[Whisky] Pluie de nouveautés chez Les Bienheureux

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

La Maison Les Bienheureux continue de faire parler de lui avec le lancement d’une nouvelle édition de son whisky premium Bellevoye avec une finale au rhum. Mais aussi avec deux nouveaux produits lancés en GMS qui créent de nouveaux standards de qualité dans la catégorie

Difficile de croire que Les Bienheureux n’ont débuté qu’en 2013. En moins de 10 ans, Alexandre Sirech et Jean Moueix sont sur la voie du succès dans leur jeu d’argent qui est de s’imposer comme une marque de qualité au prix du marché. whiskies français. Et avec un tel savoir-faire ! Cela vient avec des étiquettes multicolores qui marquent chacun des résultats obtenus jusqu’à présent. Aujourd’hui, l’orange Bellevoye arrive sur le marché avec une finale jamais proposée par Les Bienheureux : le rhum.

Olivier Dumont, chef de chai, rappelle que « la finition en fûts de rhum n’est jamais simple à réaliser. Il y a souvent un résultat décevant quand l’arôme n’est pas assez fort, et d’une autre manière quand les fûts marquent davantage le whisky ». Un numéro d’équilibriste qu’Olivier a tenté presque depuis le début de l’histoire de la Maison. « Nous avons fait plusieurs tests avec des fûts de producteurs qui ne nous satisfaisaient pas. Et puis, nous avons tenté des tests avec nos propres fûts utilisés dans notre rhum El pasador de oro. Et la magie a opéré.

S’il est clair qu’il est financièrement intéressant d’utiliser ses barriques (chacune des barriques utilisées pour la finition coûte entre 300 et 400 € !), force est de constater que la dégustation vous donne raison. Le nez n’est pas connu pour le rhum et conserve toutes ses saveurs d’alcool, même si de légères épices se devinent dans l’air. En bouche, on retrouve un air très fin de l’attaque à la finale, caractérisé par de nombreuses bulles. Elégant, aromatique, complexifié par des notes de gousse de vanille et de fruits secs en finale. Une très belle amertume accompagne le tout qui révèle également une belle salinité. Cette bouteille sera proposée à 49,90 euros, soit le même prix que la finition du Bellevoye blanc à Sauternes, dont elle partage la même ronde.

À Lire  Asthénie : quelles sont les causes de cette fatigue ?

De bons produits avec une bonne distribution

Avec l’acquisition de la distillerie Bercloux en 2019, Les Bienheureux ont également protégé leur propriété et surtout ils dégustent une variété de plats (Stupfler, Charentais sont encore des lignes doubles) pour des saveurs bien uniques. Ainsi sont nés les whiskies Lefort (blend) et Bercloux (single malt à sortir fin novembre).

Le premier est proposé à 19,90 € dans les rayons de nombreux magasins français. Son prix le place en concurrent direct de produits comme Jameson ou Monkey Shoulder. Mais la qualité du jus proposé a le potentiel de changer les cartes du club et d’imposer rapidement ce pionnier du mélange français aux consommateurs. Celui-ci est vraiment doux, a un bon parfum tout en emballant une certaine puissance. La composition de la constitution est très bonne, elle plaira au plus grand nombre de par la valeur de l’achat.

Pour les fêtes de fin d’année, la Maison a même décidé de l’offrir dans une boîte en métal uniquement à Carrefour. Achat de cadeaux de fin d’année. Toujours côté boutique, c’est le whisky Bercloux qui fait aussi des ravages avec une qualité irréprochable. Une souche très agréable caractérisée par un vieillissement réussi en fûts de pineau blanc. Un spiritueux à l’identité vraie, porté par une vraie pureté relativement légère, sera proposé à 29,90 €. Et avec une bouteille magnifiquement sculptée qui ne cache rien du plaisir de tout cela.

Des prix donc un peu plus élevés que la concurrence, mais qui permettent d’apporter une certaine forme de vie sociale souhaitée dès le départ par les fondateurs : un revenu net minimum de 2 000 € pour toute k entreprise, des CDI uniquement, fiscalité payé. France et aucune aide n’est demandée. Une certaine idée du monde de demain qui s’écrit déjà aujourd’hui.