammes (bracelet compris). Elle fait ainsi le pont entre les Unite et Ignite plus légères en entrée de gamme et les modèles plus costauds que sont les Vantage V2 et Grit X Pro dans le haut du panier.

Le boitier, s’il est visuellement très proche de celui de la Vantage V2, est de taille plus réduite. Il fait 45 mm de diamètre pour une épaisseur de 11.5 mm. Cette réduction de taille se ressent immédiatement lorsqu’on met la tocante au poignet. Sans être aussi petite que la Suunto 5 Peak, la Pacer Pro reste l’une des smartwatches les plus agréables à porter que nous ayons vues ces derniers mois.

Les cinq boutons qui ceinturent le boitier sont striés pour une meilleure préhension quand on les manipule. Si le plastique reste majoritaire sur la tocante nordique, il n’en reste pas moins qu’elle est très sexy dans sa robe bleu nuit.

Au dos, on note aussi quelques améliorations. Le capteur de rythme cardiaque est maintenant plus plat. Les plots qui étaient auparavant destinés à la charge et qui faisaient des bosses peu gracieuses sont relégués sur le côté du capteur. Notez au passage qu’il s’agit d’un capteur optique Precision Prime similaire à celui de la Vantage V2, la version Plus étant réservée à la Grit X Pro.

Polar fait aussi un effort sur les bracelets. Si celui fourni avec la montre est propriétaire, le constructeur nous offre dans la boite un adaptateur SHIFT qui permet de monter dessus n’importe quel bracelet universel de 20 mm. Chacun peut ainsi trouver chaussure à son pied. D’ailleurs, le bracelet natif est très bien fait, avec de nombreuses aérations pour laisser la peau respirer.

Si Polar ne change pas sa recette, on sent bien que la Pacer Pro a été étudiée dans les moindres détails en tenant compte des retours des utilisateurs. Tous les petits défauts des précédentes productions de la marque s’effacent ainsi pour le plus grand plaisir des coureurs !

Les subtiles évolutions de la Pacer Pro se retrouvent au niveau de l’écran. Si ce dernier conserve une définition classique de 240 x 240 px pour une taille tout aussi standard de 1.2’’, il voit sa lisibilité améliorée. La dalle transflective MIP est en effet plus rapprochée de la vitre en verre Gorilla Glass 3.0. Il en ressort une meilleure lisibilité en plein soleil. Le rendu est plus clair qu’auparavant, ce qui facilite encore plus la lecture. Les couleurs semblent un peu moins fades que sur les autres produits Polar qui utilisent une dalle transflective. Bien entendu, on reste loin des qualités de l’écran AMOLED de la Huawei Watch GT Runner de même prix.

Le résultat est toutefois là : on voit bien les infos en plein soleil et la dalle reste allumée en permanence sans vider la batterie en deux jours. Le rétro-éclairage fait bien son boulot dans l’obscurité. Et vu que l’ensemble n’est pas tactile, il y a beaucoup moins de reflets à supporter au quotidien.

Une fois encore, ce sont les bordures qui risquent de faire grincer les dents de pas mal d’utilisateurs. À une époque où le borderless est roi, il devient vraiment difficile d’accepter de gros bords noirs sur le pourtour de l’écran…

Comme nous le disions plus haut, la Pacer Pro hérite de l’OS commun à toutes les montres Polar. Il n’y a presque aucune nouveauté à l’horizon, si ce n’est un cadran numérique assez basique qui fait son apparition. La navigation avec les cinq boutons est toujours aussi simple. Le système de « tableaux de bord » fait mouche en apportant rapidement les infos essentielles à l’utilisateur et en laissant l’heure bien visible.

La Pacer Pro apporte cependant dans ses bagages un gros atout qui change pas mal l’expérience : un processeur plus véloce et plus de mémoire vive. Ça peut sembler insignifiant, mais on passe d’un système relativement poussif à quelque chose de bien plus agréable à gérer au quotidien. Il n’y a plus ces ralentissements crispants qu’on trouvait sur les anciennes montres connectées de la marque. Sans atteindre le niveau d’une Apple Watch Series 7, la dernière-née de Polar se montre enfin à la hauteur de la concurrence. Elle est plus rapide qu’une Suunto 5 Peak de même prix. Pour en savoir plus sur le système qui équipe les smartwatches finlandaises, n’hésitez pas à jeter un œil à notre test de la Grit X Pro et à celui de la Vantage V2. La Pacer Pro hérite de la plupart de leurs fonctionnalités comme le contrôleur de musique ou la possibilité de personnaliser les tableaux de bord.

Lors de notre test de la Grit X Pro, nous avions découvert avec plaisir le changement de design opéré par l’application Polar Flow. Le look plus sobre et efficace de l’appli mobile fait donc toujours mouche avec la Pacer Pro.

Comme la plupart des marques concurrentes, Polar organise maintenant les données sous forme de fil chronologique. Vous obtenez ainsi en un coup d’œil les progrès de votre journée, les activités accomplies et les diverses variables de votre rythme cardiaque.

Le sommeil bénéficie quant à lui de son propre onglet, bien qu’un résumé de sa qualité soit affiché dans l’onglet Agenda de l’application mobile. Les amateurs d’organisation pourront planifier leurs entrainements au sein de l’onglet Calendrier. Notez que les entrainements adaptatifs pour les épreuves 5k, 10k, semi-marathon et marathon se programment uniquement via l’interface web Polar Flow. Seuls les entrainements avec objectifs simples – durée, allure ou distance – et par intervalles sont programmables via l’appli mobile.

Nous apprécions particulièrement l’appli finlandaise pour sa prise en main aisée, avec une interface bourrée de conseils à destination de tous. Le changement d’interface récent renforce cette impression de vouloir s’adresser au plus grand nombre et pas seulement aux sportifs acharnés.

Polar est une marque spécialisée dans le sport, ce qui se ressent immédiatement quand on commence à utiliser la Pacer Pro. La smartwatch reprend la plupart des systèmes mis en place sur les autres modèles du constructeur nordique : Training Load Pro, Nightly Recharge, Fit Spark…

Le baromètre intégré dans les entrailles de la smartwatch sport permet d’obtenir la puissance en course à pied, chose unique à moins de 300€. De cette façon, plus besoin d’appairer un capteur tiers comme le Stryd. La navigation est aussi de la partie grâce au support de Komoot. Mais jetons plutôt un œil sur les nouveautés.

La principale addition à la Pacer Pro – et la seule – est le test de marche. Celui-ci vient rejoindre les classiques de Polar que sont le test de cyclisme, le test fitness et le test de course à pied. Ce nouveau test a pour vocation de déterminer la VO2Max sans avoir à suer sang et eau.

L’utilisateur est invité à s’échauffer durant cinq minutes puis doit ensuite marcher quinze minutes en maintenant sa fréquence cardiaque au-dessus de 65% du rythme maximal. À l’issue de la session, la montre connectée va utiliser les données relevées pour déterminer le score de VO2Max.

À l’usage, les résultats du test de marche sont loin d’être convaincants. La montre a calculé une VO2Max de 18 pour votre serviteur alors qu’elle est en général comprise entre 38 et 44 selon les montres. Difficile dans ces conditions de tirer parti au mieux de cette fonctionnalité originale mais pas vraiment efficace…

La Pacer Pro ne révolutionne pas les montres Polar. La belle se montre toutefois très complète quand il s’agit du suivi sportif. Bien qu’elle se destine aux coureurs avant tout, cette sportwatch peut être appairée à de nombreux capteurs tiers dont les capteurs de puissance à vélo, les ceintures pectorales et les capteurs de puissance en course à pied. Ces derniers sont cependant moins utiles vu que la montre connectée est capable de fournir elle-même cette métrique grâce à son baromètre. Comme vous pouvez vous en douter, il n’est pas possible d’appairer un casque Bluetooth ou des écouteurs sans-fil. La tocante est dépourvue de mémoire de stockage pour la musique. Vous ne pourrez l’utiliser que pour contrôler la lecture en cours sur le smartphone. Rien de bien surprenant, Polar reste fidèle à ses habitudes avec une forte inclination pour le sport pur et dur.

La Pacer Pro est une smartwatch pour les coureurs de tout poil. Par défaut, elle propose l’accès à 14 profils sportifs, dont la marche à pied, la randonnée ou encore la course à pied. Si vous êtes un amateur de triathlon, pas de panique : ce profil sportif est aussi disponible mais il faut l’ajouter depuis l’application mobile.

En fait, la montre nordique possède les mêmes profils que les autres smartwatches Polar, soit plus d’une centaine. Tous sont personnalisables depuis Polar Flow. Que ce soit les champs de données ou les fonctionnalités comme Hill Splitter, vous pourrez tout gérer de A à Z très facilement.

La Pacer Pro utilise le même capteur cardio optique que la Vantage V2, un modèle nommé Precision Prime. Après quelques essais, force est de constater que ce dernier n’est pas le meilleur du marché. Ni le pire. Si nous devions opérer un classement, nous le placerions entre celui de la Suunto 5 Peak et de la Huawei Watch GT Runner.

Après comparaison des résultats obtenus avec notre ceinture pectorale Polar H7, on constate que dans la majorité des cas la courbe produite par la montre colle de très près à celle de la ceinture. Mais on note aussi des décrochages trop importants pour être ignorés. C’est rare mais le capteur optique semble parfois « perdre les pédales » en faisant des pics incongrus.

Pour le suivi GPS, c’est dans la moyenne. Pas de dual-band ici, Polar reste dans la simplicité. La puce de positionnement tend à afficher des écarts réguliers en zone urbaine. Rien de bien anormal, on reste dans la même veine que la concurrence. Les distances calculées semblent néanmoins correctes.

Le baromètre se débrouille pas mal de son côté. Les amateurs de trail devraient apprécier la fonction Hill Splitter qui donne en temps réel l’inclinaison des montées et descentes. Le calcul de puissance à pied sera lui aussi à même de séduire les coureurs qui ne veulent pas s’encombrer d’un foot pod. Faute d’équipement adéquat, il nous reste toutefois impossible de savoir si la précision est au rendez-vous.

Contrairement à la Pacer, la Pacer Pro dispose de quelques outils de navigation et d’orientation. Outre la boussole et le baromètre, la montre connectée est ainsi dotée de la navigation turn-by-turn. Tout comme chez Suunto, c’est le service Komoot qui est utilisé pour l’occasion.

On ne note pas changements particuliers par rapport à la Vantage V2, ni même par rapport à la Grit X Pro. Vous pouvez importer des itinéraires depuis votre profil Komoot et les utiliser pour vos sorties en extérieur. S’il n’y a pas de fond de carte, force est de constater que la navigation fonctionne très bien.

Contrairement à la GT Runner qui était assez faiblarde sur cette partie, la Pacer Pro s’en tire parfaitement en indiquant bien à l’avance les évènements importants, y compris les traversées de passages piétons ou autres obstacles. Vu son prix, la Pacer Pro se révèle être l’une des smartwatches les plus efficaces pour suivre des itinéraires depuis le poignet. Dommage qu’il reste impossible d’enregistrer des points manuellement depuis la montre.

Comme toute montre connectée sport, la Polar Pacer Pro est bien fournie en métriques. Outre la possibilité de calculer le VO2Max de diverses façons, la tocante finlandaise met à notre disposition d’autres données importantes pour le running. Ça va des glucides/lipides/protéines dépensées à la charge d’entraînement en passant par la charge musculaire. Tout ça sans oublier les classiques que sont le nombre de pas, la fréquence cardiaque, les calories dépensées, etc…

Au final, il ne manque qu’une donnée qui nous semble pourtant capitale sur une montre dédiée à la course à pied : le temps de récupération. Nommé Recovery Pro par Polar, ce dernier est apparemment destiné aux modèles plus haut de gamme de la marque. Dommage…

Si pour vous une montre connectée se doit de posséder un maximum de fonctionnalités pour le quotidien, passez votre chemin. Tout comme la Suunto 5 Peak, la Polar Pacer Pro met l’accent sur le suivi sportif plutôt que le reste. Il en résulte une smartwatch relativement dépouillée. Hormis le contrôle de la musique du smartphone et les prévisions météo, vous n’aurez pas grand-chose à vous mettre sous la main. La montre finlandaise n’est pas équipée du paiement sans contact, ni de mémoire de stockage pour la musique. Elle ne permet pas de répondre aux SMS avec des réponses pré-enregistrées. Elle n’a pas non plus d’assistant vocal.

Vous devrez donc vous contenter du classique trio alarme/minuteur/chronomètre et composer avec un simple affichage des notifications du smartphone. Même la partie météo est réduite car on perd le tableau de bord des heures de lever/coucher du soleil qui était apparu sur la Grit X Pro. Cette simplification extrême sera probablement un gros frein pour certains acheteurs. D’autres y verront un moyen de se déconnecter pour se concentrer sur le sport et rien que le sport.

Les smartwatches Polar n’ont jamais été les plus endurantes du marché. Ce ne sont pas non plus les pires, fort heureusement ! La Pacer Pro jouit d’après le constructeur d’une autonomie de 7 jours en mode connecté et jusqu’à 35h en mode GPS. C’est 5h de plus que la Vantage V2 vendue au même prix. Dans l’absolu, ce sont des données qui restent dans la moyenne, bien que ça commence à faire pâle figure face aux concurrentes chinoises qui tiennent la charge plus de 10 jours.

En conditions réelles, on remarque vite qu’il est ardu d’atteindre les données constructeur. Lors de nos tests, nous avons vidé la batterie de 100% à 5% en 4 jours et demi, avec seulement 1h d’entraînement dans ce laps de temps. C’est loin d’être au top… La batterie de 273 mAh est bien en peine de tenir la semaine promise, même sans faire d’exercice. En cas de besoin, il reste quand même possible de réduire la fréquence de capture GPS pour économiser un peu de courant. Polar se rattrape toutefois sur la recharge qui se montre plutôt rapide. Il suffit d’environ 1h40 pour refaire le plein de la Pacer Pro.

Polar Pacer Pro : l’avis de Clubic

Polar Pacer Pro : l’avis de Clubic

Comparée aux autre montres de la marque Polar, la Pacer Pro est certainement l’une des meilleures du catalogue finlandais. Les petites améliorations sur le processeur et l’écran apportent un confort non négligeable. Ceci pourrez vous intéresser : Amazfit Band 7 : design rectangulaire et écran Amoled pour le prochain tracker de fitness. La tocante sportive profite aussi de fonctionnalités d’ordinaire dévolues aux modèles plus haut de gamme comme Hill Splitter ou la puissance de course à pied directement au poignet, de même que la navigation point-à-point. Si vous cherchez le meilleur rapport prix/performances/fonctionnalités de chez Polar, alors la Pacer Pro vous tend les bras.

Maintenant, si on la compare à la concurrence, on constate vite qu’elle perd un peu de sa superbe. L’écran aux grosses bordures, le manque de fonctions utilitaires ou encore l’autonomie assez faiblarde ne jouent pas en sa faveur. Tout comme Suunto, Polar semble avoir un peu de mal à trouver un second souffle pour affronter la concurrence qui s’intensifie en milieu de gamme. Le grand public aura probablement plus de facilité à se tourner vers la Watch GT Runner au même prix. Par contre, les sportifs qui n’ont pas forcément les moyens d’investir dans la Vantage V2 ou la Grit X Pro auront tout intérêt à se tourner vers la Pacer Pro.

Design et finitions 9

Fonctions utilitaires 3

Fonctions sport 8

Application 8

Autonomie 6

Design et finitions 9

Fonctions utilitaires 3

Fonctions sport 8

Application 8

Autonomie 6

Polar Pacer Pro au meilleur prix

La Suunto 9 peut être considérée comme le modèle haut de gamme multisport outdoor chez Suunto avec plus de 80 profils sportifs proposés, dont le mode triathlon. Plus grosse et plus performante que les autres, elle dispose d’une belle autonomie et est adaptée à la pratique de l’ultra-trail.

Le meilleur huawei p smart 2022 en 2022 [Basé sur 50 avis d'experts] - aromesdunetasse.fr
Ceci pourrez vous intéresser :
Meilleur huawei p smart 2022 en 2022 [Basé sur 50 avis d’experts]…

Quelle est la meilleure montre fitness ?

Quelle est la meilleure montre fitness ?
ModèleProfil
1Garmin LilyMultisports
2Fitbit Charge 5Fitness, Running
3Garmin Vivomove HR PremiumFitness
4Garmin Vivomove 3Fitness

Quelle montre pour le Hiit ? Montre connectée Forerunner® 55 de Garmin Que vous préfériez la course à pied ou des séances de HIIT intenses, la montre indique votre fréquence cardiaque, votre cadence et aide à la récupération en indiquant le temps de repos nécessaire.

French days 2022 : Le prix de la montre connectée sous Wear OS Google pour le sport chute
Lire aussi :
News bon plan French Days 2022 : Le prix de la montre…

Comment choisir une montre de randonnée ?

Comment choisir une montre de randonnée ?

Critères de choix de la montre idéale pour la randonnée. Pour choisir sa montre GPS de randonnée, il faut prendre en compte les fonctions offertes, la robustesse de la montre, sa fiabilité, son autonomie, son confort d’utilisation et sa simplicité d’utilisation.

Quelle montre connectée pour la marche à pied ?

Garmin Venu 2 Plus : -33% pour cette smartwatch résistante adorée des sportifs
Sur le même sujet :
La montre connectée Garmin Venu 2 Plus est une version améliorée du…

À Lire  Gadgets fitness à éviter - Royal Examiner