Trottinettes électriques : les assureurs s’alarment des défauts d’assurance

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Pour conduire une moto électrique, une assurance est obligatoire, tout comme une voiture, une moto ou un scooter. Les fonds de garantie et les assurances alertent sur les risques en cas d’accident.

Nul n’est tenu d’ignorer la loi. Si tout le monde sait que le casque n’est pas obligatoire, combien savent qu’en revanche, ces engins doivent être assurés pour circuler sur la voie publique ? Apparemment, peu de personnes disposent de ces informations et alertent sur l’assurance Les Echos. Ces professionnels constatent l’ampleur des défauts d’assurance en augmentant cette utilisation.

En effet, si l’assurance habitation couvre les cyclistes (c’est quand même bien de vérifier), elle ne protège pas les trottinettes électriques, hoverboards, gyropodes, monoroues électriques ou draisiennes qui relèvent de la catégorie NVEI (véhicules électriques personnels neufs). Ces engins peuvent légalement atteindre 25 km/h. A cette vitesse, les dégâts peuvent être importants.

Dans son dernier bilan, la Sécurité routière fait état de 22 morts en 2021, mais le nombre de blessés reste flou. Selon l’estimation du JDD reçue des services de secours, il y aurait 6000 victimes de fractures causées par des accidents de moto à Paris, Lyon et Marseille.

En cas d’accident, les dommages à un tiers ou les dommages matériels à un autre véhicule ou à une installation publique seront couverts. Dans le cas contraire, la personne responsable de l’accident s’exposera à davantage de sanctions pénales et financières.

Premièrement, le défaut d’assurance est puni d’une amende de 3750 euros, mais en cas d’accident le responsable doit payer de sa poche. Le fonds de garantie qui accompagne les victimes réclamera le montant versé à la personne qui a causé l’accident. Selon la gravité de la blessure, il faudra des années voire sa vie pour récupérer une somme d’argent pouvant atteindre plusieurs millions d’euros selon la gravité des blessures et l’invalidité causée par la blessure.

À Lire  4 façons de prendre soin de sa peau pendant l'été

2 millions de trottinettes en circulation

En effet, pour les usagers non assurés, les demandes de fonds de garantie explosent. En 2021, elle recevrait près de 400 demandes d’accidents causés à 96 % par des NVEI, selon Les Echos, soit une augmentation de 34 % par rapport à 2020. Lire aussi : En croissance, L’olivier assurance se concentre sur plus d’agences. Parmi ces demandes, la moitié sont liées à des lésions corporelles.

Alors que les assureurs essaient d’informer les utilisateurs, les vendeurs n’informent pas les consommateurs de ces détails importants. Les assureurs ont indiqué aux Echos que seuls 30% savent que l’assurance est obligatoire pour près de 2 millions de motos en circulation. Et contrairement à une voiture, une moto ou un scooter, les vendeurs ne demandent pas d’attestation d’assurance avant de louer leurs clients.

Dans les ventes en ligne, vous pouvez trouver des machines qui dépassent parfois la vitesse maximale autorisée de 25 km/h sans mentionner les obligations légales des utilisateurs. Nous avons consulté une dizaine de boutiques en ligne sans trouver la moindre référence à cette obligation. Pire, l’un d’eux, un engin qui atteint 65 km/h (mentionné « uniquement sur les voies privées ») indique que l’âge requis est de 8 ans.

Pourtant la loi est claire. La Chambre de la fonction publique rappelle que l’âge légal pour les motos électriques est d’au moins 12 ans, qu’il est interdit de transporter plusieurs personnes et d’utiliser une moto électrique, et qu’une assurance responsabilité civile est obligatoire. Pour ceux qui sont indépendants, il est même recommandé de vérifier les conditions d’assurance précisées dans le contrat de location.

À Lire  Comment bien choisir son matelas? Le guide complet

Ceci pourrez vous intéresser :
Charlotte Beydon – Mis à jour le 12 octobre 2022.L’Allocation Adultes Handicapés…