Vaping : « Puff », la cigarette électronique jetable qui fait fureur chez les ados, inquiète

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Phénomène de mode, les bouffées ne sont pas sans risques. Présentées sous un jour favorable, ces nouvelles cigarettes électroniques jetables contiennent en réalité de la nicotine et présentent donc un danger d’addiction, rapporte BFMTV.

Le problème : le public cible des bouffées, ce sont les adolescents. C’est sur TikTok que la cigarette électronique est devenue populaire grâce aux nombreuses vidéos faisant la promotion de l’objet. En plus des bonbons simples, différentes saveurs sont disponibles. Pourtant, malgré leur apparence anodine, les bouffées peuvent contenir jusqu’à 2 % de nicotine, ce qui inquiète les addictologues.

« C’est une initiation à la consommation du tabac »

« C’est une initiation à la consommation du tabac »

« C’est absolument dramatique », a témoigné Amine Benyamina, chef du service de psychiatrie et toxicomanie à l’hôpital de Villejuif, à BFMTV. « Bien que le vapotage soit un merveilleux dispositif de réduction des méfaits, nous avons affaire ici à l’opposé complet de l’esprit du vapotage. Ceci pourrez vous intéresser : Découvrez 10 conseils pour maintenir la santé du cerveau Fondation pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer. C’est l’initiation à la consommation de tabac. »

Un autre problème se pose avec les bouffées : leur publicité auprès des mineurs. Vendues entre 8 et 12 euros, ces cigarettes jetables sont proposées chez les marchands de journaux, mais aussi dans certains supermarchés et sur Internet, sans aucun contrôle d’âge. Cependant, ils sont interdits à la vente aux personnes de moins de 18 ans.

« C’est même écrit sur l’emballage », raconte Loïc Josseran, président de l’Alliance contre le tabac, devant le micro de BFMTV. « Très peu de choses ont été écrites, bien sûr, mais elles ont été écrites. « Face à l’ampleur du phénomène, la Fédération interprofessionnelle de la vape (Fivape) transmettrait un dossier aux autorités, notamment à la Direction générale de la santé (DGS).

"J'ai récupéré des patients qui n'avaient pas été soignés depuis 10-15 ans": le dentiste installé à Saint-Maur
A voir aussi :
Bonne nouvelle dans le désert sanitaire. Les différents centres de santé de…

À Lire  Conseils pour se protéger de la canicule : Le gouvernement active un téléphone sans frais