Tribunal correctionnel de Bastia : Pierre-Toussaint Gaffory, ancien président du comité régional de circonscription, est

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

L’ancien président du comité régional de circonscription, Pierre-Toussaint Gaffory, est accusé d’abus de confiance, escroquerie, blanchiment aggravé, fraude à la sécurité sociale et travail d’infiltration. Son procès s’est ouvert mardi 15 novembre au palais de justice de Bastia.

Octroi de primes extraordinaires et inutiles à son propre centre équestre, financement occulte de stages dispensés par le même ranch, faux frais de transport et d’équipement…

Au total, plusieurs centaines de milliers d’euros ont été détournés par Pierre-Toussaint Gaffory, selon le parquet.

Pierre Toussaint Gaffory, agriculteur de profession et figure bien connue du monde agricole, a été nommé en janvier 2010 à la tête du CRE, antenne régionale de la Fédération équestre nationale.

La structure répertorie alors environ 80 clubs hippiques adhérents et dispose d’un budget annuel compris entre 150 000 et 200 000 euros, précise-t-il, essentiellement financé par des subventions de la fédération équestre nationale et de la région.

En mai 2012, il démissionne de son poste pour, dit-il, se consacrer à ses fonctions de président du Centre départemental des jeunes agriculteurs (CDJA), auquel il est nommé en janvier de la même année.

En janvier 2013, Pierre-Toussaint Gaffory est également élu premier vice-président de la Chambre régionale d’agriculture de Corse, sur la liste du syndicat FDSEA et Jeunes Agriculteurs de Corse-du-Sud, conduite par Stéphane Paquet, alors président de FDSEA de mars 2014.

C’est dans le cadre de l’ensemble de ces fonctions qu’il lui est reproché d’avoir commis un abus de confiance au détriment de la CRE et une fraude au détriment de personnes publiques ou d’organismes chargés d’une mission de service public.

À Lire  Comment se déplacer en hélicoptère en France ?

L’affaire a débuté en juillet 2013 par le dépôt d’une plainte auprès du parquet d’Ajaccio par le président qui a succédé à Pierre-Toussaint Gaffory au comité régional de circonscription. Celle-ci indiquait qu’elle avait découvert, par un audit réalisé au cours des exercices 2011 et 2012, des « anomalies de gestion » qu’elle estimait imputables à Pierre-Toussaint Gaffory.

Le document accablant pointe du doigt l’utilisation par cette dernière de la CRE comme « structure écran » pour détourner des centaines de milliers d’euros.

Cela via des surfacturations, de faux frais de transport, des aides versées directement sur son compte bancaire personnel ou encore une prime extraordinaire indûment versée au centre équestre appartenant à sa famille. Il aurait également financé, via un organisme de fonds pour la formation des éleveurs, des formations dispensées par ce même centre équestre au CDJA, dont il était alors président, pour un montant de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Je crois aujourd’hui que je n’aurais jamais dû être président de la CRE.

Interrogé mardi de longues heures à la barre, Pierre-Toussaint Gaffory a admis certains faits et plaidé un certain manque d’expérience en tant que président du comité régional de circonscription, indiquant qu’il avait été « poussé par des gens pour prendre le poste ».

« J’étais flatté, je ne vais pas mentir, j’ai accepté. Mais je pense aujourd’hui que je n’aurais jamais dû être président du CRE. J’ai eu le temps de mûrir tout ça depuis et pour moi c’était vraiment un mauvais épisode de ma vie. Je l’ai fait parce que je suis vraiment passionné par cet environnement, par les vaches, par les chevaux, mais ce n’était pas pour moi.

À Lire  Fleurance : fête et baptême en hélicoptère le 15 août

Il nie néanmoins tout voyage fictif, « tous mes voyages sont vrais », et toute accusation de formation prétendument non assurée mais bien rémunérée dans son ranch familial. « Alors c’est les gens qui mentent, tu as des ennemis ? » demande le président, Alexandre Julien. « Oui, ce sont des mensonges », insiste Pierre-Toussaint Gaffory.

9 personnes sont accusées dans cette affaire.

© Axelle Bouschon / FTV

« C’est une affaire qui a pris du temps, qui a nécessité beaucoup d’investigations, se souvient son avocat, Me Stéphane Nesa. Il y a des faits qui ne sont pas contestés et qui sont pour certains très âgés, 12 ans. La justice va devoir se poser des questions sur ce que nous faisons 12 ans plus tard. Sur certains autres faits, il y a effectivement des discussions. […] M. Gaffory est là pour s’expliquer. Nous ne lui avons rien épargné, mais il est là pour s’expliquer, et il fera donc dans la paix et la tranquillité qui sont les siennes.