TPMP : Quand un responsable de club échangiste raconte une anecdote sur… Nicolas Sarkozy !

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ce 12 mai, sur le plateau de TPMP, Cyril Hanouna recevait la tête d’un club échangiste. Ce dernier lui a fait de vives révélations.

Après Jean Lassalle, dans l’hémicycle, qui a posté que les « échanges sont restés ouverts tout au long du confinement », et qu’ils étaient parfois fréquentés par nombre de députés et de ministres, Cyril Hanouna a reçu ce 12 mai un patron de club libertin, dont l’établissement était fermé pendant la pandémie.

Et si Bruno Hencks expliquait sur le plateau de TPMP : « On sait très bien que des hommes politiques comme des présentateurs télé ou des artistes ou des chanteurs pratiquent », par professionnalisme, il n’a consenti à déplacer aucun nom, à la télévision. Et surtout pas celle du chroniqueur de C8 qu’il a déjà rencontré dans son établissement !

Il n’est pas venu les mains vides, mais cet invité a raconté quelques petites histoires qui ont naturellement fait rire l’équipe de Baba. Sans citer le nom d’un client, il relate précisément une affaire qui s’est déroulée « sous l’ère Sarkozy ».

Bruno Hencks se souvient : « Nous avions un homme qui nous a laissé son portable à l’accueil, car parfois les parents laissent les enfants à la maison et laissent leurs portables au bar au cas où. Ce monsieur était très gentil, il nous dit ‘Sauve moi' ». ordinateur portable’, très calme. »

Et malheureusement, en raison d’un impératif de travail, ce libertin a été contraint de s’arrêter sur le coup, et pour cause. Le propriétaire de la boîte raconte : « A un moment le téléphone a sonné et on a vu l’écran du portable dans le bar : ‘Monsieur le président Sarkozy’. On s’est dit que ça devait être important, alors on est allé chercher M. au milieu de une blague ».

À Lire  Sites de rencontre : conseils pour se démarquer

Ce n’est qu’en rendant son téléphone à la personne concernée que Bruno Hencks l’a reconnu. Pour la discrétion, assure-t-il : « ils lui ont dit que le portable avait sonné et qu’on ne pouvait pas dire ce qui était montré »…