Une action urgente est nécessaire car la malnutrition…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

GENÈVE, NEW YORK, ROME, 12 janvier 2023 – Les agences des Nations Unies appellent à une action immédiate pour protéger les enfants les plus vulnérables dans les 15 pays les plus durement touchés par une crise alimentaire et nutritionnelle sans précédent.

En raison des conflits, des chocs climatiques, des effets à long terme de la pandémie de COVID-19 et de l’augmentation du coût de la vie, de plus en plus d’enfants souffrent de malnutrition aiguë, tandis que les services vitaux, tels que la santé et la nutrition, sont de moins en moins nombreux. moins accessible. Actuellement, plus de 30 millions d’enfants souffrent d’émaciation – ou de malnutrition aiguë – dans les 15 pays les plus durement touchés par la crise alimentaire et nutritionnelle, et 8 millions d’entre eux souffrent d’émaciation sévère, la forme la plus mortelle de malnutrition. Une grave menace pèse sur la vie de ces enfants ainsi que sur leur santé et leur développement à long terme, dont les effets se font sentir aux niveaux individuel, communautaire et national.

En réponse à cette situation, cinq agences des Nations Unies – le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’alimentation (FAO), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM) – appel à une mise en œuvre accélérée du Plan d’action mondial contre l’émaciation des enfants Plan sur l’émaciation des enfants. Ce dernier vise à prévenir, détecter et traiter la malnutrition aiguë chez les enfants dans les pays les plus touchés par cette pathologie, à savoir l’Afghanistan, le Burkina Faso, l’Éthiopie, Haïti, le Kenya, Madagascar. , Mali, Niger, Nigéria, République démocratique du Congo, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tchad et Yémen.

Le Plan d’action mondial, qui répond au besoin d’une approche multisectorielle, met en évidence les interventions prioritaires pour la nutrition maternelle et infantile à travers l’alimentation, la santé, l’approvisionnement en eau et l’assainissement, et la protection sociale. En réponse aux besoins croissants, les agences des Nations Unies ont identifié cinq interventions prioritaires qui traitent de la malnutrition aiguë dans les pays touchés par les conflits et les catastrophes naturelles, ainsi que dans les situations d’urgence humanitaire. Il s’agit d’un ensemble cohérent de mesures qu’il sera essentiel de mettre en œuvre à grande échelle pour prévenir et gérer la malnutrition aiguë chez les enfants, évitant ainsi de nombreux décès tragiques.

À Lire  Pouvez-vous survivre sur les cannibales? | Ardoise.com

Les agences des Nations Unies appellent à une réponse décisive et rapide pour éviter que cette crise ne devienne une tragédie pour les enfants vulnérables. Ils appellent tous à un investissement et à un soutien accrus pour une action coordonnée des Nations Unies afin de répondre aux besoins sans précédent causés par cette crise croissante, avant qu’il ne soit trop tard.

« La situation risque de s’aggraver en 2023 », a déclaré Qu Dongyu, directeur général de la FAO. « Nous devons assurer la disponibilité et l’accessibilité d’une alimentation saine à un prix abordable pour les jeunes enfants, les filles et les femmes enceintes ou allaitantes. Nous devons agir de toute urgence pour sauver des vies et s’attaquer aux causes profondes de la malnutrition aiguë, ensemble dans tous les secteurs pour travailler. il ajouta.

« Le système des Nations Unies est uni dans sa réponse à la crise. Son Plan d’action global est le fruit d’un effort concerté pour prévenir, détecter et gérer les déchets dans le monde. Au HCR, nous travaillons dur pour améliorer nos analyses et mieux cibler les plus enfants vulnérables, y compris parmi les réfugiés et les populations déplacées », a déclaré Filippo Grandi, Haut-Commissaire du HCR.

« La série actuelle de crises laisse derrière elle des millions d’enfants disparus et entrave leur accès aux services essentiels. La disparition est douloureuse pour l’enfant et, dans le pire des cas, peut entraîner la mort ou avoir des conséquences à vie sur sa croissance et son développement. Nous le pouvons, et nous devra inverser cette crise nutritionnelle avec des solutions éprouvées pour prévenir, détecter et traiter rapidement l’émaciation des enfants », a déclaré Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF.

À Lire  6 habitudes de vie que vous devez changer maintenant pour éviter le cancer

« Plus de 30 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë dans les 15 pays les plus touchés par ce fléau, nous devons donc agir ensemble dès maintenant. Il est impératif que nous travaillions ensemble pour renforcer le filet de sécurité sociale et l’aide alimentaire, afin que les femmes et les enfants qui en ont le plus besoin ont accès à des aliments nutritifs adéquats », a déclaré David Beasley, Directeur général du PAM.

« La crise alimentaire mondiale est aussi une crise sanitaire, ce qui crée un cercle vicieux : la malnutrition mène à la maladie, et la maladie mène à la malnutrition », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Les pays gravement touchés ont un besoin urgent d’aide pour protéger la santé et la vie des enfants. En particulier, il est nécessaire d’assurer un accès vital à des services alimentaires et nutritionnels sains, en particulier pour les femmes et les enfants. »

L’émaciation, ou malnutrition aiguë, est une forme de malnutrition causée par une baisse de la consommation alimentaire ou par une maladie, qui se traduit par une perte de poids brutale ou l’apparition d’œdèmes. Les enfants qui en souffrent ont un poids insuffisant pour leur taille. Ils peuvent également présenter un œdème nutritionnel et d’autres signes cliniques pathologiques liés à la malnutrition.

Parce que les enfants souffrant de malnutrition aiguë ont un système immunitaire affaibli, ils sont plus susceptibles que les autres de mourir de maladies infantiles courantes. Ceux qui survivent peuvent connaître des problèmes de croissance et de développement tout au long de leur vie. Leur avenir est alors menacé par la maladie, l’échec scolaire et la pauvreté, autant de facteurs qui peuvent avoir des effets sur plusieurs générations.

L’émaciation chez les enfants – définie comme un poids insuffisant par rapport à la taille – est la forme de malnutrition la plus dangereuse. L’émaciation sévère est la forme la plus mortelle, les enfants qui en souffrent ont 12 fois moins de chances de survivre que les enfants bien nourris.