Un événement sportif mais pas qu’à Chaumont (52)

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Ce samedi 29 octobre, le Trail Urbain organisé par la Direction Municipale des Sports (OMS) et l’association Coureurs 52 a fait vivre la ville. En plus de proposer des événements sportifs, ce moment permet également, grâce à des animations, de sensibiliser au sport en général et au handicap.

Le sport et la socialisation vont définitivement ensemble. La deuxième édition du Trail Urbain le prouve encore ce samedi 29 octobre. Organisé par l’association Coureurs 52 et l’Office municipal des sports (OMS), cet événement est avant tout sportif, avec sa discipline suprême, le Conquérant, où les plus aguerris peuvent courir des boucles de 7 km pendant 24 heures, seuls ou en équipe. D’autres distances, la course à pied ou la marche se sont enrichies cette saison.

Se donner un sens

Pour les moins sportifs, les organisateurs ont également prévu des animations. Deux conférences ont eu lieu ce samedi 29 octobre. Dans la matinée, Stéphane Brogniart, Ultra-Trailer, a parlé devant un public attentif de l’épreuve physique comme réalisation de soi. Ceci pourrez vous intéresser : François handicapé expulsé de son domicile à St-Denis : « Mon fils handicapé et moi devons maintenant dormir dans ma voiture ». Pour lui, chacun doit donner du sens aux événements auxquels il participe, qu’ils soient sportifs ou non. « C’est inutile, voire stupide, de faire le même tour pendant 24 heures à moins de pouvoir le comprendre », explique-t-il.

Afin de se donner les moyens d’atteindre un tel objectif, vous devez forger votre corps, « votre véhicule », en l’attaquant. « Le corps n’aime pas souffrir, alors il se donne les moyens de mieux le soutenir en renforçant les muscles ou les tendons… »

À Lire  Une association tournée vers le bien-être ouvre ses portes

Pour atteindre son objectif il faut aussi « passer des tests intermédiaires pour se donner des éléments dans la vraie vie et savoir quelle partie de son corps attaquer ». Il a un conseil pour le conquérant : assurez-vous que les 24 tours ne soient jamais les mêmes. « Il faut concrétiser les choses, prévoir un gros repas à telle heure, dormir à une autre heure, changer encore de baskets à une autre heure. Vous devez faire des corvées ou cela vous rendra fou !

A voir aussi :
Accro aux séries sur les vampires et les zombies, il sait tout…

Aux origines

L’après-midi, Yoann Gauvry, spécialiste de préhistoire et de sociologie, a également animé une conférence grand public devant l’enseigne en partenariat avec la MJC. Il a expliqué les valeurs et les solutions que le sport peut offrir à travers l’histoire.

À l’époque préhistorique, les gens avaient du temps car il ne leur fallait que trois heures pour accomplir leurs tâches comme la chasse. Ainsi tu pourrais t’en servir pour maîtriser certaines techniques : peinture, sculpture… » Mais nous n’aurons jamais de traces de l’immatériel. On pense qu’ils ont beaucoup fait de l’exercice, couru ou combattu. Lors du regroupement, ils se sont certainement affrontés. Le sport a toujours existé.

Côté animations, des structures gonflables attendaient les plus jeunes et chacun pouvait s’essayer aux sports handisport : escrime fauteuil, handball fauteuil et basket fauteuil grâce au Comité Handisport Haute-Marne.

Courir pour une cause

Parmi les stands des exposants, situés devant la salle Jean Masson, on retrouve Marjorie de Brethenay. Elle représente l’association « Lueur d’espoir pour Ayden », qui aide les parents et soutient la recherche sur la maladie de Krabbe. Il s’agit de leucodystrophie, une maladie génétique et dégénérative rare du système nerveux.

À Lire  Nanette Maupertuis : "L'autonomie étendue contribue au bien-être économique et social des personnes"

Il prive les enfants de leurs capacités motrices et est incurable. Les enfants atteints ne présentent aucun symptôme jusqu’à l’âge de 6 mois et une espérance de vie de 2 à 3 ans. Marjorie a perdu sa fille Héméra des suites de cette maladie en 2020. La recherche est actuellement menée à Lille. Le but dans un premier temps est qu’il ne soit plus mortel.

Pour sensibiliser le public à cette maladie, des bénévoles locaux de l’association proposent de répondre aux questions du public sur leur stand. Ils vendent également des pâtisseries maison. Une équipe appelée « Petite étoile Héméra » porte les couleurs de cette chose.

A voir aussi :
Comme ce trentenaire, ce sont des dizaines de parents et grands-parents qui…