Trottinettes électriques en libre-service : bientôt un vote pour les interdire à Paris ?

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par sudouest.fr avec l’AFPPPublié le 16/01/2023 à 10:59 Mis à jour le 16/01/2023 à 11:08

La maire de Paris proposera aux Parisiens de voter en avril l’interdiction ou non de la présence des loueurs de véhicules en libre-service dans la capitale

Bientôt la fin des trottinettes électriques en libre-service à Paris ? Quoi qu’il en soit, les nuages ​​s’accumulent pour cette pratique qui a commencé il y a à peine quatre ans. Après la limitation de vitesse à 10 km/h dans plusieurs zones, l’interdiction d’embaucher des mineurs, puis le non-renouvellement du contrat avec les trois opérateurs présents dans la capitale, la maire de la ville Anne Hidalgo propose désormais dans une interview à  » Parisien » un référendum pour ou contre son interdiction, précisant que le débat ne portera pas sur les véhicules particuliers, avec lesquels « il n’y a pas de soucis ».

Trottinette électrique : des accidents de plus en plus graves

Au cours des dix dernières années, l’utilisation des scooters électriques est devenue plus populaire. De plus en plus de personnes l’utilisent quotidiennement. Cependant, ce moyen de transport n’est pas sans risque. Par ailleurs, en France, une réglementation a été mise en place en 2020 pour réduire les dangers associés.

Le scrutin est prévu le 2 avril, réservé aux habitants inscrits sur les listes électorales. « Je respecterai le vote des Parisiens », a déclaré la première magistrate qui a indiqué vouloir les interdire.

Il faut dire que les accidents impliquant ces véhicules en libre-service se multiplient, que ce moyen de transport n’est peut-être pas si vert et que le parc n’est pas toujours rangé et encombre les rues. Une flotte gérée, selon Anne Hidalgo, par des entreprises dont les salariés « ne sont pas correctement protégés ».

À Lire  Asus Eee PC 1215N, le 12.1" à 499€ (Atom Dual Core, ION 2...

Code de la rue

Pour tenter de sauver leur place, les opérateurs Lime, Dott et Tier ont récemment proposé d’équiper leurs scooters de plaques d’immatriculation afin qu’ils puissent verbaliser les usagers ayant commis des infractions. Ceci pourrez vous intéresser : Acer Aspire 3 : ce PC portable 15 pouces (i3 + SSD 1To) coûte moins de 360 ​​euros. Une mesure, semble-t-il, largement insuffisante.

Face à la multiplication des modes de transport et à la difficile cohabitation entre piétons, deux-roues et voitures à Paris, Anne Hidalgo souhaite également la mise en place d’un code de la route, avec des sanctions à la clé. Rappelant qu’« au final, le plus fragile reste le piéton ».

Bourses VinUni pour la formation de docteurs en informatique
Sur le même sujet :
L’Université VinUni vient d’annoncer le premier programme doctoral en informatique axé sur…