Vins sans sulfites

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Par Franck Dubourdieu, BordeauxPublié le 18/01/2023 à 14h49.

Je réagis à l’article de « Sud Ouest » Gironde du 18 janvier, « Les vins sans sulfites ajoutés ont-ils bon goût ? » « . C’est une question difficile à répondre avec pertinence puisqu’il faudrait comparer à l’aveugle (dégustation de trois verres : deux de l’un et un de l’autre), avec une dizaine de dégustateurs efficaces, vin naturel (sans ajout de soufre) et vin peu soufré (20 à 40 mg/l).Face à l’élimination des vins déviés et surtout prématurément oxydés, surtout les premières années (à partir de 2015), les vignerons de la région font appel à leurs clients viticulteurs à la prudence, pour ne pas jeter une arme sur la fleur dans cet exercice de funambule viticole nature.

L’obligation d’être certifié en agriculture biologique, qui est en réalité en agriculture biodynamique, a drastiquement réduit les échecs. Notamment que de la vigne à la cave, la réduction sinon la suppression des intrants préparent mieux les vins à se passer de dioxyde de soufre (SO2). Comme le dit le vigneron de Margaux, Michel Theron, « les vins sont plus vivants » et capables d’une plus grande résistance à l’oxydation. A noter que les vins peu soufrés deviennent des vins naturels après quelques mois, voire un ou deux ans, du fait de la disparition totale du SO2 libre. Un vin nature réussi ne doit pas occulter un vin légèrement soufré. Selon notre expérience de dégustation, les différences entre les deux ne sont pas significatives. On aurait tort de se priver de vins ayant reçu un peu de soufre. Ne serait-ce que parce que, sauf pour les allergiques, la toxicité du soufre est négligeable, voire pour certains, infondée.

À Lire  Dents : 5 boissons détox selon les dentistes peuvent les détruire