[vivre autrement #5] Je vis dans une maison passive

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La gare routière devrait bénéficier du renforcement du système de vitrage, supprimant tous les ponts chauds et obtenant un refroidissement complet © DR

Et, plus précisément, dans le deuxième programme du plus grand écoquartier passif de France, celui qui comprend des maisons individuelles. La Fleuriaye, à Carquefou, dans la ville de Nantes, s’est construite progressivement depuis 2011. C’est un projet particulier soutenu par plusieurs organisations sportives, qui est le premier à coordonner 600 logements. Et c’est là que ma maison passive a été construite, en octobre 2020.

Le projet est très vaste et il sera difficile en un seul article de le décrire. J’ai donc décidé de me concentrer ici sur l’expérience de vivre dans une maison individuelle appelée « Passivhaus », -une maison passive, Cqfd- qui peut, en effet, témoigner.

Livrée fin 2020, une maison moderne de 90m2, en ossature bois, comprenant un grand séjour, une salle de bain et trois chambres © PDSLDAi fin 2020, une maison moderne de 90m2, en ossature bois, comprenant une grand salon, une salle de bain et trois chambres. S’il n’y avait pas les panneaux de bois à l’extérieur, il serait difficile de faire la différence avec une maison ordinaire. Et là réside l’un de ses principaux atouts : cette maison passive est avant tout une maison moderne et confortable, comme toute autre maison livrée récemment.

Un ensemble de 600 logements passifs 

L’écoquartier Fleuriaye, à Carquefou, dans la banlieue de Nantes © DRO la maison se trouve dans l’écoquartier Fleuriaye, à Carquefou, dans la ville de Nantes. Le projet particulier de cet organisme particulier, lancé en 2011 par la ville de Carquefou, Nantes Métropole et Loire-Atlantique Développement, est la construction d’un total de 600 immeubles d’habitation. Des studios aux maisons unifamiliales avec jardin, chalets (privés ou abordables), locations ou logements sociaux. A ces lieux s’ajoutent des centres commerciaux, des fermes équestres et un institut médico-éducatif, également absent. La première phase du projet a permis de fournir un ensemble de 300 appartements dès 2016.

Voir l’article :
L’a publié vendredi 29 juillet 2022 à 07.22Environ 90 % des incendies…

Mais c’est quoi, une maison passive ?

Notre village fait partie de la deuxième phase du projet, avec 34 maisons chacun. Il est de plain-pied d’une superficie d’environ 350m2 pour l’essentiel, le premier à sortir en 2019. Lire aussi : Vendre un logement entre particuliers : les conseils à suivre. Ce village, comme le dit le promoteur Loire-Atlantique Développement, « est une sorte de laboratoire à domicile ». Avec un peu de recul, c’est vraiment l’expérience de vivre ici, même si, à mon avis, l’événement est bon. Car nous avons dû nous adapter à quelques obstacles pour obtenir le label Passivhaus, auquel nos bâtiments doivent parvenir.

Ce nom allemand décrit la maison passive comme une maison qui n’est pas chauffée en nécessitant des éléments qui consomment de l’énergie. Les bâtiments portant le nom de Passvihaus utilisent également la climatisation, qui fournit de l’air frais sans être exposé aux courants d’air. Enfin, la maison passive devrait bénéficier du renforcement de la fenêtre, éliminant tous les ponts thermiques et obtenant un refroidissement complet.

En effet, toutes nos maisons sont extrêmement bien entretenues, climatisées et insonorisées. Elles sont équipées de panneaux solaires photovoltaïques pour l’électricité et le chauffage, de double vitrage, de triple vitrage et, pour certaines, d’un chauffe-eau solaire. La taille et l’emplacement des espaces sont également bien planifiés.

♦ relire notre série #habiter autrement

Ceci pourrez vous intéresser :
La résidence appartenant à la Ville et surnommée Maison Lalisse n’a pas…

On chauffe à peine, vraiment ?

Marie : « La maison passive a besoin de comprendre son fonctionnement et d’ajuster son comportement » © PDS J’ai beaucoup aimé l’idée de construire une maison dans ce quartier. Même si le type de pari peut être fait. Aucune province de France ne s’étant auparavant appuyée sur de telles informations, il faudra dissoudre l’épidémie si les promesses ne sont pas tenues.

Et la première promesse est qu’il ne fera pas chaud en hiver. Cela peut sembler un luxe en ces temps de pouvoir…

Deux ans plus tard, mon bilan est nuancé. Le vendeur nous a expliqué que la maison ne dépasse pas les 26° en plein été sans clim. Et il ne descendra pas en dessous de 19° en plein hiver sans chaleur. C’est une clôture ratée, puisqu’on a atteint 28° cet été (mais, il faut bien le dire, sous un arbre cassé) et ça descend en dessous de 19° sans chaleur Cependant, pour être honnête, même en plein hiver, nous chauffons rarement la maison plus de deux heures au total par jour. Le moins cher.

Voir l’article :
La ville de Doha au Qatar est encore en travaux alors que…

Adapter ses comportements aux contraintes du passif

J’ai donc parlé à d’autres voisins à ce sujet, pour savoir ce qu’ils ont trouvé, et une petite observation. Guillaume, 44 ans, qui habite une grande maison de 140m2 avec sa femme et ses trois enfants, a fait un bilan serré. « Après trois ans ici, on peut dire que la maison est très confortable. Cependant, il faut accepter le froid en hiver, surtout s’il n’y a pas de soleil plusieurs jours de suite. Cependant, même dans ces cas, les enfants ne se sont pas plaints du froid. Un autre voisin m’a assuré qu’il ne chauffe pas sa grande maison l’hiver avec son poêle à bois.

Mais pour les conditions estivales, ils doivent savoir utiliser les panneaux solaires (BSO) que nous avons presque tous sur nos baies vitrées. L’installation d’appareils ménagers peut être appropriée. « Tu devrais jouer au soleil quand il fait chaud », m’a dit une de mes voisines, Marie, 39 ans. « La maison passive demande beaucoup de compréhension du fonctionnement de son emplacement, de la visualisation des pièces et de l’ajustement de son comportement. Marie sait de quoi elle parle puisqu’elle a vécu dans une maison avec sa famille des locataires du quartier avant d’emménager dans leur logement. Déjà convaincu, mieux que jamais.

Noyal-Muzillac. Environ 100 000 euros de travaux pour le futur cabinet dentaire
A voir aussi :
« Si le projet se réalise, ce sera un grand service pour la…

Produire plus d’énergie qu’on en consomme ?

Guillaume : « Nous atteignons une production de 8 000 kWh par an avec les panneaux. Une partie est pour un usage personnel, l’autre retourne au réseau » © PDSE c’est un état constant de production d’énergie. Nos maisons sont toutes équipées de panneaux photovoltaïques , avec l’utilisation des toits. Donc, nous n’obtenons pas tous le même nombre de KWh/jour. Ma famille et moi étions des étudiants pauvres au début, car nous n’avons pas beaucoup changé nos habitudes au début – appareils ou téléphones éteints le soir, maintenant c’est fini !

La différence est la position de nos panneaux sur le toit (parfois ils sont recouverts par l’ombre de la maison voisine, mais il y a quand même la possibilité de les placer ailleurs…) et un que nous utilisons qui n’augmente pas la puissance. Certains de nos voisins y arrivent. D’autres (dont nous) ont peu ou pas de facture d’électricité. « Nous produisons jusqu’à 5 000 watts avec des panneaux photovoltaïques », explique Guillaume, qui surveille de près sa consommation. « Nous atteignons une production de 8 000 kWh par an avec les panneaux. Une partie est autoconsommée, l’autre retourne au réseau. En fin d’année, grâce au rachat et aux primes, nous avons gagné ». cela, toutes les machines et les plaques, la réparation des machines… doit se faire dans la journée, quand le soleil brille. « Mais ce changement est une application enfantine. Seul le programme de la machine tourne le matin. »

Un choix que l’on referait

Malgré quelques défauts de conception, qui peuvent être facilement corrigés selon moi avec un suivi parfait (construction et architecture), nous reconstruirons une maison appelée Passivhaus. Parce que la maison est saine, très bonne et très bon marché. Pour tous ceux qui seront tentés par le voyage, nous suggérons de vérifier à chaque fois que la compagnie propose cette prime. Sous peine d’accueil non commercial… uniquement sur lettre de vente constructeur. ♦

Bonus

Pour être reconnu Passivhaus, un immeuble doit répondre à certaines exigences :

Deux nouvelles catégories, « Passivhaus Plus » & « Passivhaus Premium » vient d’être développé pour promouvoir les bâtiments à énergie renouvelable.

À Lire  La vente d'un appartement sur la côte belge fait polémique à Jemeppe