Un magistrat démis de ses fonctions après avoir fait sa demande en mariage à sa fille de 12 ans dans un…

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Via charentelibre.fr par l’AFP,

publié le 13 juillet 2021 à 18h04

L’homme de 55 ans a reconnu les faits, mais a protesté qu’il s’agissait de « fantasmes qu’il ne réaliserait jamais ».

Le Conseil supérieur de la magistrature a annoncé ce mardi la destitution d’un magistrat qui proposait sur Internet à des inconnus d’avoir des relations sexuelles avec sa fille mineure, a appris l’AFP auprès du CSM.

Juge aux affaires familiales

Le conseil de discipline du CSM qui est compétent pour les magistrats du siège a fait suite à une requête du ministère de la justice qui demandait le 17 juin la révocation du magistrat de 55 ans, Olivier B., à qui il avait déjà été adressé pendant un an par interdiction. A voir aussi : La débauche se démocratise-t-elle ?. exercice temporaire. La révocation est la sanction disciplinaire la plus sévère qui puisse être infligée à un magistrat.

On ne savait pas dans l’immédiat ce qui avait motivé la décision du CSM. Le magistrat a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en juin 2020 pour corruption de mineurs et « incitation qui n’a pas suivi les effets de la commission du crime de viol et du crime d’agression sexuelle », délits passibles de dix ans d’emprisonnement.

L’information judiciaire, ouverte à Besançon, est toujours en cours. L’affaire a débuté en octobre 2019 après qu’un utilisateur d’un site de rencontre libertin a rapporté qu’un homme avait suggéré que sa fille de 12 ans soit impliquée dans les rencontres sexuelles.

Voir l’article :
Je n’ai pas Charles Maurras dans ma bibliothèque, je ne l’ai pas…

Des partages de photos suggestives

À la suite de l’enquête, menée à l’aide d’un cyber-filtrage, le magistrat a été interpellé à grand renfort d’appréciations, exerçant les fonctions de vice-président du tribunal de Dijon où il coordonnait la chambre des affaires familiales.

À Lire  Baskets Michael Jordan et Kanye West rares et emblématiques exposées à Melbourne, Australie

Il a cependant reconnu les faits, protestant qu’il s’agissait de « fantasmes qu’il ne remarquerait jamais », selon le procès-verbal lu lors de l’audience et qui s’est déroulée en partie à huis clos. Son avocat avait mis en avant un ancien « traumatisme » lié à l’affaire Bodein, du nom du polythéiste surnommé « Pierrot le fou », condamné à la réclusion à perpétuité définitive pour trois meurtres brutaux et deux viols en 2004.

Elle a demandé au CSM de « dire qu’il n’y a pas lieu de sanctionner » en raison du « stress post-traumatique » dont souffre selon elle le magistrat dans cette affaire. Le représentant de la Chancellerie a déploré l’incapacité du magistrat à « accepter » d’avoir posté des « photos suggestives » de sa fille de 12 ans, au visage reconnaissable, et d’être allé jusqu’à « suggérer le viol de sa femme ». fille d’étrangers ».

Sur le même sujet :
On adore faire ses courses dans les friperies : c’est non seulement…