Une série mettant en scène le divorce le plus scandaleux de l’aristocratie britannique

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Après « A Very English Scandal », la BBC et Blueprint Pictures ont publié une mini-série en 2021 sur le divorce très médiatisé entre le duc et la duchesse d’Argyll, qui a eu lieu dans les années 1960. « A Very British Scandal » est actuellement disponible sur Spil RTS.

L’histoire commence en 1947. Margaret Wigham (Claire Foy), une riche héritière écossaise de 20 ans et récemment divorcée, rencontre Ian Campbell, le duc d’Argyll (Paul Bettany). Il est alors marié à Louise, sa seconde épouse. Cependant, il épousa Margaret Wigham, devenue Margaret Campbell, en 1951. Leur mariage s’avéra chaotique, mené par des relations extraconjugales, la manipulation, la violence et l’argent.

Dans les années 1960, leur histoire prend un tournant décisif lorsque le couple divorce. Les médias s’amusent alors que l’ancien couple tente de se détruire. La vie effrénée de chacun est révélée au peuple du Royaume-Uni aux coutumes conservatrices et traditionnelles. Ainsi, Margaret est accusée par son ex-mari d’avoir eu des relations sexuelles avec 88 hommes, alors qu’elle l’accuse de l’avoir trompée.

Après le succès de la mini-série « A Very English Scandal » de Stephan Frears en 2018, qui était déjà basée sur un fait divers qui avait défrayé la chronique, la BBC et la société de production Blueprint Pictures dévoilent aujourd’hui les coulisses de ce divorce scandaleux sexuel dont on parle beaucoup. Le tout présenté du point de vue de Margaret Campbell.

>> Regardez la bande-annonce de « Un scandale très britannique »

Ce contenu externe ne peut pas être affiché car il peut utiliser des cookies. Pour voir ce contenu, vous devez autoriser les cookies.

À Lire  Fréquenter la scène échangiste est mauvais pour le partenaire

L’histoire de deux individus détestables

Lors de la série débat sur « Vertigo », Emilie Jendly, blogueuse et chroniqueuse pour les quotidiens Le Temps et RTS, estime que « A Very British Scandal », qui montre deux personnes avides de pouvoir, aurait mérité quelques épisodes supplémentaires. « Les trois épisodes ne donnent pas l’occasion d’approfondir tous les thèmes traités. Voir l’article : Meilleur site libertin : Comparatif des meilleures plateformes pour…. Par exemple, l’ascension sociale de cette jeune femme socialiste, ambitieuse et détestable qui rencontre un aristocrate tout aussi ambitieux et détestable », explique-t-elle à la RTS.

Noémie Desarzens, journaliste à La Télé et au magazine lausannois spécialisée dans le cinéma Ciné-Feuilles, abonde en ajoutant que l’absence de contexte sur les motivations et les ambitions de Margaret est préjudiciable à l’histoire, qui devient alors « autant de rapports de genre et de pouvoir ». découvrir la femme derrière la duchesse d’Argyll, mais elle n’y parvient pas. On ne connaît pas ses motivations : pourquoi veut-elle absolument atteindre ce titre d’aristocrate ?

Voir l’article :
Thierry Chatelain est agriculteur sur deux exploitations. Le premier est au sud…

Un sexisme omniprésent

Le deuxième volet de la série traite du thème de la condition féminine, tandis que les médias et la justice, étayés par des documents fournis par le duc d’Argyll, accusent Margaret Campbell d’avoir publié sa vie sexuelle. « Cette partie de la série m’intéressait car c’est la première fois qu’une femme est ainsi humiliée par les médias britanniques », déclare Emilie Jendly, qui précise qu’il appartient à chacun d’apprécier si cette humiliation était justifiée ou non. . « C’était le don juanisme au féminin. Dans les années 1960, un fossé séparait la condition masculine de la condition féminine. Pour les hommes, l’adultère, la violence et l’alcool faisaient partie du contrat de mariage. En revanche, si Madame trompait son mari , c’était inacceptable », poursuit Emilie Jendly.

À Lire  Près de Toulouse : permis, exhibitionnisme, harcèlement... quoi...

Pour Noémie Desarzens, si Margaret Campbell est attaquée par les médias, elle n’en reste pas moins un personnage antipathique. « Nous regardons beaucoup cette émission avec une lentille féministe ces jours-ci, mais je pense que ce serait la réduire à quelque chose qu’elle n’est pas. Margaret Campbell est une anti-héroïne haineuse et insistante. Ne le cachez pas. Même si elle est pas violente physiquement, elle est psychologiquement violente envers son mari. Les relations entre la manipulation et le pouvoir mutuel sont très intéressantes.

« Un scandale très britannique », 3 épisodes. A voir en intégralité sur Play RTS jusqu’au 28 janvier 2023.

Voir l’article :
Patrick Sébastien sur le plateau de « Vivement Dimanche » en 2011. © Serge…