Volvo envoie une petite pelle à Tesla, BMW et Mercedes en un…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Alors que BMW et Mercedes avaient provoqué la colère de certains automobilistes en permettant à certaines options restées jusqu’alors inactives de s’avérer payantes, Volvo dit ne pas vouloir jouer à ce petit jeu. Un tacle en bon état et un moyen pour la marque de rassurer ses clients.

Les voitures deviennent de plus en plus technologiques et connectées, à tel point que certains les comparent aujourd’hui à de véritables smartphones sur roues. Actuellement, de nombreux constructeurs proposent des mises à jour OTA externes, comme Tesla, Hyundai ou Volkswagen. Si ceux-ci permettent d’améliorer certains aspects techniques comme la vitesse de charge ou l’autonomie, ils permettent aussi d’accéder à de nouvelles fonctions.

Il est en effet possible d’acheter une option que vous n’avez pas choisie lors de la commande de la voiture par exemple. Et les marques ont rapidement senti le potentiel financier de cette nouveauté.

Une tendance de plus en plus répandue

Par exemple, il est possible d’acheter l’Autopilot de Tesla plusieurs années après avoir reçu sa voiture, pour plusieurs milliers d’euros. Pour rappel, l’option coûte 3 800 euros, tandis que la conduite entièrement autonome coûte 7 500 euros. Voir l’article : Lamborghini s’associe à Iron Lynx pour piloter son Hypercar. Mais la marque américaine n’est pas la seule à proposer ce genre de service. Et certains vont encore plus loin.

C’est notamment le cas de BMW, qui propose même des abonnements mensuels pour profiter de certaines options. Un programme à la carte, qui vous permet de profiter des fonctionnalités tant que vous payez. Il faut alors débourser 80 euros par an pour rendre sa voiture compatible avec Apple CarPlay et débourser 20 euros par mois pour bénéficier des sièges chauffants. Cela permet aux clients achetant une voiture d’occasion de profiter de nouvelles fonctionnalités, ou à ceux qui ont des besoins spécifiques de pouvoir s’offrir une option pour un temps limité.

À Lire  BYmyCAR s'installe à Madrid avec BMW

Mercedes a également vu le potentiel de cette stratégie. Elle propose une mise à jour, en Chine, pour améliorer le rayon de braquage grâce au braquage des roues arrière sur l’EQS, pour un montant de 700 euros par an. Trouvez-vous cela offensant ? A noter qu’aux US le constructeur commercialise une option facturée 1 200 euros par an pour augmenter la puissance des berlines et SUV EQS et EQE. Ce qui agace certains clients, qui ont alors l’impression d’être pris pour des vaches à lait.

Heureusement, certains constructeurs refusent ce type de pratique, et entendent le faire savoir. C’est précisément le cas de Volvo, qui propose également des mises à jour OTA depuis avril, mais refuse de faire payer les clients pour de simples petites améliorations. Et la marque n’hésite pas à tacler ses concurrents sur ce sujet difficile et controversé.

Lire aussi :
nécessaire Dans moins de deux semaines, les véhicules Crit’air 4 ne seront…

À contre-courant

Interrogé par Bloomberg, Björn Annwall, COO de Volvo, a affirmé que « nous n’allons pas demander aux personnes qui ont acheté une voiture pour 1 million de couronnes (environ 90 100 euros) de payer 10 couronnes supplémentaires pour obtenir une chaleur supplémentaire dans le siège. Parce que Lui, la mise à jour doit être suffisamment conséquente pour pouvoir demander aux clients une somme supplémentaire. Sous les dents, les marques allemandes !

Néanmoins, le constructeur scandinave n’est pas totalement contre l’idée de faire payer certaines fonctions. Mais seulement si ceux-ci apportent de vrais changements, comme l’arrivée de la conduite 100% autonome. Comme l’explique Björn Annwall, il s’agit d’un véritable changement, qui représente un avantage important pour le client. Mais pas question de faire payer les petites améliorations, comme celles apportées à l’autonomie des XC40 et C40 Recharge.

À Lire  Le marché français de la VN affiche une croissance à deux chiffres !

Selon un rapport d’UBS, le marché des mises à jour payantes dans l’industrie automobile pourrait rapporter 700 milliards de dollars (environ 659 milliards d’euros) d’ici 2030. C’est encore bien moins que les 2 000 milliards de dollars annoncés quelques années plus tôt.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pouvez lire nos articles, dossiers et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Ceci pourrez vous intéresser :
En France, l’examen de formation et le permis de conduire coûtent environ…