Voyager pour dormir : l’essor du tourisme du sommeil

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Le « tourisme du sommeil » n’est pas du panty tourism : c’est de l’anglais. Cela signifie donc « tourisme du sommeil ». Si je résume : quand on voyage, c’est généralement pour découvrir de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes, faire la fête tard le soir pourquoi pas… Mais là, rien de tout ça. Comme son nom l’indique, le but du tourisme du sommeil est… de dormir.

Payer des vacances pour fermer l’œil

Le « tourisme du sommeil » est en plein essor, indique un long article sur le site de la chaîne de télévision américaine CNN. New York. Genève. Londres. De plus en plus d’hôtels proposent des séjours axés sur le sommeil. Explication : ce sont souvent des hôtels de luxe. A voir aussi : Bien-être : l’association Les voix d’Isis voit le jour à Cabestany. Tout le monde n’a pas les moyens de voyager… et encore moins de voyager pour dormir. La clientèle cible a donc beaucoup d’argent.

A Londres par exemple, le très chic Rosewood propose des retraites avec au menu :- yoga- travail respiratoire- bain chaud aux huiles essentielles avant de se coucher.

Cet hôtel tourne beaucoup autour du CBD, une molécule du cannabis, censée détendre les personnes stressées, entre autres. Massages au CBD. Visages CBD. Mais tous les hôtels ne proposent pas les mêmes formules. Dans certains, il y a aussi : – la couverture lourde, très lourde. Qui soutient Qui fait un cocon.- ou le parfum d’un oreiller

À Coimbra, au Portugal, le Hästens Sleep Spa Hotel mise sur la musique. Thérapie par le son. Et sur la qualité des matelas… car Hästens est une marque de lit. Autre point central : l’insonorisation des chambres. Le but n’est pas de se faire masser, méditer seulement pour s’énerver quelques heures plus tard car votre colocataire fait des bêtises juste à côté.

À Lire  Que manger pour une bonne nuit de sommeil ?

Sur le même sujet :
Vous pouvez ressentir de la douleur, telle qu’une sensation de brûlure, un…

Derrière l’essor du tourisme du sommeil, le COVID

Encore lui! La pandémie, les confinements ont évidemment joué un rôle moteur. Une revue médicale américaine explique que 40% des adultes interrogés ont perdu un sommeil de qualité ces dernières années, avec ce qui va souvent avec : fatigue, mauvaise humeur, anxiété ou encore dépression. Ces séjours promettent donc de vous rendre plus serein en quelques jours. Mais sera-t-il utile, une fois de retour à la maison, dans la vie de tous les jours, avec le travail qui énerve parfois, l’amant qui ronfle, ou les enfants qui se réveillent en pleine nuit… Les médecins interrogés par CNN expliquent qu’il peut au moins aider à comprendre quelques conseils. Mais que les troubles récurrents du sommeil nécessitent souvent un suivi médical sérieux.L’affaire, en tout cas, est lancée.

A voir aussi :
Changement climatique, guerre, jours qui raccourcissent… En cette rentrée maussade, les mauvaises…