WSBK, Loris Baz est clair sur sa saison avec BMW : « nous n’avons pas…

Written By Sara Rosso

Rédactrice passionnée depuis plus de de 15 ans. Sara vous trouve les dernières infos

Loris Baz ne semble pas dépaysé avec BMW pour relancer sa carrière dans le championnat WSBK où il a connu les joies du podium avec Kawasaki, Yamaha et Ducati. Ce n’est pas si mal cependant. Mais le moment du M1000RR n’est pas encore arrivé. Le constructeur bavarois travaille pourtant d’arrache-pied pour y parvenir puisque, en 2023, nous aurons droit à la troisième homologation en cinq ans. Le Français, qui a terminé douze lors de sa campagne 2022, a fait le point, et franchement ça le caractérise.

Chez BMW, on aime les pilotes forts, et on ne parle pas ici que de morphologie, le débat sur le poids et la taille dans la fiche d’homologation que Scott Redding, le pilote officiel de la marque allemande, lui alimente occasionnellement. L’Anglais, dans sa première année sur la M1000RR, était la seule voiture de sport bavaroise à monter sur le podium en 2022, et il l’a fait trois fois : il a terminé troisième à Donington Park, troisième à Most et deuxième à Magny-Kursus.

Pour Loris Baz, qui n’a rien rendu à Redding sous la toise et sur la balance, cette première expérience s’est déroulée sous l’auvent de l’équipe satellite de Bonovo, elle aussi armée d’une structure d’usine. Mais le joueur de 29 ans n’a pas dépassé deux sixièmes places à Assen comme la meilleure position à l’arrivée.

À Lire  M2, M3, M5, M6…, prototypes secrets BMW CSL

Loris Baz : « nous savons que nous avons beaucoup de petits problèmes qui rendent la moto difficile à piloter« 

Sur sa situation avec BMW, il a fait un commentaire clair sur Speedweek : « Nous avons fait une erreur et sommes tombés. C’était mieux sur certaines pistes, mais au final tout le monde a continué à améliorer le package. Voir l’article : SÉBASTIAN VETTEL DIT AU REVOIR À LA F1 ET AU GRAND PRIX. Au début de la saison, nous pouvions nous battre avec le Pilotes Honda et aussi Bassani, mais ils fonctionnent mieux après.

Et il a ajouté: « Nous ne sommes pas assez rapides et nous ne pouvons pas trouver de solutions à nos problèmes. Mais avouons-le, tout le monde dans la boîte sait pourquoi. Nous ne fermons pas les yeux et ne cachons pas les problèmes. Nous savons que nous avons beaucoup de petits soucis qui rendent la moto difficile Il y a donc du boulot chez BMW, une marque qui a laissé la cuillère de bois dans le classement des constructeurs à Honda, qui a donc subi le même sort chez ses pairs qu’en MotoGP.

Lire aussi :
Vendre une voiture n’est pas si facile. Une simple transaction de gré…