Tous les nouveaux vélos du salon Intermot

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Que faut il retenir du salon de Cologne ?

Du thermique à l’électrique

Les Jeux Olympiques d’hiver sont en Arabie Saoudite ! Les fabricants dévoilent leurs nouveautés tout au long de l’année ! Le monde ne tourne plus ! Et oui, avant cela les nouvelles motos ont été découvertes chez Intermot ou EICMA. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui, il ne se passe pas une semaine sans que l’on découvre quelque chose de nouveau chez Repaire des Motards. Alors forcément, le jour du spectacle arrive, c’est un peu le tourbillon. Sur le même sujet : Comment sécuriser, acheter, vendre des noms de domaine en toute sécurité sur le Web. Heureusement, il y avait au moins une exception pour cette édition de l’édition de Cologne. Mais pas seulement. Petit tour guidé de ce qu’il ne fallait pas rater après des semaines de nouvelles couleurs… en vidéo et en texte.

Le retour du frelon

La grande nouveauté de 2023, c’est indéniablement le Hornet 750. Nouveau moteur, nouveau châssis, rupture totale avec le passé du quatre cylindres, le bicylindre, laisse présager d’autres déclinaisons comme une version trail avec le Transalp… et des interrogations en l’avenir de la 650. A travers les teasing et les informations révélées au fur et à mesure, chacun attend beaucoup, peut-être trop, d’une moto aux lignes consensuelles, dont on garde le package complet tant au niveau de l’équipement électronique, notamment pour un prix qui casse la baraque sur seulement 7 800 euros de casse… et qui devrait du coup couper la croupe à un certain MT07. Parce que tout est là avec la puissance 91,7 ch, le couple, 75 Nm et les équipements des suspensions Showa aux freins Nissin en passant par les 3 modes de conduite plus un contrôle de couple HSTC personnalisable avec anti-rading sur 3 niveaux, mémoire des clignotants, feu stop d’urgence ou encore écran TFT , le tout pour 190 kg.

007

Je m’appelle Bond, James Bond et ma moto est une Triumph Speed ​​​​​​​​​​Triple 1200 RR, réservée à une élite et à une toute petite minorité, avec seulement 60 unités dans le monde… et donc toutes vendues dehors. Triumph a l’habitude du fait, des séries limitées, de plus en plus limitées, mais toujours avec la même finition. Chez Intermot nous avions les droits sur toutes les musiques de film et les agents pas si secrets de ce modèle qui célèbre les 60 ans de la saga et qui sera produit en seulement 60 exemplaires, avec sa peinture personnalisée qui associe trois nuances de noir, Gris « granite » et gris « tempête » avec les bandes de canon de fusil vues dans les séquences d’ouverture des films sur le carénage, les noms des 25 films sur le réservoir et avec un passepoil doré dans la main sur toute la moto, le tout avec son Pochette 007, son Certificat d’authenticité. pour 29 900 euros.

Triumph a continué à dévoiler son prototype de moto électrique TE-1, avec ses 177 ch, sa vitesse de pointe de 217 km/h promet le 0-100 km/h en 3,7 secondes, pour seulement 220 kg, chacune offre 161 km d’autonomie. On aime beaucoup le style de la Speed ​​​​​​Triple pour un roadster électrique qu’on aimerait bien essayer. Nous sommes toujours sur le prototype avec des essais sur piste et nous attendons l’arrivée du modèle de production.

Le constructeur anglais a été suivi par Kawasaki, qui a aussi enfin dévoilé son prototype de moto électrique, en attendant les fameux 10 modèles électriques ou à hydrogène jusqu’en 2025. Le constructeur n’a pas encore apporté la moindre précision technique à son modèle, contrairement à Triumph, tant sur le plan technique que sur sa future arrivée dans le domaine. Et la Kawasaki électrique a ensuite été reconditionnée à la fin de la conférence de presse pour même complètement disparaître du stand et ne plus jamais revenir. Et hop, un tour de magie ! L’AS tu vue? Tu ne la vois plus.

L’occasion de découvrir les deux Bimota quasiment cachés derrière le stand avec un certain KB4 et un Tesi depuis le rachat de la marque emblématique des Verts. C’est tout, il est même possible de passer devant le stand Kawasaki sans les voir. Et hop, un autre tour de magie.

À Lire  Pandémie, guerre, climat... Une psychiatre donne ses conseils pour faire face au stress généré par les différentes crises :...

Le retour d’Horex

C’est un peu la renaissance pour Horex qui dévoile un tout nouveau modèle avec le Regina Evo, tellement secret que même le site de la marque n’en dit pas grand chose et qu’il faut se rendre sur une page spéciale. Depuis que nous connaissions le VR6, ce roadster routier est propulsé par un moteur V six cylindres de 1 218 cm3. Il existe une moto plus modeste avec un monocylindre de 600cc, qui développe 48 chevaux dans un cadre en carbone et est freinée par un système Beringer, pour seulement 133 kg, à sec. De quoi offrir des sensations, en plus du style, pour le seul plaisir. Car la selle ne laisse de place à personne d’autre qu’au cavalier.

Les trails

On n’oubliera pas la Suzuki 1050 DE, une grande nouveauté pour Suzuki qui fête les 20 ans de la Vstrom (et essai à retrouver prochainement chez Repaire), évolution de la XT prête pour le tout-terrain. On retrouve le V-Twin de 1 037 cm3, développe 107,4 ch et 100 Nm pour 242 kg avec un vrai réservoir de 20 litres. S’il y a des changements au niveau du châssis pour aller plus hors route, la moto évolue au niveau électronique avec un S.I.R.S de dernière génération qui propose différents modes de conduite, antipatinage, ABS en virage, aide au démarrage en montée ou encore aide au démarrage avec un Ride of wire révisé pour une réponse mieux mesurée un nouveau levier de vitesses rapide bidirectionnel. Le régulateur de vitesse lui permet d’être utilisé sur une plus large plage de vitesses et de régimes. La version DE bénéficie également de l’ajout d’un mode G adapté pour les chemins.

Enfin c’est presque Benelli que l’un des plus importants se démarque avec de nouveaux coloris notamment pour son Trail 800 TRK avec un coloris qui ose le gris et l’orange du plus bel effet. Un moteur connu de la Leoncino et son bicylindre Euro5 de 754 cm3 développe 76,2 ch pour 67 Nm et toujours 226 kg mais avec un réservoir de 22 litres

Et puis par hasard, on retrouve Zundapp avec la ZXA Adventure avec un Trail 500 beaucoup plus gros… dans la lignée de tous ces trails asiatiques. Bicylindre 476 cm3 pays en voie de développement 35 kW donc accessible aux homologations A2 pour une vitesse de pointe de 170 km/h, on apprécie un vrai réservoir de 18 litres, surtout avec une consommation annoncée de 4 litres au cent et une selle dont la hauteur reste raisonnable à 800 mm pour un poids contenu de 196 kilos.

Et on voit enfin en vrai le Trail 300 de Voge avec Rally, avec son petit monocylindre de 292 cm3, développe 25,8 ch pour 25 Nm de couple et ses 125 km/h mais avec un poids de seulement 158 ​​kg et un petit prix de 4 595 euros dans la lignée d’une Honda CRF 300 Rally ou d’une Versys 300 X. Et avec une roue avant de 21 pouces c’est un vrai trail… même à la hauteur d’assise de 915 mm ! Mais c’est sa consommation de 3,2 litres au cent qui fait rêver, même si l’autonomie reste de 300 km avec un petit réservoir de 11,2 litres. Et la garantie de 3 ans est rassurante.

Scooter

Pour les plus attentifs, ils auront remarqué sur un corner du stand Suzuki trois nouveaux scooters avec l’Avenis, adresse rue Burgman spécialement dévoilée à Intermot. Des scooters accessibles au niveau prix, car les anciennes versions tournaient autour de 2 200 euros et devraient rester sous les 2 500 euros, sauf pour le Burgman qui était à 3 290 euros et qui avec plus d’électronique devrait avoisiner les 3 500 euros (estimé par Le Repaire).

Electrique

Et on revient à l’électrique avec Horwin, dont le logo H rappelle celui de la marque précédente. On connaissait déjà les roadsters au look rétro équivalent 125 CR6 et CR6 Pro, qui ont été dévoilés en 2019 et proposent une vitesse de pointe de 100 km/h pour une autonomie maximale de 150 km, mais aussi les enduros HT3 et HT5, qui ont été dévoilés cette année, avec à peu près la même vitesse de pointe et la même autonomie.

À Lire  Comment nettoyer l'intérieur de la voiture ?

Du coup, on découvre deux grandes nouveautés électriques dans la version trail, la Zero DSR/X et l’Energica Experia. Nous avons là le constructeur américain historique avec une moto de 100 ch et 225 Nm, qui peut atteindre 180 km/h et offre jusqu’à 172 km d’autonomie pour 247 kg et le prix qui appartient à 26 775 euros. En revanche, cette année, nous avons à nouveau le constructeur italien en MotoE, avec un trail 102 PS qui développe 115 Nm, qui peut atteindre 180 km/h pour 222 km d’autonomie, pour 260 kg et à 30 700 euros.

On voit enfin le concept CE-02 en vrai, presque un pocket bike, mais équivalent à 125 avec ses 15 chevaux, qui permet d’aller à 90 km/h pour une distance de 90 km avec ses seulement 120 kg sans d’Amby -des vélos à oublier.

On retrouve surtout la version 2.0 de RGNT avec son écurie suédoise sans oublier l’Ovaobike (ex Ottobike) avec son équivalent 125 avec à peine 2 kW pour 381 Nm mais avec une vitesse maxi de 148 km/h et 230 km d’autonomie.

Initialement présenté en 2020, le Black Tea est finalement arrivé en 2022 avec des caractéristiques enfin précises sur deux déclinaisons avec le « 125 » E et X après le cyclomoteur S, permettant jusqu’à 100 km/h et 100 km d’autonomie sur deux batteries amovibles, pour la moto électrique allemande à 4 390 euros. Mais c’était presque caché le Black Tea ou la fusée SOL de l’ordre du pocket bike, équivalent à 125, pouvant atteindre 80 km/h et offrant 80 km d’autonomie. Moins connu, le Tinbot et son TB-RS1 proposent également une vitesse de pointe de 120 km/h pour 100 km d’autonomie, pour 183 kg et à des tarifs proches de l’Ovaobike à 10 990 euros.

Et puis… c’est presque tout parce que BMW n’était pas officiellement là, ni Ducati, ni Fantic, ni Harley, ni Indian, ni KTM, ni Yamaha. Pour ceux qui n’ont pas encore vu le Hunter 350 (dont l’essai arrive au Repaire), c’était avec les modèles Royal Enfield sur le stand officiel de la marque, face à Moto Morini et Mash. Parce que chez Moto Morini vient enfin le Seiemmezzo (le test vient aussi). Et sur le petit stand Piaggio, nous avons enfin vu le V100 Mandello en vrai (mais pas la version Aviazione Navale).

En revanche, on découvre Keeway, avec un MBP F125 Roadster bien conçu et Neo-Retro.

Il était donc impossible de voir les dernières BMW S 1000 RR ou M 1000 R, ni les dernières Ducati avec les Multistrada V4 Rally, Monster SP ou encore les Streetfighter V4 Lamborghini, ni les dernières KTM 890 Adventure ni les Fantic XEF Rally et RallyFactory. Heureusement, nous vous en avions parlé ces dernières semaines sur le site et dans l’Hebdo du Repaire. Mais en tout cas pour les premiers, vous retrouverez les épreuves prochainement dans l’antre.

Ce que nous savons, cependant, c’est qu’il y a beaucoup de nouvelles fonctionnalités venant d’ici à l’EICMA. Et là nous serons là quelques jours pour montrer tout le millésime 2023 sous toutes ses coutures.

En attendant, quand il n’y avait plus d’hôtesses sur les stands, il y avait de la vodka martini aux olives vertes, secouée par brassage, à déguster – avec modération – à l’occasion de la nouvelle Triumph 007.

Il ne reste plus qu’à monter dans le Handy Motorrad Sportcaravan (.de) pour se rendre en Italie.

Nous reviendrons… comme la moto Terminator…

Cadeau

Un cadeau, une curiosité découverte dans la rue alors que dans le salon… Cékoidonc ?

Plus d’infos sur les nouveautés 2023

Sur le même sujet :
Suzuki dévoile un concept appelé eVX avant le salon de Delhi, préfigurant…