vins sans sulfite

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par Franck Dubourdieu, Bordeaux Publié le 18/01/2023 à 14h49

Je réponds à l’article du « Sud Ouest » Gironde du 18 janvier, « Le vin est-il bon sans sulfites ajoutés ? » « . Cette question est difficile à répondre et appropriée puisqu’elle doit être comparée à l’aveugle (essai de trois verres : deux de l’un et un de l’autre), avec beaucoup de bons dégustateurs, le vin habituel (sans soufre ajouté) et les vins avec un peu de soufre ajouté (20 à 40 mg/l) Face au vieillissement des vins fermentés et plus que la première fois, surtout les premières années (à partir de 2015), les œnologues du domaine ont appelé leurs vignerons à la prudence , de ne pas se jeter dans la fleur avec un fusil dans cet exercice d’estimation du vin naturel.

L’obligation de certifier l’agriculture biologique, qui en plus de l’agriculture biodynamique, a fortement réduit les risques. Cela signifie de la vigne à la chambre, la réduction sinon l’élimination des ingrédients pour mieux préparer le vin à faire sans anhydride sulfureux (SO2). Comme le dit le vigneron de Margaux Michel Theron, « le vin est plus vivant » et peut être plus résistant à l’oxydation. Rappelons que les vins avec moins de soufre ajouté deviennent après quelques mois, voire un ou deux ans, des vins normaux lorsque le SO2 libre disparaît totalement. Un vigneron qui réussit ne doit pas recouvrir le vin de soufre supplémentaire. Selon nos papilles, la différence entre les deux est insignifiante. On aurait tort de se restreindre aux vins un peu soufrés. D’autant plus que, sauf pour les allergiques, la toxicité du soufre ne sert à rien, même pour certains, elle n’est pas fondée.

À Lire  Le jeûne intermittent : une stratégie séduisante... mais compliquée...