Wall Street termine en nette hausse, dopée par la technologie

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée, Sara vous présente les nouveaux faits d'actualité 

La Bourse de New York a clôturé en forte hausse mercredi, tirée par le Nasdaq et des résultats d’entreprises encourageants, après avoir chuté la veille alors que les tensions avec la Chine pesaient.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones a gagné 1,29% à 32 812,50 points, le Nasdaq, très technologique, a augmenté de 2,59% à 12 668,16 points et le S&P 500 a augmenté de 1,56% à 4 155,17 points.

Les actions « ont grimpé sur des bénéfices et des données économiques meilleurs que prévu », selon les analystes de Schwab.

Même commentaire pour Jack Ablin de Cresset Capital, qui a déclaré que les résultats de nombreuses entreprises étaient « meilleurs que prévu ».

De plus, a-t-il dit, les récents commentaires des banquiers centraux américains « montrent qu’ils essaient de faire avancer leurs hausses de taux dans un effort pour contrôler l’inflation ».

« Mais cela est basé sur l’idée que les taux d’intérêt au jour le jour devraient culminer en janvier-février et être plus bas tout au long de l’année », a déclaré l’analyste à l’AFP, donnant confiance aux investisseurs. D’autant que James Bullard, le président de la Fed de Saint-Louis, a assuré mardi soir que si la Fed devait aller « plus haut » en termes de taux, l’économie américaine devrait pouvoir manœuvrer « un atterrissage en douceur », c’est-à-dire sans grave récession.

Du côté des indicateurs économiques, la croissance du secteur des services aux Etats-Unis s’est accélérée en juillet pour la première fois en quatre mois, selon le baromètre de la fédération professionnelle ISM.

L’indice est passé à 56,7 %, en hausse de 1,4 point de pourcentage par rapport à juin. Cette amélioration était inattendue et a plu au marché.

Les investisseurs ont également été soulagés après le départ de Taïwan de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi.

Cette visite a suscité de vives protestations de la part de Pékin, qui considère l’île comme une province et, selon Taipei, a amené 27 avions militaires dans la zone de défense aérienne de Taiwan.

Tous les secteurs du S&P ont terminé sur une note positive, à l’exception de l’énergie, les prix du pétrole ayant chuté de plus de 3 % après la réunion de l’OPEP+ et une hausse inattendue des stocks de brut aux États-Unis.

Mais les secteurs des technologies de l’information (+2,69%), des dépenses discrétionnaires (+2,52%) – qui ont montré un regain de confiance dans l’économie – et des services de communication (+2,48%) ont ouvert la voie.

La société de paiement électronique Paypal (+ 9,25 % à 97,92 $) a été célébrée après avoir relevé ses prévisions de bénéfices pour l’année et surtout annoncé un programme de rachat d’actions de 15 milliards de dollars. Le groupe va également licencier du personnel.

Le fabricant de vaccins Covid-19 Moderna, également coté au Nasdaq, a publié des résultats du deuxième trimestre meilleurs que prévu et a également annoncé 3 milliards de dollars de rachats d’actions. Le titre s’est terminé par un bond de 15,97 % à 186,49 $.

Les grandes capitalisations du Nasdaq étaient aussi toutes smileys comme Apple (+3,82% à 166,13$), Meta (+5,37%) ou Amazon (+4%).

La chaîne de pharmacies et de pharmacies CVS a été recherchée (+6,30%) après avoir relevé ses prévisions de bénéfices pour 2022, ce qui a montré que la demande pour ses tests Covid-19 en vente libre avait contribué à contrer la baisse de la demande de vaccins.

Le fabricant de microprocesseurs AMD, en revanche, a chuté de 1,21 % après avoir abaissé ses prévisions pour le prochain trimestre en raison d’une demande plus faible pour les PC.

Sur le marché obligataire, les rendements des obligations à 10 ans ont légèrement baissé à 2,70% au lieu de 2,74%. Celles à deux ans sont restées stables à 3,06 %.