Tugdual Le Nir, un jeune de Plabenne, témoigne de son tour d’Europe à vélo

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Pouvez-vous nous résumer votre périple ?

Nous avons quitté la France en mars 2022, pour cinq mois, et traversé 15 pays, parcourant 12 000 km dont 7 000 à vélo. On en a vu beaucoup : de beaux paysages en Grèce, une nuit à -9° en Slovénie, des campings fermés en Croatie, du goulache en Bulgarie et en Hongrie, le manque d’eau potable en République tchèque. Voir l’article : Cannabis : les magistrats inversés… Dans l’Union européenne, on se rendait à peine compte du morceau d’un pays à l’autre mais, à l’extérieur, les contrôles aux frontières étaient parfois très longs, comme en Albanie. Chaque jour, nous devions trouver un endroit pour dormir et acheter de la nourriture.

Ceci pourrez vous intéresser :
L’expert : Sébastien Herry, psychologueSelon l’édition 2022 de l’étude « Junior Connect », réalisée…

Quel est votre meilleur souvenir ? Et le moins bon ?

Mon meilleur souvenir vient de la Macédoine du Nord. Nous n’y avons passé qu’une journée, mais c’était incroyable. Nous avons été très bien accueillis, rencontré tout le village. Contrairement aux adultes, les enfants parlaient très bien anglais, ce qui était super. Nous avons joué au football avec eux. Ils ne voulaient pas nous quitter. Cependant, je n’ai pas une mauvaise mémoire. Quelques moments physiques durs, quelques bagarres entre nous, mais rien de plus.

Lire aussi :
Stéphanie Basseur, formée à la réflexologie, et Zoé Lafleur, masseuses ayurvédiques, ont…

Votre périple était annoncé comme un « vélow-tech tour ». Qu’en est-il à ce sujet ?

L’idée était d’interviewer des gens. Nous avons été déçus de ce côté du projet, à cause de la barrière de la langue. Nous parlions anglais et, sauf en Europe occidentale et dans les zones touristiques, nous avions du mal à nous faire comprendre. Cependant, nous avons vu quelques choses, comme une entreprise de transport de vélos cargo en Hongrie. Je ne regrette rien, c’était une belle aventure.

À Lire  Le bien-être mental des joueurs est une priorité absolue à Roland-Garros

A voir aussi :
Impossible de passer à côté depuis sa légalisation en France. De nombreuses…