Vélos, trottinettes : maîtrisez les nouvelles règles de circulation

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Classiques ou électriques, les vélos et trottinettes sont de plus en plus présents en ville. Comment courir en toute sécurité ? Quelles sont les nouvelles règles et quelle assurance choisir ? La réponse.

S’il est de plus en plus compliqué de circuler en ville avec des véhicules thermiques, le recours aux transports alternatifs ou partagés (vélo classique ou à assistance électrique, trottinette électrique, voiture ou trottinette électrique) a été simple et encouragé par la puissance publique.

Enfin mettre en place un dispositif d’aide à l’achat, inciter les employeurs à convertir leurs salariés à cette nouvelle pratique et proposer des infrastructures adaptées à leur développement.

Lire aussi Vélos, trottinettes, trottinettes… Quel deux-roues est fait pour vous ?

Il est également très facile pour les particuliers de louer ce type de véhicule dans les grandes villes, qui ont récemment compilé les offres disponibles dans leur secteur pour éviter l’engorgement des espaces publics.

L’augmentation de la présence des mobilités douces sur la route a logiquement modifié les règles de circulation. Il est important de connaître les nouveautés, que vous restiez au volant d’une voiture ou que vous décidiez de passer à un vélo ou à une trottinette électrique.

Le cycle trace ses voies

Des villes de toutes tailles ont mis en place des « coronafilters » au début de la pandémie de Covid-19, en 2020, dans le but de fluidifier le trafic urbain et d’économiser les transports en commun. A voir aussi : Quelle assurance privilégier pour les chiens de catégorie 1 ou 2 ?.

« La plupart de ces itinéraires ont été pérennisés, se réjouit Catherine Pilon, secrétaire générale du Club des villes et territoires. En effet, nous avons plus de 50 000 km d’aménagements cyclables fin 2020, alors qu’on ne comptait que 40 000 km en 2017. .

Lire aussi Pistes cyclables, parkings vélos… les villes investissent pour fluidifier la circulation

Tout n’est pas rose pour autant : « Les discontinuités de la voie limitent encore les déplacements. Les déplacements restent dangereux à certains endroits, même si, de manière générale, la situation s’est améliorée », a relevé Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers du vélo.

Cette infrastructure profite également aux utilisateurs de trottinettes électriques et d’appareils de transport motorisés personnels (EDMP). Ils doivent utiliser la piste cyclable lorsqu’ils s’y trouvent, contrairement aux cyclistes qui ont le droit d’utiliser la route même si la piste cyclable est à proximité (sauf si c’est obligatoire).

Lire aussi Trottinettes, vélos… Le grand désordre urbain

« En pratique, il est souvent préférable pour eux de l’utiliser, pour leur sécurité, mais aussi pour éviter les conflits avec les automobilistes qu’ils peuvent ralentir », détermine Olivier Moucheboeuf, responsable cycle à l’Union sportive & amp; cycle.

Un exemple parmi eux est que la petite reine suiveuse et les scooters ne sont pas dans le même bateau.

Budget : Combien ça coûte de démarrer avec une moto ?
Lire aussi :
Le budget nécessaire du passage du permis à l’achat de la moto…

Trottinette ou vélo : ce qui est autorisé

Trottinette ou vélo : ce qui est autorisé

S’il n’y a pas d’âge minimum pour rouler à vélo, classique ou à assistance électrique (VAE), il faut avoir au moins 12 ans pour rouler en trottinette électrique. Vous pouvez transporter un passager sur un vélo équipé pour cela (doit avoir un porte-bagages avec renfort et cale-pieds par exemple), alors que c’est interdit sur un scooter.

Lire aussi Comment le 100% vélo est important au cœur de la ville

Sur la route, les cyclistes et conducteurs de trottinettes électriques doivent s’arrêter aux feux rouges, mais « seuls les premiers peuvent passer si le panneau ‘cédez le passage aux cyclistes’ les y autorise », regrette Jocelyn Loumeto, conseiller en mobilité et délégué général de la Fédération. des Professionnels de la Micromobilité (FP2M ).

Autre avantage pour les cyclistes que les scooteristes n’ont pas : dans 30 zones et zones de rassemblement (où les piétons ont la priorité et sont autorisés sur la route), ils peuvent rouler dans les deux sens, même si la route est à sens unique, sauf pour le maire . décider autrement.

Avec une limitation de vitesse à 30 km/h en général à Paris depuis le 30 août, cette tolérance est-elle étendue à la capitale ?

À Lire  L'assurance-chômage en hausse de 2,9% depuis le 1er juillet

« Difficile de répondre, car l’arrêté municipal qui réglemente le parcours à 30 km/heure à Paris ne mentionne pas cet aspect. A priori, je dirais que c’est autorisé, avance Jean-Sébastien Catier, président de la Association Paris en Selle. Il serait logique de pouvoir emprunter à vélo une petite route à sens unique en sens inverse. Mais vous n’êtes pas à l’abri d’être verbalisé, vu le flou de la situation. Au contraire, je vous déconseille vivement pour les cyclistes de ne pas rouler sur la route principale qui passe à 30 km/heure en sens inverse, sinon il y a un aménagement vélo, car c’est très dangereux. »

Lire aussi Comment se déplacer en ville ?

Il existe d’autres différences de traitement selon le mode de transport.

Ainsi, deux cyclistes peuvent en principe rouler côte à côte, alors que cette pratique est interdite en trottinette électrique. La vitesse de circulation maximale autorisée n’est pas non plus la même.

A vélo, il suffit de respecter les limites du chemin parcouru. En trottinette électrique, il est interdit de dépasser 25 km/h. A noter qu’à Paris, la vitesse de circulation des free floaters (c’est-à-dire dans les services autonomes, qui n’ont pas besoin d’être déposés en gare) est réduite à 10 km/h dans certains quartiers. La mairie de Paris envisage d’étendre cette interdiction à d’autres zones à fort trafic.

Quoi qu’il en soit, n’imaginez pas rouler au rythme d’un scooter avec un vélo électrique. Avec la seule puissance de vos mollets, vous dépasserez les 25 km/h puisque l’assistance électrique se coupe dès que vous atteignez cette vitesse. Les cyclistes et les utilisateurs de trottinettes électriques doivent parfois obéir aux mêmes règles.

Rouler sur le trottoir est interdit pour les deux (sauf cyclistes de moins de 8 ans). Dans les zones piétonnes, les deux types de véhicules sont généralement autorisés (s’il n’y a pas de panneaux interdisant l’accès aux vélos). Ils doivent se déplacer au pas et ne pas déranger les piétons.

A lire aussiÉlégant, innovant… Notre top 5 des vélos électriques

Les trottinettes électriques et les vélos sont autorisés sur les voies réservées aux bus sauf, comme dans les zones piétonnes, ceux-ci sont expressément interdits aux vélos. Ils pourront trouver des deux-roues électriques (scooters et motos) également acceptés.

Les personnes munies de trottinettes peuvent rejoindre les cyclistes dans le « bike lock ». Cet espace est matérialisé au sol, au-dessus des feux tricolores, leur permettant de se positionner devant le véhicule moteur pour démarrer en toute sécurité.

A noter qu’ils ne sont pas autorisés à se garer dans cette zone au feu rouge, sous peine d’une amende de 135 €.

MRH : le groupe Vyv et Wakam ont gardé la ville de Paris
A voir aussi :
Vyv Group et Wakam ont été sélectionnés par la Ville de Paris…

Roulez bien assuré

Roulez bien assuré

En matière d’assurance, les vélos et scooters ne sont pas soumis au même régime.

Pour trottinettes électriques

Un scooter électrique est un véhicule terrestre à moteur, en tant que propriétaire, vous devez vous assurer au moins avec une responsabilité civile spéciale qui vous permet de couvrir les dommages causés par des tiers.

« Il faut donc prendre une assurance spéciale. Vous pouvez ajouter une garantie corporelle qui couvre vos propres blessures si vous provoquez un accident », précise Jocelyn Loumeto.

Lire aussi Trottinettes électriques : Face à la recrudescence des accidents, une assurance spéciale

« Comptez environ 5 € par mois pour la responsabilité civile spécifique. Pour 10 € par mois, vous bénéficiez également d’une garantie individuelle dommages et vol », chiffre Philippe Roche, président de l’Association nationale des utilisateurs de la micromobilité électrique (Anummé).

En cas de location, vérifiez les conditions générales d’utilisation du loueur s’il a souscrit une assurance, le montant de la garantie, la nature des exclusions. Logiquement, l’opérateur présent dans la grande ville a fait le nécessaire dans ce dossier choisi, mais mieux vaut être vigilant !

L’assurance spécifique n’est cependant pas obligatoire pour le cyclisme. Si vous êtes victime d’un accident causé par un autre véhicule, la compagnie d’assurance indemnisera les dommages corporels et matériels (ces derniers pouvant être exclus si vous êtes fautif). Si vous êtes victime d’un accident avec un autre cycliste ou piéton responsable, sa responsabilité civile vous indemnisera.

Lire aussi Comment choisir un casque de vélo ?

Mais vous serez mieux protégé (signal handicapé, par exemple) si vous avez souscrit une assurance individuelle accident (assurance-vie). Ce type de contrat vous couvre également lorsque vous êtes victime d’un sinistre sans responsabilité civile, après intervention de la Sécurité sociale et de la mutuelle.

À Lire  Réforme courtiers : QPC dépose un dossier sur l'obligation des courtiers d'adhérer aux associations professionnelles agréées - MyActu par la Revue Fiduciaire

Si vous avez causé un accident à un cycliste ou à un piéton, la garantie responsabilité civile incluse dans votre assurance multirisque habitation couvrira l’indemnisation des dommages causés à autrui.

Mais il ne couvrira pas le vôtre, qui sera pris en charge par la Sécurité Sociale et votre mutuelle. Enfin, il existe une assurance spéciale contre le vol ou la casse d’un vélo, souscrite séparément ou en complément de l’assurance habitation, pour quelques euros par mois.

Generali : le conseil d'administration du groupe dans le flou
Voir l’article :
La démission de Philippe Gaetano Caltagirone, principal adversaire de Philippe Donnet lors…

Quelle est la loi pour les trottinettes ?

Quelle est la loi pour les trottinettes ?

vitesse maximale autorisée inférieure ou égale à 50 km/h. En dehors de la ville, la circulation est interdite sur l’autoroute, elle est limitée aux voies vertes et aux pistes cyclables.

.

Ou rouler en trottinette non électrique ?

Obligation de rouler sur le trottoir pour les trottinettes non électriques. Les utilisateurs de trottinettes non électriques sont considérés comme des piétons. Par conséquent, ils doivent circuler sur le trottoir, respecter les feux de circulation destinés aux piétons, en utilisant des croix zébrées.

Quel est le code de la route pour les scooters ? En agglomération, vous devez utiliser les pistes et voies cyclables, si disponibles. Sinon, vous pouvez rouler sur route jusqu’à 50km/h seulement. En dehors de la ville, vous n’êtes pas obligé de conduire sur la route, vous ne pouvez utiliser que les voies vertes et les pistes cyclables.

Qui a le droit de circuler sur le trottoir ?

Qui peut rouler sur le trottoir ? En France, plusieurs types d’usagers peuvent circuler sur les trottoirs : les piétons non motorisés qui sont très vulnérables car composés d’adultes, d’enfants et de personnes âgées.

Où doivent rouler les trottinettes non électriques ?

En l’absence de pistes cyclables, vous pouvez circuler dans les zones suivantes : Routes avec une vitesse maximale autorisée de 50 km/h. Zone piétonne : La zone est située en agglomération et est réservée à la circulation des piétons, à condition de rouler à allure modérée (6km/h) et de ne pas déranger les piétons.

Quelles sont les obligations pour rouler en trottinette ?

Depuis le 8 juillet 2020, l’obligation de rouler en trottinette électrique est réduite à l’usage des pistes cyclables, âgés de plus de 12 ans. Il est également obligatoire de porter un casque et d’avoir une assurance civile pour rouler sans risque d’amende.

Pourquoi assurer une trottinette ?

La loi impose une assurance responsabilité civile au minimum, afin de couvrir les dommages pouvant être causés aux tiers lorsque vous roulez en trottinette, quel qu’en soit le type (scooter électrique ou non, trottinette rapide, etc.).

Qu’est-ce qui est obligatoire dans un scooter? Votre véhicule doit être équipé d’un système de freinage, d’un avertisseur sonore, de feux (avant et arrière) et de dispositifs réfléchissants arrière et latéraux. Pour votre sécurité, le port du casque est recommandé. Pour utiliser la machine, vous devez avoir une assurance responsabilité civile.

Est-ce obligatoire d’assurer sa trottinette ?

Assurance trottinette électrique : est-ce obligatoire ? Classés engin de transport personnel motorisé (EDPM), les trottinettes électriques nécessitent un contrat d’assurance. Au minimum, le propriétaire doit être assuré en responsabilité civile.

Quand Faut-il assurer une trottinette électrique ?

L’assurance obligatoire pour les scooters électriques s’applique à tous les types de scooters tant qu’il y a un moteur, quelle que soit la vitesse atteinte. Par conséquent, souscrire une assurance scooter électrique pour les véhicules qui dépassent les 25 km/h est obligatoire par la loi.

Où A-t-on le droit de rouler en trottinette ?

Les utilisateurs de rollers, de planches à roulettes ou de scooters (sans motos) sont considérés comme des piétons et doivent rouler sur le trottoir. Les engins de mobilité électrique (trottinettes électriques, hoverboards, Segways, monoroues) doivent circuler sur les pistes cyclables lorsqu’elles sont disponibles.

Comment faire du scooter en ville ? En agglomération, les scooters ne peuvent plus circuler sur le trottoir (sauf arrêté municipal) et doivent circuler sur la piste cyclable où ils se trouvent. Sinon, l’utilisateur peut rouler sur route lorsqu’il atteint 50 km/h.

Quelles sont les obligations pour rouler en trottinette ?

Depuis le 8 juillet 2020, l’obligation de rouler en trottinette électrique est réduite à l’usage des pistes cyclables, âgés de plus de 12 ans. Il est également obligatoire de porter un casque et d’avoir une assurance civile pour rouler sans risque d’amende.