[VIDEO] Précarité routière à Angers. Scooters et autres équipements destinés à la police.

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La police contrôle et porte une attention particulière aux utilisateurs de trottinettes électriques afin de limiter les abus sur nos routes, comme elle le fait aujourd’hui sur le boulevard Général de Gaulle.

Entre les tests d’alcoolémie et de drogue, les contrôles de documents et les contrôles de conformité routière, la police contrôle régulièrement les usagers. Cet après-midi à partir de 14h00 au carrefour où il y a une circulation dense, 4 policiers, des cyclistes et 2 véhicules de la brigade d’intervention ont été mobilisés.

Outre le non-respect des feux tricolores et des règles de sécurité, les abus des usagers des EDPM (Véhicules de Transport Personnels à Moteur) tels que les trottinettes électriques sont de plus en plus fréquents et attirent l’attention des autorités.

En effet, la police remarque désormais « plus d’écouteurs ou de smartphones utilisés dans ces véhicules qu’auparavant, ce qui représente un danger pour les piétons et les conducteurs », selon la police.

Selon une étude d’accidentologie à Angers, les piétons, les deux-roues et les scooters sont de plus en plus impliqués dans des incidents.

La grande majorité des conducteurs ne savent pas qu’un scooter électrique nécessite une assurance civile. Et l’amende est de 400 € !

Les trottinettes électriques sont interdites sur les trottoirs, elles sont limitées à 25 km/h, et au grand étonnement des automobilistes dans les zones piétonnes, la vitesse est limitée à 6 km/h, et les engins doivent être équipés de systèmes rétroréfléchissants. Et enfin, une seule personne est autorisée sur l’engin, sinon l’amende est de 35€, et la conduite d’un scooter est autorisée à partir de 12 ans.